Mass Effect RPG

Mass Effect RPG


 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesBioware-RPGS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le feu et la glace (Pragia)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Shas'iasto Nar Neema

avatar

Messages : 65
Date d'inscription : 20/03/2012
Age : 25
Localisation : Quelque part dans la Voie Lactée

Identité
Race: Quarien
Planète natale: Flotte quarienne, vaisseau Neema
Profession / rang : Scientifique/exilée

MessageSujet: Le feu et la glace (Pragia)   Ven 13 Avr - 14:56



- Choppez-la, bande d’abrutis, ou je vous fais bouffer vos propres tripes !

Shas’iasto accéléra aussi vite qu’elle le pouvait. Sa vie était en jeu. Ses poumons commençaient à la brûler, mais il était hors de question de ralentir. Elle jeta un rapide coup d’œil sur la demi-douzaine de Butariens à ses trousses. Certains commençaient à gagner du terrain. La Quarienne était très agile, mais pas vraiment une sprinteuse. Ni une coureuse de fond.

* Bordel, si mon Omnitech était pas HS, j’aurais semé sans soucis ces Bosh’tets !*

Tout en continuant de courir dans les ruelles, elle se mit à regarder les bâtiments avoisinant. Repérant une pile de caisses près de l’un d’eux, elle s’y dirigea, monta dessus. D’un bon, elle arriva à chopper une prise à 2 mètres au dessus du sol. S’agrippant, elle commença à escalader à toute vitesse la façade. Soudain, plusieurs coups de feu résonnèrent. Ses poursuivants avaient compris que leur proie était sur le point de s’échapper. Abandonnant l’idée de monter sur le toit. Shas’iasto s’accrocha d’une main et défonça une vitre de l’autre avec sa Locust. Avant qu’elle n’ait eu le temps de s’introduire dans la pièce, elle ressentit plusieurs pointes de feu s’enfoncer dans sa cuisse, dans son épaule et dans son dos. Retenant un cri, la Quarienne fit irruption dans ce qui s’avéra être une salle à manger. Sans un regard pour la famille de Turiens qui la regardait d’un air éberlué, elle prit son élan et sauta par la fenêtre opposée.

L’atterrissage fut douloureux. Elle tomba de quatre mètres de haut, se foulant la cheville. Sous la douleur, elle se réceptionna mal, perdit l’équilibre et fit une roulade. Elle se releva péniblement. Hors de question de rester ici. Les gars d’Ambrella allaient débouler d’un moment à l’autre. Shas’iasto s’éloigna, prenant une démarche alternant entre le sautillement et le boitillement. Il fallait qu’elle se trouve un abri rapidement.


Deux jours plus tôt

La Quarienne poussa un juron. Cet emmerdeur était encore allé se planquer dans un trou perdu. Depuis qu’elle le connaissait, tous les 6 mois, il déménageait pour un endroit encore plus paumé et inaccessible, et accessoirement encore plus mal famé. Elle évita une pile d’ordures, contourna prudemment un groupe de Vortchas entourant un cadavre, et prit la ruelle sur la droite. Enfin, au moins, ses indications étaient claires … Elle arriva enfin devant la porte qu’elle cherchait. Et sonna à l’interrupteur. Plusieurs minutes s’écoulèrent sans qu’il ne se passe rien. Elle soupira. La Quarienne regarda la caméra d’un air froid, puis fit un geste obscène devant.

* Commence sérieusement à me faire …*

Prenant son Omnitech, elle pirata la serrure en quelques secondes. Même pas besoin d’avoir recours à Hermès, vu le niveau. Un triple verrou à double embranchement, du bas de gamme. La porte s’ouvrant sans le moindre pépin, elle s’introduisit dans le bâtiment. Tout de suite, l’odeur familière de produits chimiques et de sang parvint à son nez. Des bruits peu ragoûtants émanaient de l’une des pièces ; elle traversa un hall, une cuisine, avant d’arriver dans le laboratoire/salle d’opération/de consultation. Un Butarien lui tournait le dos, occupé à rafistoler quelqu’un. Ou à le charcuter, selon le point de vue. Elle n’avait jamais su son prénom, se contentant de l’appeler Doc. La Quarienne se racla la gorge.


- Deux petites minutes, je finis de rafistoler ça … vas m’attendre à côté, Shas’ia.

Comme d’habitude, il massacrait son nom. La Quarienne retint une remarque cinglante. Quelques minutes plus tard, ils se retrouvaient à se regarder devant une table. Lui avec son habituel sourire amusé, elle avec son air froid.

- Alors, qu’est-ce que tu deviens, Shas’ia ?

Elle s’efforça de rester calme. Il avait un véritable don pour la faire sortir de ses gongs et la déstabiliser. Mais elle n’avait pas le choix. Leur accord était trop important. En cela, il ressemblait vraiment à Zrax … Sauf la profession. Le médecin butarien était l’un des rares à s’y connaître en anatomie quarienne. En fait, il connaissait celle de presque toutes les espèces pensantes.

- Je ne suis pas venue pour les mondanités, Doc.

- Toujours aussi glaciale, en tout cas … Tu pourrais au moins adresser un sourire à ton sauveur !

Elle savait très bien à quoi il faisait référence. Sans ses soins, elle n’aurait jamais survécue il y a 3 ans, face à une infection pourtant faible, tant elle était affaiblie émotionnellement et physiquement. Il l’avait retrouvée sur son vaisseau et l’avait soignée gratuitement. En une semaine, il l’avait remise sur pied, puis l’avait déposé à Skaelen-Har, où il vivait à l’époque. Devant l’absence de réaction de la Quarienne, il soupira à son tour, puis lui fit signe de le suivre.


30 minutes plus tard


- J’ai finit ton check-up, Shas’ia. Pas de soucis niveau infection. Ta blessure à la cuisse cicatrise bien. Quelques traces d’une neurotoxine galarienne … elle se dissipe sans soucis … je te demanderais pas ce que tu as fait pour récolter ça.

Elle haussa les épaules. Sa dernière mission, pour le compte de Cerbérus, avait été un peu mouvementée. Elle avait donc avancé l’habituelle consultation. Puis elle vit qu’il avait pris un air soucieux. Les mauvaises nouvelles arrivaient. Elle s’efforça de garder un air impassible.

- Tes hormones sont toujours aussi détraquées … donc la possibilité d’avoir des enfants … je ne peux rien faire à ce sujet … sauf si tu veux encore tester une de mes expériences !

Shas’iasto fit non de la tête. D’une, dans les circonstances actuelles, c’était complètement superflu. De deux, elle savait que ses expériences obtenaient toujours des résultats assez … aléatoires. Ne venaient pour cela que les fous ou les cas désespérés.

- L’état de ton bras est plus préoccupant … surtout les nerfs moteurs … tu continue d’utiliser ce satané système de connexion neurale ?

- Lâchez-moi avec ça … ça ne vous regarde pas !

- Effectivement, si tu veux te bousiller le bras à vie, c’est toi qui vois, Shas’ia.

Il recula d’un pas, puis la regarda d’un air ironique.

- L’ironie de la situation est colossale … tu es partie de l’idéalisme pour finir cynique … et moi j’ai fait exactement l’inverse …

Du peu qu’elle avait appris sur Doc, Shas’iasto avait compris qu’il avait jadis été quelqu’un d’important dans une des entreprises butariennes spécialisées dans les nanotechnologies et la modification génétique : Ambrella. Et elle se doutait bien qu’il en était partit sans autorisation, et en embarquant quelque chose de non négligeable, comme elle-même.

- C’est quoi le service en échange ?

Il lui donna les coordonnées d’un laboratoire où, d’après l’une de ses sources, on avait réalisé une étude sur certains aspects du syndrome de Kepral. Elle hocha la tête. S’infiltrer, récupérer les données en toute discrétion, et les ramener. Rien de bien difficile. Soudain, une voix féminine humaine retentit derrière elle.

