Mass Effect RPG

Mass Effect RPG


 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesBioware-RPGS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Une affaire de routine

Aller en bas 
AuteurMessage
Sillian Valturken

avatar

Messages : 6
Date d'inscription : 09/10/2011

Identité
Race: Turien
Planète natale: Palaven
Profession / rang : Contrebandier

MessageSujet: Une affaire de routine   Sam 22 Oct - 21:48





Cela faisait des heures que Sillian était a son poste, assis a même le sol, dans une pièce exiguëe d'un appartement. Il y faisait sombre et il était dépourvu de tout ameublement. En réalité, il n'avait pas été loué depuis longtemps, tout comme le reste du motel dans lequel il se trouvait. Un motel miteux et crasseux tout juste digne pour accueillir des réfugiés sans le sous ou bien des criminels souhaitant se faire discret. Le turien se demandait parfois s'il pouvait s'agir d'une des planques potentielles d'Archangel.

Les affaires étaient rudes ces derniers temps, spécialement depuis que le justicier avait ses forces réduites. Il ne prenait plus le risque d'attaquer des marchandises des mercenaires et ces derniers le savaient, ce qui avait pour conséquence directe de concentrer un peu trop leur attention sur les méfaits de Sillian. Il devait se montrer plus prudent, planifier au maximum ses interventions et même ses ventes. Sans compter qu'Eclipse et les soleils bleues ne lui facilitaient pas la tache: de moins en moins de marchandises passaient par oméga en raison des attaques d'Archangel et de Sillian, a tel point qu'il devenait difficile de vivre sans empiéter sur les affaires d'Aria. Et le turien ne connaissait que trop bien la règle d'or de ce foutu rocher: on ne fait pas chier Aria. Travailler a son compte était franchement ingrat.

Heureusement, la dernière cargaison de matériel tech qui avait été si difficile a saisir pourrait se révéler une source de bon profit. C'était d'ailleurs la raison de la présence de Sillian dans cet appartement. Il avait tout préparé avec soin, après avoir dégoté un acheteur quarien en pèlerinage. Ne restait plus qu'à finaliser la transaction. A l'aide de son fusils sniper et le panorama sur les entrepôts qu'offrait la fenêtre de l'appartement, dans l'un desquels il avait caché la marchandise, il pouvait observer tout ce qu'il s'y passait. Il n'avait d'ailleurs jamais donné son nom a l'acheteur et communiquait avec lui grâce a une transmission cryptée.

Sillian avait même eu le temps d'aménager son emplacement. Son omnitech luisait dans la pénombre, relié a un ordinateur de poche disposé sur un carton. Il analysait continuellement les transmissions sur le réseau, ce qui lui permettait de le surveiller constamment, même si les communications cryptées lui donnaient plus de fil a retord.

Au bout d'une demi-heure d'attente, un taxi finit par se poser non loin du hangar. Trois silhouettes en sortirent. Sillian zooma sur elles. Il y reconnut le quarien. Il enclencha immédiatement son communicateur, avant de constater que son acheteur mettait la main sur le côté de sa tête.


" Porte 9. Qui sont vos amis ?

La voix du quarien qui filtrait a travers sa combinaison et qui avait des allures synthétiques résonna faiblement dans la pièce.

- Ils vont m'aider a transporter le matos. Tout y est ?
- Oui. Comme convenu, je vous ouvrirais l'accès une fois que les fonds seront réceptionnés.

Les deux autres avaient l'air aux aguets et regardaient dans toutes les directions, se demandant sans doute comment Sillian pouvait déjà être au courant de leur présence.

- Je vous envois une adresse extranet. Transmettez-y les fonds.
- Compris. répondit fébrilement le quarien. Il avait l'air nerveux.