- P'pa, voilà les provisions ! On a eu une ristourne sur certains articles …

Shas’iasto eut une grimace en se retournant et en apercevant l’adolescente de 17 ans. Elle ne supportait pas Gally. Pas tant au niveau physique : une humaine de 1m65, de corpulence moyenne (assez muclée), avec des cheveux et des yeux marron, habillée intégralement d'amples vêtements marrons. Rien qui ne gênait la Quarienne. Au niveau du caractère, par contre, elles étaient complètement opposées. A la façade froide et distante de l’une répondait le caractère passionné et enflammé de l’autre. Elle se dépêcha de sortir et de les laisser à leur relation père-fille. Voir cela agissait comme du sel sur certaines plaies pas encore cicatrisées …


Retour au présent

La Quarienne s’arrêta pour réfléchir. Le coup avait bien été monté. Des recherches qui intéresseraient le Doc, le poussant à envoyer quelqu’un. Un niveau de sécurité élevé, mais pas trop, suffisant pour ne pas éveiller les soupçons. De même pour la protection des données, les pare-feux, … Ils l’avaient suivi sans qu’elle ne s’en rende compte dès son départ du laboratoire, pour qu’elle les mène à sa cachette. Puis ils étaient intervenus brutalement, une douzaine d’hommes armés faisant irruption dans le bâtiment après avoir fait sauté la porte. Elle avait eu de la chance d’être repartie aussitôt, sans s’attarder. Sans quoi elle aurait aussi été piégée à l’intérieur.

* Te réjouis pas trop … ils sont toujours à ta recherche …*

Tout son équipement électronique était toujours H-S. Leur surcharge avait failli tout griller, mais le dispositif d’urgence avait sauvé les composants en les débranchant tous. Il lui faudrait une bonne heure pour tout reconnecter. En attendant, plus d'I.V, de système d’anticorps et d’Omnitech.

Sa tête commençait à tourner. Des dizaines de maladies dangereuses pouvaient s’attraper dans le coin … mais là c’était autre chose. Des nausées, des maux de tête … Du polonium. Ces enflures avaient tiré des balles au polonium. Elle se mit à tourner de l’œil.

* Il faut que je me repose … il faut que …*

Elle s’effondra par terre. Dans un dernier réflexe, elle alluma une balise donnée par Zrax pour une mission, qu'elle n'avait pas eu à utiliser, et qu'elle avait oublié de lui rendre. Inactive, elle avait été épargnée par la surcharge. Puis elle se traîna jusqu'à un petit passage.

* Je lui fais pas confiance ... mais .... l'a intérêt à ... sauver mes miches ...*

Son évanouissement interrompit brusquement ses pensées.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Soran Ter

avatar

Messages : 273
Date d'inscription : 18/10/2010
Age : 29

Identité
Race: Turien
Planète natale:
Profession / rang : Spectre

MessageSujet: Re: Le feu et la glace (Pragia)   Sam 14 Avr - 1:57

Sur la Citadelle :

Dans le quartier résidentiel du Présidium. Un turien était assis sur un banc à observer les immenses lac présent sur cette partie de la Citadelle. Il se posait quelques questions existentielles, tel que "Y a t'il des poissons ?" ou "Y a t'il des cadavres en tout genre dans le fond des lacs ?". Mais celui-ci semblait plus avoir envie de dormir qu'autre chose. Une asari s'approcha de lui et le salua d'une grande tape amical dans le dos.

-Alors Soran, ça va mieux ?
-Non ... et si tu pouvais arrêter de hurler s'il te plait.
-Sa fait combien de temps que tu as pris ta cuite ? Une semaine ? Peut être même deux ?
-Tais toi !
-Et encore ... une cuite ... c'était un verre peut être deux ... et encore je suis même pas sûr pour le second.
-Mais tais toi !

Soran répondais à l'asari sans aucune force dans sa voie, la fatigue avait pris le dessus. Sur ces dernières paroles, il essaya en vain de repousser son interlocuteur qui voyait le bras du turien passer devant elle. Elle arrêta le bras du spectre.

-T'as un message sur ton omnitech.
-Pas possible, j'suis en congé maladie.
-C'est peut être quelqu'un d'autre ?
-J'ai deux omnitechs, à droite c'est le travaille, et à gauche c'est le reste ... donc toi. Ou c'est peut être l'inverse.
-En tout cas t'as un message.

Sans aucune conviction Soran regarda le message avec la visière holographique. Un message provenant de Zrax. Ni une ni deux il se leva avec précipitation et perdit l'équilibre pour vomir derrière un buisson.

-Voila ! T'as enfin dégueulé ! Tu vas mieux te sentir.

Le message du krogan parlait de Shas'iasto. Que la quarienne aurait des problèmes sur Pragia. Soran était suposé être en repos, il n'aurait donc pas ces droits de Spectre vis à vis du Conseil pour réquisitionner un vaisseau. Il se tourna vers l'asari.

-Smiri ?!
-Si tu veux quelques chose Soran, il faut utiliser le mot magique !
-S'il te plais j'vais avoir besoin de toi Smiri.
-Ce n'est pas "S'il te plais" !
-Hum ... P ... rah j'arrive pas à le dire en étant sobre.
-Allez explique moi tout.

Soran expliqua tout à l'asari Smirite qui avait été son tuteur, son "maître", la personne qui lui avait tant appris sur la biotique et même sur la galaxie. Elle aussi était une Spectre. Mais il n'aimait pas travailler avec elle. Mais là, il en était obligé. Lui même ne savait pas vraiment pourquoi il voulait aider Shas'iasto, mais il le voulait.
Après quelques explications et une forte négociation, bien que ceci ressemblait plus a du chantage qu'autre chose, accepter de l'aider pour son sauvetage, mais faire les divers taches ménagères plus régulièrement ainsi qu'une livraison de boisson alcoolisé régulière.


Smirite possédait un petit vaisseau cargo, utilisé pour certaines de ces missions. Mais elle refusait que Soran le pilote, ces antécédents de soit disant pilote d'élite était connu de bien du monde. Il avait la fâcheuse tendance de faire crasher les vaisseaux qu'il pilotait. Peut être est il maudit, ou qu'il ne sait vraiment pas piloter ?
L'asari avait pris les commandes et sans plus attendre décolla en direction de Pragia. Le voyage ne dura qu'une heure ou deux. Il avait beau avoir fini de décuver, il était encore dans les vapes. Les deux Spectres étaient équipé de la version de leur armure pour les système terminus. Aucun signe d'allégeance à un groupe militaire quelconque de l'espace Consillien. Cette version avait la même forme, et la même couleur que leur armure officiel. L'arrivé sur les dock de Pragia ne se fit pas sans se faire remarquer. Un cargo qui se pose comme si de rien n'était sur un emplacement semble t'il réservé à quelques choses de plus grands. Un garde s'approcha d'eu, Smirite se mis en avant et discuta avec lui à quelques mètres de là.


Sur Pragia :

Elle revint le sourire au lèvres, bien que son casque cachait son visage. Il leur suffisait de suivre le signal au travers un dédale de ruelle de mur et d'ordures, sans oublier quelques cadavres. Ils approchaient du signal de détresse de la quarienne et la pluie avaient commencé à tomber.

-Soran, faudra qu'on trouve un endroit ou se mettre à l'abris.
-Oui tu as raison. On en cherchera un après.
-Non, va chercher ton amie et je cherche un endroit où on pourra se planquer un temps.

Smirite parti à la recherche d'un coin tranquille pendant que Soran parti à la recherche de Shas'iasto. Le signal était de plus en plus fort. Il arriva au détour d'une intersection. Deux butariens étaient debout à observer une traînée de sang.

-Elle doit surement être morte maintenant ?
-Sa fait à peine une heure qu'on a perdu sa trace. Et c'est peut être pas à elle.

Le turien s'avança vers eux sans aucun animosité de sa part. Ils se regardèrent sans pour autant se sauter à la gorge. Une fois au bout de la rue il prit l'intersection et s'arrêta.

*Merde, elle est dans cette ruelle, mais ces deux butariens m'inquiètent. Je crois avoir déjà vue le symbole sur leurs armures.*

Il hésita un instant, puis retourna dans la rue pour neutraliser les deux soldats à l'aide d'une décharge électrique. Il continua rapidement en direction du signal. En fouillant un peu sous quelques panneaux il finit par trouver la quarienne.

-Putain gamine, t'es dans un sale état.

Il l'attrapa et la mit sur son dos. Smirite le contacta peu de temps après pour lui donner la position d'une maison non habitée avec encore un certains confort. Il a déposa sur une couchette et regarda Smirite.

-Tu as des connaissances en médecine, tu dois pouvoir la soigner ?
-Les quariens sont spéciaux. Et puis faudrait déjà parvenir à reboucher l'armure, c'est plus ton truc sa ?
-Heu ... oui et non, mais autant lui administrer du medi gel et quelques médoc non ?
-Pour une fois tu as raison.

Après avoir administrer du medigel sur les plaies ainsi que des antibiotiques. Soran pris le premier tour de garde et Smirite se reposa à proximité de la quarienne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shas'iasto Nar Neema

avatar

Messages : 65
Date d'inscription : 20/03/2012
Age : 25
Localisation : Quelque part dans la Voie Lactée

Identité
Race: Quarien
Planète natale: Flotte quarienne, vaisseau Neema
Profession / rang : Scientifique/exilée

MessageSujet: Re: Le feu et la glace (Pragia)   Sam 14 Avr - 18:07


Sous l'effet de l'infection et du polonium, le sommeil de Shas'iasto était peuplé d'hallucinations. Elle-même en train d'étrangler Daro'Xen. Darel'Zaan et un Geth attablés, en train de boire du café. A nouveau elle, en train de disputer une partie de Skyllian Five avec un Vorcha, un Varen et un Hanari. Soran Ter en train de la porter sur son dos. Zrax occupé à faire des gâteaux, un tablier autour de la taille. Un choeur de Quariens et de Geths en train de chanter des chansons paillardes. Soran dans une maison, elle-même se reposant sur une couchette, avec une Asari à ses côtés.

Ce ne fut que lorsqu'elle ressentit la douleur qu'elle comprit qu'elle était réveillée, et que cette dernière scène était réelle. Tout son corps lui faisait mal, avec des pointes de douleur par endroit, là où les balles avaient pénétré sa combi. L'infection commençait heureusement à reculer. Quelqu'un avait du lui donner des médicaments. Cependant, les troubles dus au polonium étaient toujours là. Elle essaya de bouger, puis grogna sous la douleur. Deux balles, l'une dans sa cuisse, l'autre dans le bas du dos, étaient encore dans sa chair.


- De retour du pays des merveilles, gamine ?

Elle leva péniblement la tête. Adossé au mur, le Turien la regardait en souriant. La gorge sèche, elle murmura :

- Soran ... qu'est-ce que ...

Un vertige la repris. C'était pas le moment pour des question stupides ! L'infection diminuait, mais l'étanchéité de sa combinaison n'était toujours pas rétablie ...

- Oubliez ... rétablir branchements de combi ... colmater fuites ... agir contre infection ...

Puis elle s'évanouit à nouveau. Lorsqu'elle se réveilla, la sensation familière de sa combinaison en état de marche la rassura. Soran et l'Asari avait du réussir à relancer les programmes. Ce coup-ci, elle put se redresser. Alors que Soran et l'Asari la regardaient, les malaises revinrent. Shas'iasto pouvait encore sentir l'horrible sensation de corps étrangers logés dans sa chair. Il fallait les extraire avant qu'il ne soit trop tard.

*Le labo ... c'est le seul endroit ... pas le choix ... leur faire confiance ...

Elle prit son Omnitech, déverrouilla le programme Mnémosyne, et le tendit à Soran d'une main incertaine. Lorsqu'il l'eut pris, elle se laissa retomber sur sa couche. D'une voix faible, elle lui expliqua ce qu'il fallait en faire :


- Itinéraire vers labo ... dans messages récents ... pourvu d'un scanner et d'une salle de stérilisation. Faut extraire les balles. Gaffe ... mercos ont attaqué là-bas ... ptet encore sur place ...

La Quarienne serra les poings. Elle détestait être vulnérable, être obligée de faire confiance à d'autres ... Mais les projectiles finiraient par avoir sa peau s'ils n'étaient pas enlevés ... Et elle ne voyait personne d'autre vers qui se tourner. Elle espérait juste que les gars d'Ambrella avaient dégagé des lieux. Au fond d'elle-même, elle se demanda ce qui était arrivé au Doc et à Gally.

*D'abord, survivre ... je ne leur dois rien ...*

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Soran Ter

avatar

Messages : 273
Date d'inscription : 18/10/2010
Age : 29

Identité
Race: Turien
Planète natale:
Profession / rang : Spectre

MessageSujet: Re: Le feu et la glace (Pragia)   Dim 15 Avr - 12:02

Après que Shas'iasto se soit réveillée une première fois, et en suivant ces instructions, Soran parvint à réactiver les premiers système de sa combinaison. Le reste suivit tout seul, comme s'il avait suffit d'appuyer sur un bouton de réarmement.
Smirite montait la garde, elle surveillait les allés et venus dans la rue qui passait devant le lieu a vivre qu'ils avaient investi. Elle s'approcha de Soran alors que la quarienne était encore évanouie.


-Je t'ai accompagné aveuglement, mais c'est qui ?
-Une personne avec qui j'ai travaillé.
-Et tu t'y attaches comme ça ? Comme si de rien n'était ?
-C'est autre chose ... Tu te souviens quand je t'ai tout dis sur moi avant qu'on se rencontre. Et bien c'est un peu grâce à elle. Elle m'a fait réaliser que j'avais quelques chose en moi et que j'avais besoin de le faire ressortir.
-Et tu t'es servis de moi comme un psy ?
-On peu dire cela.
-Tu mériterais que je t'en colle une gamin !

Soran rigola, cela faisait une éternité que Smirite ne l'avait pas appelé ainsi.

Peu de temps après, Shas'iasto semblait être revenu à elle. La quarienne était encore souffrante de ces blessures. Les deux spectres tentèrent de l'aider à se redresser. Elle pianota difficilement sur son omnitech et tendit un programme à Soran.

-Itinéraire vers labo ... dans messages récents ... pourvu d'un scanner et d'une salle de stérilisation. Faut extraire les balles. Gaffe ... mercos ont attaqué là-bas ... ptet encore sur place ...

Elle serra les poings de colère. Sa respiration était lourde et difficile. Le turien analysa le programme et le mis en route. Il lui indiqua quelques informations sur ce qu'elle était venu faire ici, et même l'itinéraire à prendre pour allez chez ce "doc". Il fut tenter d'explorer plus en profondeur les informations provenant de ce programme. Mais le travail avant tout, il n'aurait pas eut le temps de tout regarder.

-Smirite, prend la sur ton dos, on bouge.