Cela n'avait pas trop d'importance. Le turien envoya comme convenu son adresse. Une adresse a usage unique bien entendu. Depuis quelques temps, il en ouvrait une, récupérait ce qui l’intéressait, et la fermait aussitôt. Cela lui évitait tout désagrément et rendait très difficile toute traque contre lui.

Plusieurs minutes s'écoulèrent sans le moindre mot. Le quarien et ses hommes attendaient devant la porte du hangar 9 pendant que Sillian vérifiait son adresse extranet. Il venait d'être accrédité de 15000 crédits. Il sourit d'un air satisfait et déverrouilla l'accès aux marchandises.


" C'est un plaisir de faire affaire avec vous.
- Pas autant que moi" répondit une voix inconnue.

Un icône d'alerte brilla sur l'omnitech du turien. Quelqu'un avait contourné son système de sécurité et émettait des informations.

*Un logiciel espion furtif. Mais comment ?*

Soudain, il comprit. Le quarien lui avait envoyé le virus en même temps que l'argent. Le turien, regarda a nouveau dans son viseur; Il n'y était plus. Ne restait que ses deux amis, qui regardaient dans sa direction.


" Et merde !"

Il tira une balle sur l'un des inconnu, qui dévia aussitôt. Ils avaient des boucliers furtifs, et apparemment, ils avaient aussi triangulé sa position. Sillian débrancha tout a la volée. Il était bien trop tard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sillian Valturken

avatar

Messages : 6
Date d'inscription : 09/10/2011

Identité
Race: Turien
Planète natale: Palaven
Profession / rang : Contrebandier

MessageSujet: Re: Une affaire de routine   Dim 23 Oct - 4:07



Les voyants et les icônes d'alerte de proximité de l'omnitech de Sillian se multipliaient. Un rapide scan thermique des environs lui confirma la présence de nombreux hommes convergeant vers sa position. Mais ce qui retenu surtout l'attention du turien, c'était une signature thermique bien plus élevée venant de l'extérieur qui s'approchait également de l'appartement. Il risqua un coup d’œil par le fenêtre et écarquilla les yeux de stupéfaction lorsqu'il découvrit son origine. Un aéronef sur-équipé fonçait droit sur lui, ses moteurs vrombissant d'un air menaçant..

"Oh bordel !"

L'appareil fit immédiatement feu sur la fenêtre a l'aide d'une mitrailleuse lourde montée sur l'avant du cockpit. Sillian se jeta a terre et se recroquevilla en se protégeant la tête. Les murs ne résistèrent pas aux assauts des balles, qui le traversèrent sans aucune difficulté. Une ébauche de gruyère séparait bientôt le turien de son assaillant. Certaines balles ricochèrent sur les boucliers de son armure, qui tint le choc tant bien que mal. Les impacts le firent osciller dangereusement tandis que des lézardes bleutées le traversaient. Il prit une teinte violacée ne présageant rien de bon.

Sillian profita d'une accalmie pour se relever et tenta de fuir. Un missile traversa la fenêtre a la vitre brisée de l'appartement et explosa contre le mur opposé. La déflagration souffla littéralement ce qui restait de l'appartement tandis que Sillian se retrouva projeté a quelques mètres. Il gémit en retombant, même si son bouclier avait absorbé une grande partie du choc. Ce dernier luisait d'un éclat rouge vif, signe avant-coureur qu'il était sur le point de céder. Le turien se releva en toute hâte en se tenant le flanc et ramassa son fusils. Il courut jusqu'au couloir calciné par l'explosion ou des flammes commençaient a lécher le plafond. Il y régnait une chaleur torride et aveuglante, si bien que Sillian dût mettre une main devant ses yeux pour y discerner son chemin. Il avait toujours un plan d'évacuation, au cas ou. Mais il ne prenait pas en compte les couvertures aériennes. Si cette attaque venait d'un gang mercenaire, il ne s'attendait pas a ce qu'ils frappent aussi fort. Au moins aurait-il pensé qu'ils avaient trop a faire avec Archangel. Maintenant, il devait se débrouiller seul.