L'asari fit un signe de la tête en acceptation. Soran ouvrit la voie. Ces armes étaient rangées. Tant qu'il n'y avait personne, il était prudent à chaque intersection, prêt à dégainer une arme ou à lancer un assaut avec une attaque biotique ou tech.
La route à prendre ne fut pas des plus simple, entre éviter de déranger des vortchas qui se battaient à pierre/papier/ciseau pour savoir qui aurait le droit de tirer le premier lors de leur prochain travail. Sans oublier les civiles qui jetaient par la fenêtre des ordures.
Il ne leur restait plus qu'à tourner à droite et à marcher sur une dizaine de mètres pour atteindre le labo du Doc. Smirite proposa à Soran d'aller plus en avant et de vérifier qu'il ne reste personne là bas. Elle ne pourrait pas combattre avec quelqu'un sur son dos dans cette étroite ruelles. Le turien pris les devant, un fusil d'assaut en main. Il observa la rue depuis l'intersection. Il y avait quelqu'un qui semblait garder la porte. Il rangea son arme et approcha avec une total indifférence du garde. Celui-ci remarqua le turien et dégaina son arme aussi sec. Ni une ni deux, Soran lança une violente attaque biotique sur le mercenaire qui s'écrasa sur le mur en ayant tiré une rafale en l'air. Un autre garde qui était juste à l'entré sorti et se pris à son tour une attaque biotique. Le turien rentra l'arme en main et élimina d'une succession de tir un troisième soldat. Il fit un rapide tour et ne trouva personne d'autre.


-La voie est libre Smirite, tu peux venir.

Elle arriva avec la quarienne sur son dos. Elle avait de nouveau perdu connaissance.

-Bon, où est cette zone stérile pour que je l’opère ?
-Un peu plus loin. Je vais venir t'aider.
-Ho que non, toi tu restes là. Avec le bordel que tu as foutu, je suis sur que d'autre pourrait arriver. Et puis ... c'est une demoiselle.
-Et alors ? Quand je t'ai appelé Ma...
Smirite sorti une arme et la pointa devant Soran.
-Tu restes ici et tu surveilles.

Il se retourna et se mit a surveiller la rue avec un petit programme de micro caméra. La dernière fois qu'elle avait menacé Soran c'était lorsqu'elle décida de l'adopter. A cette époque, il vivait encore sur un monde en pleine guerre civile. Elle venait de le sauver lui et quelques un de ces jeunes amis de l'époque. Il lui sauta dessus avec une matraque de fortune. L'asari l'avait mis à terre et menacer avec une arme en le mettant en garde. Il se sentit impuissant comme lors de cette mésaventure.
Après presque une heure et une succession de cri de douleur, l'asari ressortit de la salle d'opération et s'approcha de Soran.


-C'est bon, j'ai retiré les deux balles et nettoyé du mieux que je pouvais les plais. Maintenant, c'est à elle de finir.
-Merci.
-Y a pas de quoi, et j'm'excuse pour tout à l'heure.
Le turien ne disait rien.
-Bon, j'ai besoin d'un verre, y a quoi à boire ici ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shas'iasto Nar Neema

avatar

Messages : 65
Date d'inscription : 20/03/2012
Age : 25
Localisation : Quelque part dans la Voie Lactée

Identité
Race: Quarien
Planète natale: Flotte quarienne, vaisseau Neema
Profession / rang : Scientifique/exilée

MessageSujet: Re: Le feu et la glace (Pragia)   Dim 15 Avr - 20:25


La douleur avait été intense, mais les balles avaient été retirées. Shas'iasto remit sa combinaison et se leva doucement de la table d'opération. Son épaule allait lui faire mal pendant plusieurs jours, mais il n'y avait aucune partie importante touchée. Par contre ... sa cuisse, c'était autre chose. Elle venait à peine de se remettre de l'autre blessure ... Elle posa avec précaution le pied par terre.

*Ca ira ... si je force pas trop dessus ...*

L'étanchéité de sa combinaison étant rétablie, elle sortit de la zone stérile et regagna la salle de séjour. Soran surveillait un écran, sans doute relié à une caméra, tandis que l'Asari fouillait un placard. Celle-ci mis la main sur une bouteille d'alcool butarien et se retourna d'un air triomphant, remarquant dès lors l'arrivée de la Quarienne. Shas'iasto tira une chaise et s'assit dessus en poussant un grognement. Elle n'avait pas encore l'esprit très réveillé, mais elle devait tirer certaines choses au clair.


-Soran ... et ... heu ...

-Smirite ... La grande et puissante Smirite.

L'Asari finit sa phrase en prenant une pause qui pour elle semblait des plus classes. Shas'iasto resta interdite pendant quelques secondes, l'air éberluée. Puis elle poursuivit sa phrase.

- Smirite, c'est noté. Soran et Smirite ... voilà, merci ... de m'avoir sauvé la peau ...

Elle avait pris un ton hésitant pendant qu'elle prononçait ces mots. Cela devait faire une éternité qu'elle ne s'était pas sentie reconnaissante vis-à-vis de quelqu'un. Et d'autant plus d'une personne que rien ne reliait à elle avant. Depuis la mort de Darel, en fait. Elle était complètement déstabilisée. Son masque froid et détaché réapparu instinctivement.

- Mais pourquoi est-ce que vous me cherchiez ?

-On avait envie de se balader et on a reçu une invitation d'un barman sur la station Skaelen-Har. Je sais on y est loin mais j'ai entendu dire que le temps était plutôt mauvais a cette époque.

Shas'iasto hocha la tête. C'était déjà plus clair. Zrax avait dû contacter Soran pourqu’il y aille à sa place, le Krogan ne pouvant pas quitter comme cela son repaire. Et le Turien avait dû choisir de ramener en renfort cette Asari excentrique. Une inconnue demeurait : pourquoi le Turien avait-il accepté ? Elle hésita à poser la question, puis se souvint d'un détail. A la limite de la crise, elle demanda à Soran de lui rendre son Omnitech. Elle le lui arracha presque des mains.

*Pourvu qu'il n'ait pas trop regardé dedans ... certains détails ... calme-toi, Shas, calme-toi ...*

Puis elle se leva et s'approcha d'un des meubles. Dessus, une réplique d'un vieux contenant butarien, en terre cuite. Elle le laissa tomber par terre et le brisa. Ignorant les regards intrigués de Soran et Smirite, elle fouilla les débris, puis se releva avec un holo-enregistrement. En quelques secondes, elle tapa le code.

* A ouvrir si il lui arrivait quelque chose ... mais pourquoi est-ce que je lui ai juré de le faire ...*

L'enregistrement se déclencha aussitôt, sans qu'elle ait lancé la lecture. Les trois personnes purent voir l'image d'un Butarien, en tenue de médecin.


- Doc ... mais qu'est-ce que ...

Shas'iasto s'interrompit et écouta ce qu'il disait, concentrée là-dessus, sans se soucier de ce que faisait les deux autres. Elle voulait expédier au plus vite cette formalité, pour pouvoir se sentir libre de poursuivre sa route.

Shas'ia ... si tu peux m'écouter, c'est que mon passé a finit par me rattraper. Tu sais que j'ai fait partie d'Ambrella, et que je m'en suis enfui avec quelque chose. Que j'ai passé mon temps à fuir.

Il marqua une pause. Visiblement, le courage lui manquait pour poursuivre. Puis il inspira profondément et repris.

- Tu te refuseras à verser la moindre larme. C'est dommage ... pour toi. Mais je ne te laisse pas ceci pour que tu prennes conscience de ta volonté d'auto-mutilation mentale et physique. Je te connais mieux que tu ne le penses. Tu payes toujours tes dettes. Et je t'ai sauvé la vie. C'est pourquoi je te demande ceci : protège Gally.

La Quarienne eut un hoquet de surprise et manqua de s'étrangler. Mais qu'est-ce qu'il avait fumé ? Non seulement elle et Gally ne s'appréciaient pas, mais en plus, elle vivait dans un milieu dangereux, pratiquait un métier risqué. Sans compter le fait qu'elle ne voulait se lier avec personne. Même si elle lui devait sa vie, elle n'irait pas jusque-là. Et il le savait !

C'est elle qu'ils voulaient. C'est pour la protéger d'eux que j'ai fuit. Elle est ... spéciale. Regarde le fichier joint, tu comprendras. Je n'ai confiance qu'en toi. Parce que malgré tout ce que tu as choisi de devenir, tu reste une personne fiable, à ta manière. Prête à tout pour accomplir une chose qu'elle a accepté. C'est ce qu'il lui faut.

La Quarienne secoua la tête avec rage. C'était le bouquet. Protéger une adolescente qu'elle ne supportait pas, face à une organisation déterminée. Certes, Ambrella était loin d'être au niveau de la plupart des mafias et organisations terroristes, mais elle restait dotée de moyens importants.

*Non. Je ne peux pas faire ça ... désolée, Doc, mais faudra chercher une autre cruche pour ça.*

Elle tendit la main pour éteindre l'enregistrement, le Butarien continuant de parler.


- Tu dois être en train de t'énerver. Voire sur le point de refuser. Je n'ai rien à dire pour te convaincre d'agir. Juste ceci : je t'en supplie ... nos enfants ne devraient jamais payer le prix de ce que nous avons fait ... tu dois le ressentir, mieux que personne ... ça ne devrait jamais arriver ...

Shas'iasto s'interrompit en plein milieu de son geste. Son message terminé, l'enregistrement s'éteignit. Mais la Quarienne resta immobile figée, pendant quelques secondes. Puis ses épaules se mirent à trembler lorsqu'elle partit dans un rire rempli de tristesse, mais aussi de folie. Lorsqu'elle se fut calmée, quelques minutes après, elle murmura :

- Il le savait ... ce bosh'tet ... il savait que je pourrais pas ... ignorer cet argument ...

Elle marqua une pause, plongée dans ses souvenirs.

- Elle aurait deux ans et demi maintenant ...

Puis, aussi soudainement qu'elle s'était déclenchée, la crise cessa. Elle reconstruisit en un éclair sa façade. Elle se retourna vers Soran et Smirite, comme si rien ne s'était passé, et demanda d'un ton froid.

- Je peux retrouver sa position, mais je n'y arriverais pas seule. J'ai besoin de votre aide. Vos conditions seront les miennes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Soran Ter

avatar

Messages : 273
Date d'inscription : 18/10/2010
Age : 29

Identité
Race: Turien
Planète natale:
Profession / rang : Spectre

MessageSujet: Re: Le feu et la glace (Pragia)   Dim 15 Avr - 21:16

Alors que la quarienne venait à peine de comprendre de quel façon Soran était arrivé jusqu'à elle, qu'elle n'avait plus qu'une idée en tête, récupérer son omnitech. Le turien fit un signe de la main en direction d'une table. Il était posé là, comme laissé pour compte sans aucune envie d'y toucher. Il était prêt à lui expliquer qu'il n'avait rien chercher dedans mis à part l'endroit dont elle parlait. Mais celle-ci se rua vers un vieux pot en terre et le brisa contre le sol. Shas'iasto fouilla dans les débris pour ressortir une holovisionneuse et lança l'enregistrement. C'était comme si elle savait que c'était là, pour elle, sans pour autant prêter attention aux deux spectres derrière elle.

Pendant la vidéo, Smirite s'approcha de Soran, une bouteille à la main. Elle bu un bonne gorgé et s'essuya les lèvres.


-Hey Soran. Tu sais au moins c'est qui Ambrella ?
-Ouais, une boite butarienne spécialisée dans les nanotechnologies et la modification génétique.
-Et ils auraient utilisé des esclaves comme cobaye pour leur test, mais impossible de trouver des preuves.

La quarienne était absorber par la vidéo.

-Smirite, j'aurais une question.
-Vas-y ! Elle repris une autre gorgé d'alcool.
-T'as pris des photos ?
-Quoi ? Si t'en as tant envie, j'connais deux trois adresses.
-Mais non ! J'me suis toujours demandé à quoi pouvait ressembler les quariens sous leur masques.
-Bouarf ! Tu sais, rien d’exceptionnel. Pour moi tout les aliens se ressemblent.
-Là c'est l'alcool qui parle ?
-Regarde t'es mains, et regarde les siennes, vous avez tout les deux trois doigts ! CQFD !

Soran ne savait quoi répondre à l'asari. Elle avait eut une réponse qui ressemblait à celle de Zrax vis à vis de l'anatomie quarienne.
A la fin de la vidéo, Shas'iasto se retourna vers les deux spectres. Elle leur demanda leur aide avec sa froideur habituel.

-Tout se que l'on veut ? Je crois que Soran à déjà son id... Le turien donna un coup de coude à sa collègue asari pour la faire taire. Je rêve ou tu viens de me donner un coup de coude ?
-Oui tu rêves.
-C'est bien se que je pensais.
Il y eut un silence pendant quelques secondes alors que le turien et l'asari se regardait droit dans les yeux et jouaient a celui qui baisserais le regard en premier.
-T'as perdu gamin !
-Jamais !
-Si, tu baisses ton regard depuis le début pour me regarder.
-Je te ... hais ! Il se tourna vers la quarienne. Okay, je veux bien t'aider et je pense que l'alcoolique à côté de moi me suivra. Smirite acquiesça d'un signe de la tête. Mais là maintenant, je n'ai aucune condition. Quoi que peut être ... non, après réflexion non.

L'asari fini le reste de la bouteille d'une traite sans s'arrêter et poussa un long soupir de soulagement. Puis les deux spectres renfilèrent leur casque.

-Nous te suivons gamine !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shas'iasto Nar Neema

avatar

Messages : 65
Date d'inscription : 20/03/2012
Age : 25
Localisation : Quelque part dans la Voie Lactée

Identité
Race: Quarien
Planète natale: Flotte quarienne, vaisseau Neema
Profession / rang : Scientifique/exilée

MessageSujet: Re: Le feu et la glace (Pragia)   Lun 16 Avr - 2:06


Shas'iasto ressentit un profond soulagement lorsque Soran et Smirite acceptèrent. Ses pensées partaient dans tous les sens. Avait-elle raison de s'engager là-dedans ? Que se passerait-il si jamais Gally était morte ? Et pourquoi diable acceptaient-ils de l'aider sans contrepartie ? Quelle était cette condition que Soran aurait peut-être aimé poser ?

*Calme-toi ! Tu as accepté la mission ... donc maintenant, concentre-toi uniquement là-dessus ! ET sur rien d'autre !*

Elle respira profondément, puis se mit à manipuler son Omnitech. Oui. Elle était toujours active. Et coup de chance, toujours sur Pragia. Un vieux complexe industriel désaffecté ... A une heure de marche, tout au plus. Elle se tourna vers les deux comparses :


- A la demande de Doc, j'avais programmé un traceur pour Gally ... au cas où. Il marche toujours. Elle est dans cette zone, un vieux complexe industriel. On y sera dans une heure. Vous êtes toujours partants ?


Une heure et demie plus tard

Ils étaient arrivés sans encombre dans le complexe désaffecté depuis un bon siècle. Le bon côté de la chose, c'était l'absence totale de systèmes de sécurité encore en place : pas de caméras, de capteurs, de pièges sophistiqués, ... Le mauvais côté, c'était qu'il était impossible pour Shas'iasto de s'infiltrer par son chemin favori, les conduits. De toute façon, étant donné l'état de sa cuisse, c'aurait été compliqué. Après une rapide reconnaissance, Smirite avait estimé le nombre de gardes à une douzaine. Juste assez pour nécessiter autre chose qu'une attaque frontale pure et simple.

Le plan que l'Asari avait mis au point était on ne peut plus simple. Elle et Soran s'occuperaient d'éloigner les gardes, les perdant dans le complexe pour mieux les neutraliser. Cela voulait dire les éliminer, le cas échéant. De son côté, la Quarienne devrait s'introduire dans l'ancien laboratoire où ils gardaient Gally, éliminer les personnes en poste (pas plus d'une à deux) et foutre le camp aussi sec. Ils s'étaient séparés afin de gagner leurs positions respectives, de chaque côté de la zone surveillée.

Shas'iasto profita de l'attente pour consulter le fichier que Doc lui avait remis. Elle comprenait désormais beaucoup mieux pourquoi Ambrella tenait à mettre la main dessus.