Son scanner lui permit d'évaluer la position des hommes qui s'approchaient de lui. Il leur restait encore quelques étages a monter, ce qui lui laissait un court répit. Affronter autant de personnes a la fois dans un espace aussi étroit n'était pas vraiment dans ses dotations, d'autant que le bâtiment était en feu. Très vite, Sillian jugea préférable de descendre quelques étages et de sauter par l'issue de secours.

Il se mit a courir et prit les escaliers, puis descendit jusqu'à ce qu'il estime être a hauteur suffisante et regagna enfin les couloirs qui semblaient bien plus tranquille que l'enfer d'ou il venait. Des mercenaires a uniforme jaune l'attendaient et ouvrirent le feu sans sommation. Sillian se saisit de son pistolet et tira a son tour en courant. Certaines balles se logèrent dans la tête de ses opposants, d'autres, le plus souvent, au bras ou dans la poitrine. le turien bifurqua brusquement et se jeta par la fenêtre. Il atterrit sur la passerelle d'évacuation se trouvant derrière le bâtiment. L’aéronef ne tarda pas a rappliquer et arrosa Sillian. Il enclencha aussitôt son système de camouflage, qui ne durerait que quelques secondes compte tenu de ce qu'il avait encaissé et enjamba la passerelle. La chute fut encore plus rude que l'explosion du missile. A peine le turien avait-il touché le sol que son camouflage s'estompa. Il fit une roulade et eut de la peine a se relever. Pendant ce temps, les mercenaires arrivés a la fenêtre par laquelle il était passé firent feu. Il se pressa de se mettre a couvert de l’aéronef et boita en direction des bas-quartiers, ou il pourrait se fondre dans la masse. Du moins l'espérait-il.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
André Coulomb

avatar

Messages : 37
Date d'inscription : 16/01/2011

Identité
Race: Humain
Planète natale: Inconnue, planète d'enfance Berkenstein
Profession / rang : Mercenaire indépendant / Adepte réserviste

MessageSujet: Re: Une affaire de routine   Dim 23 Oct - 6:42

Je m'avançai d'un pas m’assurer en direction de l'intersection de la ruelle, cette dernière qui menait au vaste espace dans lequel se trouvaient les entrepôts.

Qu'ils aient finalement trouvé ce qu'ils cherchaient le soulageait, il ne dormait plus la tête tranquille depuis. Il y a quelques semaines, un trafiquant de technologie avait pénétré dans le réseau de sécurité d'un de mes meilleurs amis, Gary Kirkman avec qui j'avais travaillé dans l'armée.

Brillant informaticien, c'était à lui que je me référais pour m'aider à cacher ma présence aux Soleils bleus que j'avais aux trousses depuis un « léger incident » quelques mois plus tôt.

Problème... parmi les données et technologie piratés, se trouvaient précisément celle sur moi et ma position. Fait chier, il fallait qu'un idiot décide de pirater LA console de Gary avec MES infos, et que parmi le petit butin amassé se trouve EXACTEMENT ce qui ne devait pas s'y récupérer!

Il n'avait pas fallu beaucoup de temps à pour que je mette à la poursuite de la cargaison. Voyage qui m'avait amené de la Citadelle à Illium en passant par Oméga, destination que je m'étais interdit de retourner étant donné le risque, mais je ne pouvais pas laisser des données pareilles s'échapper. Tout le point d'éviter ce caillou était de ne pas me faire retracer, à quoi me servirait autant de précautions si je laissais des infos pareilles volées aux vents!

Pour couronner le tout, cerise sur le gâteau... Nous avons perdu la cargaison! Elle nous a échappé pendant quelques jours alors qu'on tentait par tous les moyens possibles et inimaginables de le retrouver. Invisible, nous étions à deux doigts de laisse le tout tel quel et de s'enfuir de la planète avant qu'on nous repère.