- Mais qu'est-ce qu'il lui est arrivé ... c'est quoi, ça ?



Notes sur Gally

Shas'iasto, voici quelques informations utiles sur ma fille. Prends-en soin. Elles ne doivent pas tomber entre les mains de n'importe-qui. Mais elles te seront utiles pour mieux la comprendre et t'occuper d'elle. Doc.

Je l'ai trouvée sur une planète en ruines, lors d'une expédition organisée par Ambrella, il y a 5 ans, complètement amnésique. Je ne sais pas ce qu'il lui était arrivé, mais ce n'était pas l'oeuvre d'une technologie actuelle. Ni Prothéenne. Les ruines non plus d'ailleurs, mais je m'égare. Je penche pour un contact avec un artéfact plus ancien. Une armure peut-être.

Une couche de métal a complètement fusionné avec tout son épiderme. Un métal complètement inconnu, léger et résistant, comportant toutes les nuances du gris. Il fournit une protection importante contre la plupart des armes conventionnelles, mais pas contre celles à gros calibre ou forte pénétration. Évite de l'exposer à des snipers ! Note bien que, comme tu as pu le remarquer, sa tête n'est pas couverte, la couche s'arrêtant au cou. Cette couche peut se régénérer selon une procédure proche de la peau normale (vitesse identique).

Le reste du corps n'est absolument pas modifié et reste celui d'une humaine, avec des capacités humaines. Elle est plutôt musclée, a des réflexes, une vitesse et une agilité élevée, mais dans les normes de son peuple. Note bien que, vu ce point, tout choc important ne sera pas absorbé par la protection, mais répercuté sur le reste de son corps. Avec de graves conséquences. Pour une raison étrange, aucun bouclier cinétique individuel ne fonctionne sur elle. Sois prudente pour elle ...

Ses compétences de combat sont ... impressionnantes. Je l'ai encouragée dans cette voie, qu'elle me le pardonne. Mais toi et moi savons que la galaxie peut se révéler impitoyable ... Elle fait un blocage psychologique sur toutes les armes à feu. Elle peut manier des armes blanches, mais à contre-coeur. Son domaine de prédilection reste le combat à mains nues : elle a développé un art martial basé sur le déséquilibre de l’adversaire (projections, ...) et une mobilité importante (sauts, esquives) pour placer un coup dans les points vitaux.

Cette technologie recèle quelques dispositif, qu'elle et moi n'avons peut-être pas tous découverts. L'un d'eux permet de porter des coups diffusant une onde de choc au contact de l’adversaire, de manière à contourner les protections et atteindre les points vitaux internes. Ces ondes restent très localisées, ne se propagent qu'aux environs du point d'impact, sur une dizaine de centimètres, pas plus. Un autre lui permet de faire jaillir des griffes du même métal, au niveau de la jointure des doigts, de 12 centimètres. Elles sont tranchantes, acérées et résistantes.

Voilà. C'est tout ce que je peux te dire. Le reste ... son caractère ... découvre-le toi-même ! Et ... merci ... même si tu crois que je t'ai piégé ... merci.




- Espèce de ... attends que je te remette la main dessus ... tu vas pas t'en tirer comme ça ...

Ils n'avaient pas retrouvé le corps de Doc. Il était peut-être encore en vie, détenu, ici. Elle se raccrochait encore à cette idée. Seul espoir pour elle de pouvoir continuer sans prendre la responsabilité d'une autre personne. Car elle ne pouvait plus revenir sur son engagement. C'était à peu près le seul critère moral qu'elle avait gardé. Lorsqu'un marché est passé, on s'y tient. Point. Sauf si l'autre le remet en question d'abord. Puis elle coupa court à ses pensées et s'étira. Les deux autres n'allaient pas tarder à passer à l'action.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Soran Ter

avatar

Messages : 273
Date d'inscription : 18/10/2010
Age : 29

Identité
Race: Turien
Planète natale:
Profession / rang : Spectre

MessageSujet: Re: Le feu et la glace (Pragia)   Mar 17 Avr - 18:36

Le plan de Smirite était simple, distraire le groupe qui montait la garde à l'interieur pendant que Shas'iasto allait récupérer son "amie". Smirite passerait par la porte principale et Soran par l'une des fenêtres. La structure même de l’entrepôt était labyrinthique. Des conteneurs disposés de façon à créer un réseau de couloir avec des culs de sacs.
Le turien alla se mettre en position, fusil d'assaut armé et amplifié avec des munitions à distorsion. Il activa sa visière holographique et synchronisa ces omnitechs avec celui de Simirite à distance.
L'asari fut la première à entré dans l'arène, elle ouvrit la porte principale. Deux butariens montaient la garde à côté de quatre autres qui jouaient à un jeu de cartes. Directement les six mercenaires pointèrent leurs armes sur Smirite.


-Salut mes choux ! C'est ici pour la soirée ?
-C'est qui celle là ?
-J'en sais rien, mais si elle est là pour s'amuser, elle est à la bonne adresse.
-Gaffe ! Elle porte une armure et une arme.
-Ce ne sont que des imitations. On m'a dit que c'était soirée mercenaire.
-Approche donc ma petite.

Elle s'avança vers le butarien qui venait de parler et s'assit sur ces genoux. Elle lui parla avec une voie de séductrice digne d'une mauvaise série de télé-réalité humaine du début des années 2000.

-C'est toi le chef ! J'en suis sûr ! Tu ressembles beaucoup à mon vieux père, lui aussi était un chef.

Le mercenaire était quelques peu gênés alors que ces coéquipiers lui lançaient des regards jaloux.

-Je ressemble beaucoup à toi père ?
-Oui, sauf que toi ... tu es encore en vie ... bien que ...

Pendant qu'elle lui parlait, l'asari plaça ces bras de façon à lui briser la nuque. En une fraction de seconde elle s'exécuta et dégaina son arme pour tuer le garde sur sa droite. Elle bascula en avant et avec une roulade se retrouva à couverts. Les mercenaires restants la poursuivirent. Soran exécuta le dernier de la file d'une rafale de tir depuis l’extérieur du bâtiment et y rentra pour en tuer un second qui était revenu en arrière.

Le réseau de couloir servit à Smirite pour semé les deux derniers et les prendre en sandwich avec son collègue turien. Les deux butariens furent mortellement blessés avec des attaques biotiques. La fête était loin d'être fini, les renforts arrivèrent rapidement. Pour se mettre en position défensive. Il y en avait deux qui étaient montés dans les étages pour leur tirer dessus depuis les hauteurs et dirigés les autres qui pénétraient dans le labyrinthe.

-Vas-y Soran, coupe l'éclairage.

Avec son omnitech, Soran fit exploser l'éclairage avec une simple sur-tension. Le flash lumineux fut d'une tel intensité qu'il aveugla les butariens. Les deux spectres en profitèrent pour éliminer ceux dans les hauteurs. Le premier subit de nombreux tirs. A cette distance, il n'était pas évident de blesser pour tuer sa cible. Quand au second il subit un violent combo d'attaque biotique qui le firent finirent enfoncé dans le mur.
Il n'en restait plus que quatre ou cinq. Dans le noir, les deux spectres étaient tels des créatures de la pénombres n'ayant pour seul but que de tuer. Le premier fut tuer à une intersection. Le turien l'attendait il braqua son arme sur le flanc du crane du butarien, celui-ci ne pu rien faire à part prononcer un "Oh merde !" avant que Soran n’appuie sur la gâchette et repeigne le conteneur opposé de sang et de morceau de cervelles. Le second et le troisième furent tué par l'asari en close combat. Le quatrième fut mis à terre par Soran qui terrorisa celui-ci en utilisant les différentes lumières de sa combinaison et projection holographique provenant d'un omnitech. La terreur du mercenaire était lisible sur son visage et même après sa mort. Il avait continuer à tirer même après que son arme est surchauffé et que la lumière se soit estompée. Sa gorge fut tranché à l'aide du lame jetable insta-forgée. Le dernier se mit a crier et pris la fuite en balançant son arme au sol. On pouvait l'entendre crier pendant encore plusieurs mètres.