Puis finalement, Korso la retraça, temporairement car la donnée fut vite recryptée, mais nous savions qui était l'acheteur, un quarrien bien ordinaire. En approfondissant la recherche, on découvrit le lieu d'échange de la cargaison et nous nous préparâmes en conséquence.

« Les gars, j'ai une vue sur les entrepôts de ma position, je suis à l'extrémité gauche en partant du hangar 9 dans le sens de la porte. Korso, t'es prêt? »

« Pas encore, j’tentrain de monter les escaliers pour m'rendre à bonne hauteur. 2 minutes max pis j'y suis. »

« Dépêche toi, je préfère qu'on soit prêt avant qu'il arrive. »

« Arrête' don de stresser. »

« Ce n’est pas ta survie qui est en jeu ça paraît. »

« P' tête ben, ou c'toi qui s'énarve pour rien. J'te l'ai dit dans l'pire des cas on aura qu'à plomber ceux qui nous courrons après, à trois c'est une promenade de santé. »

Je ne relevai pas la remarque, Korso avait la fâcheuse tendance d'être très confiant de lui-même, trop à mon goût.

« André j'suis d'lautre côté du hangar on les a en feux croisés d'même, dit Ace dans le micro. »

« Parfait, tu peux faire le tour de ton coin? Moi c'est fait, rien à signaler. »

« J'my met. »

J'attendis en observant attentivement la zone dégagée devant les nombreux hangars. Rien ne semblait s'y produire d'important. Fort heureusement pour moi c'était une zone éloignée des territoires des Soleils bleus. Le risque de me faire prendre tombait drastiquement ce qui me rassurait énormément. Dans quelques minutes tout serait fini.

« J'suis en position. Wow, pas pire la vue.. , j'suis haut en tabarnac. Ah pis en passant l'grand stressé, y'a rien qui m'échappe dans c'tespace là. Tu peux prendre ton antidépresseur en tranquillité. »

Je ne soulevai toujours pas la remarque, bien que je me permis un soupir d'agacement.

« Tant qu'à y être au lieu de faire le pitre, observe donc les alentours si t'as une belle vue, profites-en! »

Il ricana dans l'émetteur avant de couper la transmission. Cet homme avait le don d'étirer mes nerfs à l'occasion...

Puis soudain, une silhouette volante apparut dans mon champ de vision, cette dernière se dirigeait inévitablement vers les hangars, seuls bâtiments de réels intérêts à l'exception de résidences privées miteuses et d'un motel à l'allure plus que questionnable.

Comme de fait la navette se dépose et la porte s'ouvrit pour dévoiler un quarrien et deux hommes de fortes statures, et armés.

André ne put s'empêcher de hausser les sourcils, il n'avait pas anticipé de fusillades et il ne portait pas son armure... Il laisserait Ace s'approcher en premier, son armure ne causerait pas de problème aux deux gardes du corps.

« Les gars, de mon côté y'a rien pantoute... À part les trois idiots »

« Souviens-toi Korso, on ne les tue pas, on leur fiche la frousse, tire un coup de semonce au pire, et ensuite on va chercher les données. »

« Ouais ouais je sais, pas besoin de radoter l'vieux. J'ai pas l'ouïe morte. »

« Ace t'as fini..., dépêches toi un peu tu veux bien. »

« C'est bon, il me reste une rue et je m'amène »

« Dépêche y'vient de parler à son contact, ce s'ra pas long qu'il va ouvrir la porte de l'entrepôt. »

Dès que Korso le mentionna, je me préparai à confronter les trois inconnus devant le hangar 9. Je m'assurai que mon arme fut toujours prête et je fis un dernier tour d'horizon pour m'assurer une fois pour toutes qu'il n'avait pas de dangers extérieurs.