-Sa faisait longtemps que je ne m'étais pas autant amusé Soran, merci.
-De rien l'ancêtre, j'te sent un peu essoufflé !
-Et toi donc gamin, j'crois que j'ai trouvé un de t'es poumons par terre.

L'asari et le turien se félicitèrent pour se nettoyage. Soran se rendit en direction de là où la quarienne était partit alors que Smirite se rendit sur la table de jeu à l'entré pour récupérer quelques chose.

-J'en était sûr !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shas'iasto Nar Neema

avatar

Messages : 65
Date d'inscription : 20/03/2012
Age : 25
Localisation : Quelque part dans la Voie Lactée

Identité
Race: Quarien
Planète natale: Flotte quarienne, vaisseau Neema
Profession / rang : Scientifique/exilée

MessageSujet: Re: Le feu et la glace (Pragia)   Mar 17 Avr - 20:08


Dès que la fusillade commença, Shas'iasto se redressa et activa le laser de découpe de Mètis sur une fenêtre. Il découpa en une poignée de secondes un espace suffisamment large pour laisser passer une maigre Quarienne à travers la vitre. Elle activa son camouflage, puis pénétra dans la pièce. La lumière lui permit de voir deux hommes encore en place, un garde et un homme en costume d'affaires. Une pièce fermée par un système de verrou électronique attira son attention. Ca devait être par là ...

Alors qu'elle se demandait comment les neutraliser efficacement, la lumière s'éteignit. Elle réagit aussitôt. D'une main, elle activa sa vision nocturne, tandis que de l'autre, elle s'emparait de sa Locust. La distance était ridicule, même pour elle. Sa rafale toucha le garde en pleine tête. Le Butarien à côté resta bouche bée, tandis qu'elle se glissait vers lui et lui assénait un coup de toutes ses forces dans le bas-ventre. Suivi d'un coup de crosse sur la nuque pour faire bonne mesure. Elle se dirigea alors vers la porte verrouillée.


- Hermès, ouvre-ça illico !

En quelques secondes, le vieux verrou fut contourné, et la porte s'ouvrit. Le spectacle qui l'attendait ruina ses derniers espoirs. Deux corps, l'un humain, l'autre butarien, étaient étendus sur le sol. Shas'iasto se précipita auprès de Doc. avant même de prendre le poul, elle sut qu'il était trop tard. Les traces de torture ne laissaient pas de doute ... Acide, lames, piqûres, ... ils n'y avaient pas été de main morte. Elle eut un sanglot.

- Désolée, Doc ... je n'ai pas été assez rapide ...

Elle prit quelques secondes pour pleurer celui qui avait été le plus proche d'un ami pendant ces trois ans. Elle avait refusé de se l'avouer. A cause de son obstination à échapper à toute forme de lien. Mais à travers ses attentions, ses avertissements, il avait tenté de la protéger d'elle-même. Puis elle refoula aussitôt ses sentiments. Elle avait un travail à finir. Il fallait avancer ; les morts restaient morts ...

- L ... les mains en l'air ! Et éloigne-toi du Sujet 14 !

La Quarienne se retourna lentement, toisant le Butarien. Un businessman, pas un garde. Son bras tremblait en tenant le pistolet.

- Espèce de ... salope ! Ne tente-rien, je sais que ton bouclier est H-S ! Tu ... tu ne peux pas comprendre l'importance de cette fille ! C'est ... c'est notre futur !

La Quarienne eut un sourire méprisant. Son bouclier avait été réactivé par Soran et Smirite ... et ça, il l'ignorait. Néanmoins, elle profita de l'occasion pour lui en faire dire le plus possible. Elle n'avait pas l'attention d'utiliser son atout si tôt.

- Le futur ... ou celui d'Ambrella ?

Le Butarien eut un sourire hautain, puis il plongea sa main libre dans sa poche, pour en ressortir un bloc de données, qu'il agita en direction de Shas'iasto, avant de le jeter à côté. Il inclina la tête largement sur la droite.

- Il y a 10 000 crédits là-dedans ... ça devrait suffire à un sbire de ton genre. Hé oui, nous savons tout à ton sujet, Shas'iasto Nar Neema ... ou devrais-je dire Shas'iasto Nar Neema Vas Satay ?

Le sang de la Quarienne ne fit qu'un tour, et elle se retint de justesse de lui sauter à la gorge. Elle avait encore une question à lui poser ... Mais ce qu'il ajouta après la mis en rage :

- Prends ton fric et barre-toi ... dommage que ce vieil idiot ne se soit pas montré raisonnable ! Enfin, ses cris étaient ...

La Quarienne sauta sur le Butarien surpris. Le seul tir qu'il plaça fut dévier par le bouclier. Poussée par la rage, la Quarienne lui agrippa le poignet, le tordit, et lui fit lâcher le pistolet. Se reprenant, le Butarien lui cogna la cuisse, à l'emplacement de sa blessure. Sous la douleur, elle lâcha prise, et il en profita pour la clouer au sol. Il commença à l'étrangler.

- Crève, salope !

Shas'iasto commençait à manquer d'air. Dans une ultime tentative, elle chercha quelque chose avec sa main et la referma sur quelque chose de dur, qu'elle écrasa sur la tête de son adversaire. Elle inversa alors la position et commença à cogner son visage avec le pistolet. Violemment. Elle s'acharna jusqu'à ce qu'il arrête de bouger et que son visage soit réduit en bouillie. Puis elle se releva, hébétée. C'était la première fois qu'elle se laissait submerger par la colère. C'était ... perturbant ...

* Gally .... occupe-toi de ton travail, d'abord ... tu reviendras là-dessus après !*

Elle se rua vers la pièce. Se penchant auprès de Gally, elle put enfin relâcher la pression. Elle était vivante. Assommée, sans doute par un somnifère, mais vivante. Elle soupira. Impossible de faire marche arrière, désormais. D'autant plus qu'Ambrella ne la lâcherait pas, après ça, qu'elle prenne soin de Gally ou pas. D'un certain point de vue, elle était soulagée de ne pas avoir le choix.


- Je prendrais soin d'elle, Doc. Je te le promets ... quoiqu'il m'en coûte ... même si je dois me salir entièrement ...

Elle hissa l'humaine sur son dos. Heureusement, elle n'était pas très lourde. Mais le retour risquait d'être long ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Soran Ter

avatar

Messages : 273
Date d'inscription : 18/10/2010
Age : 29

Identité
Race: Turien
Planète natale:
Profession / rang : Spectre

MessageSujet: Re: Le feu et la glace (Pragia)   Mer 18 Avr - 19:26

Soran avait laissé Smirite qui était parti chercher quelques chose qu'elle avait vu en entrant. Depuis le début de l'opération il n'avait pas vu la quarienne, inquiet il se mit à la chercher. Cela ne fut pas très long. Une porte sur le côté était entre ouverte. Le turien s'approcha doucement et tenta de regarder par l'ouverture. Un cadavre, criblé de plusieurs projectiles, un autre avec la tête refaite avec un objet contondant. L'obscurité ne lui permettait pas de voir la totalité de la pièce.
D'un pas sûr il entra, il longea le mur l'arme à la main. Il entendit une voie féminine, il n'arrivait pas à entendre ce qu'elle disait. Il arriva sur une autre petite pièce, une sorte de chambre forte. Le turien pointa son arme sur la zone pour voir Shas'iasto qui portait une jeune humaine sur son dos. Il rangea son arme et s'approcha de la quarienne.


-Attend gamine, je vais t'aider, avec ta blessure ce doit être douloureux.