« André bouge pas! M'ordonna sèchement Korso, j'viens de spotter un sniper dans l'motel sur ta droite. Je l'ai en mire. »

Je figeai, mais combien y avait-il de personnes impliqués dans la transaction bon sang?! Les Soleils bleus savaient-ils déjà?

« Garde le en mire et attend de voir sa réaction, je vais créer une barrière pour me protéger, comme ça je serai à l'abri des premiers coups.

"Ace, t'es où maudit, on a besoin de toi ici!"

"J'arrive, j'arrive vous voulez que j'fasse ça comme du monde ou à botch!"

"D'une manière ou d'une autre il y a rien... alors, reviens le plus...."

"Hein!? entendis-je Ace dire, Quessé ça esti!

"Quoi, de quoi tu parles?"

"Câlisse, s'exclama-t-il dans son micro, des bruits de coups de feu et de moteurs d'envergures en bruits de fond... y'a des gars d'Éclipse partout avec un aéronef! Yé en train de décoller! Criss de Ciboir....."

Son kovalyoy ponctua sa phrase

"Osti André y'a vraiment un aéronef d'ains airs! Pis le sniper vient de tirer sur les gars devant le hangar... y'a l'air sul'borf de pêter au frette drette là! St'après lui qu'y en ont s'a l'air, r'garde moi l'régiment qui foncent vers l'motel!"

Complètement abasourdi j'entendis à peine ce que disait Korso dans le micro. J'étais trop perturbé par l'étrangeté de la scène. L'aéronef commençait à trouer l'édifice miteux aussi sûrement qu'un fromage suisse alors que des dizaines de mercenaires sortaient des bâtiments à proximité du motel pour s'y engouffrer.

Le tout, concert de vrombissement de moteur, de lumières vivent d'explosions et de crépitement de feux avaient de quoi coupé net avec le calme des secondes précédentes...

"Quessé qu'on fait André?! Sti ça prendra pas long pour être repéré!"

Je repris mes esprits et réfléchis rapidement.

"Ace, enfuis toi vers l'usine où est caché Korso, tenez la position là. Korso abat les dès que t'en vois un!" Quand c'est fait aller dans l'entrepôt pis trouver ce qu'on cherche... On ne peut pas laisser l'occasion nous échapper. Je vais aller aider l'autre idiot avant qu'il soit cramé!"

"Criss t'es fou, qui crève on a pas le temps de le sauver, pis je te rappelle qu'ils sont trop nombreux, même pour toi!"

"Laisse André faire c'qui veut pis couvre moi donc à place esti d'épais! J'tiendrai pas 100 ans seuls!"

Sans attendre la réponse de Korso, je me lançais aux pas de course à travers les ruelles en m'approchant du motel aisément identifiable grâce à la fumée.

J'atteignis l'arrière du bâtiment duquel le turien venait de sauter. Le voyant se réceptionner et boîter hors de vue, des ennemis aux trousses, je continuai ma course folle jusqu'à ce que je sois sûr d'avoir devancer le turien.

Je vérifiai l'allée suivante et comme de fait, ce dernier descendait l'allée, des ennemis aux trousses à quelques dizaines de mètres plus loin.

Sans hésiter, j'érigeai la plus puissante barrière biotique possible tout en sortant de mon couvert et en pointant mon arme sur les poursuivants.

L'inquiétude traversa les yeux du turien qui fit feu, mais ma barrière tint aisément le choc et sans plus de cérémonie, je vidai le chargeur de mon M-9 au grand complet sur les mercenaires, attirant leurs attentions momentanément tout en intimant le turien de venir vers moi d'un geste frénétique.


Dernière édition par André Coulomb le Lun 24 Oct - 18:21, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lynus Veloran

avatar

Messages : 11
Date d'inscription : 22/10/2011
Localisation : Espace concilien.

Identité
Race: Turien
Planète natale: Palaven
Profession / rang : Responsable de la sécurité.

MessageSujet: Re: Une affaire de routine   Lun 24 Oct - 11:33