Elle ne dit rien, mais fit un geste de refus. Soran insista et la quarienne accepta à contre coeur. Elle tenait l'humaine encore par la main alors qu'ils quittaient l’entrepôt. Smirite les attendait à la sorti à bord d'un véhicule léger. Elle tenait une bouteille d'alcool butarien.

-Allez montez les branleurs ! y a de la place pour tout le monde ! Et même quelques bouteilles en rab !
-Tu vas conduire et boire en même temps ?
-Bah oui gamin ? La vie est courte ! Il faut bien en profiter !
-Change de place, je conduis.
-Oui papa !
-Et c'est toi qui me dis ça ?
-Oui papa !

Soran s'approcha de la voiture, il laissa Shas'iasto rentrer la première et déposa l'humaine sur le siège à côté d'elle. Smirite lui laisse la place du conducteur. Puis ils partirent en direction du spatioport.

Pendant le voyage, Soran demanda à Shas'iasto si elle voulait qu'ils la déposent quelques part. Hésitante, elle mit du temps à répondre avec une voie froide et avec une pointe de stress, lui demanda de la déposer sur Skaelen-Har, là où ils s'étaient rencontré dans le bar.

Le petit groupe arriva au spatioport. Là un butarien les attendait. Smirite se dirigea vers lui, et l'attrapa par l'épaule pour l’emmener plus loin alors que les autres montaient à bord du vaisseau. Soran avait débuté la procédure de décollage que l'asari arriva victorieuse.
Leur destination était la station spatial Skaelen-Har.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shas'iasto Nar Neema

avatar

Messages : 65
Date d'inscription : 20/03/2012
Age : 25
Localisation : Quelque part dans la Voie Lactée

Identité
Race: Quarien
Planète natale: Flotte quarienne, vaisseau Neema
Profession / rang : Scientifique/exilée

MessageSujet: Re: Le feu et la glace (Pragia)   Jeu 19 Avr - 12:05


Tout le long du voyage de retour, Shas'iasto ne cessa pas de réfléchir à ce qu'elle devrait faire ensuite. En dépit de la douleur qui s'était réveillée, toutes ses pensées tournaient autour du même sujet : qu'était-elle censée faire après ? Comment allait-elle bien pouvoir protéger Gally d'Ambrella ?

* Rester objective .... évaluer les risques ... caaaalme ...*

Deux alternatives se posaient à la Quarienne : planquer Gally quelque part, loin d'elle, en s'informant de temps à autre de ce qu'elle devenait. Ou la garder auprès d'elle et assurer elle-même sa protection. L'un comme l'autre présentaient des inconvénients comme des avantages. Au final, elle trancha sans hésiter : la garder auprès d'elle lui permettrait au moins de réagir plus vite si l'adolescente était localisée. Ou plutôt quand elle le serait ... Inutile de se leurrer, leurs poursuivant y mettraient tous les moyens nécessaires ...

En attendant, il faudrait l'abriter sur Skaelen-Har ... mais comment convaincre Zrax d'assurer sa protection face à une menace aussi déterminée et active ? Car elle ne se faisait pas d'illusions là-dessus ... le Krogan choisirait avant tout la solution privilégiant son business. Autrement dit, livrer Gally. Et ça, elle ne le permettrait pas ! Puis une idée complètement folle lui vint à l'esprit. Un risque énorme à prendre, un coup de poker ... en temps normal, elle aurait rejeté cette possibilité en riant aux éclats ...

*Mais c'est la seule solution que je vois ... il ne va pas apprécier du tout ...*


On est arrivé, gamine !

La voix de Soran brisa sa bulle. Très bien : elle ferait comme ça. Une fois descendue sur le quai, elle reprit Gally sur ses épaules, puis s'adressa une dernière fois à Smirite et Soran, d'un ton stressé mais chaleureux :

- Merci ... pour nous deux ... j'ai une dette envers vous. Quoi qu'il arrive, si vous avez besoin d'un coup de main, faites-le moi savoir et j'agirais. Et gratuitement, je précise.

Puis, pince-sans-rire, elle plaisanta :

- Oh ... et je n'accepterais pas de contrat vous visant personnellement, c'est promis !

-De tout façon je sais que Soran te ferais pas de mal et je suis plus forte que lui !

L'Asari balança cette affirmation tout en montrant ses muscles.

-Ho tu sais, une bouteille d'alcool et le mot magique et tu fond en larmes.

-Tu vas voir gamin !

Smirite sauta sur Soran et lui fit quelques prises de catch. Shas'iasto eut un petit rire, vite dissipé par son anxiété. Elle se demandait si elle ne les voyait pas pour la dernière fois. Après un petit signe de la main pour leur souhaiter un bon retour, elle s'éloigna vers l'intérieur de la station.


Une demi-heure plus tard

- Alors, Shas, tu as pris 9 mois d’avance sur ta prochaine cuite ?

La Quarienne avait distinctement entendu Zrax, mais ne s’interrompit pas de boire pour autant. Elle vida sa deuxième bouteille, puis décida de s’arrêter. Elle devait garder les idées claires. Gally se reposait dans son repaire, son organisme finissant d’évacuer la toxine utilisée. Zrax tira une chaise et se laissa tomber de tout son poids dessus. Son interlocutrice leva enfin la tête, quelque chose d’indéfinissable au fond des yeux. En dépit de son expérience et du sang-froid caractéristique de son espèce, le Krogan sentit un frisson le parcourir. Ce qu’il pouvait lire était à l’opposé de l’attitude froide et détachée qui la rendait si prévisible.

- Zrax … il faut que je te parle … maintenant.

- Un rapport avec l’adolescente qui t’accompagnait toute à l’heure, quand tu es arrivée ?

Il reçut un regard glacial en retour, mais toujours avec cette même lueur étrange. Cela ressemblait plus à de la colère. Non, définitivement, il n’aimait pas ça du tout. Il se redressa, marquant clairement qu’il devenait sérieux.

- Je veux renégocier notre accord. Sur-le-champ.

Le regard du Krogan devint extrêmement dur. Il en croyait à peine ses oreilles. Il avait reconnu la gamine : la fille du Doc. Seule conclusion logique : Doc était mort. Le Krogan avait apprécié le docteur Butarien, mais les affaires restaient les affaires. Et le peu qu’il savait sur cette adolescente ne l’incitait pas à l’aider. Recherchée par une puissante organisation, et de manière active. Shas’iasto avait certes offensé l’amirauté Quarienne, mais ils ne la traquaient pas.

- Je ne sais pas ce que tu as promis au Doc, ni pourquoi tu l’as fait. Mais je vais te demander juste une chose, Shas’iasto Nar Neema : pourquoi je ne la balancerais pas direct aux gars qui la traquent ?

Devant l’absence de réaction de la Quarienne, il poursuivit sans attendre :

- J’appréciais Doc, mais je ne foutrais pas ma vie en l’air pour sa môme. Rien de personnel, mais …

Il s’interrompt lorsqu’elle brisa la bouteille sur la table. Puis, d’une voix glaciale, menaçante, elle reprit aussitôt.

- Je vais te dire pourquoi, Zrax, deux putains de bonnes raisons. Et je pense que tu vas m’écouter. Primo : si tu fais ça, je peux te promettre que tu ne feras pas 50 mètres sans te faire abattre. Tu feras comment pour survivre avec tout ton réseau, toutes tes données en libre accès ?

Le Krogan dut utiliser toutes ses réserves de self-control pour ne pas encastrer aussitôt dans le mur le crâne de celle qui lui parlait comme ça. Il inspira profondément, puis repris d’une voix calme, mais où perçait la violence contenue :

- Et la deuxième raison ?

- La deuxième … c’est que je vais te donner une bonne raison d’assurer sa protection. Le marché … c’est que si tu étends ma protection à elle … le contrat que tu m’as proposé … et les autres qui suivront … je les accepterais. Sans payement.

Le Krogan manqua de s’étrangler. La deuxième raison était aussi surprenante que la première. Il y a quelques mois, il lui avait demandé si elle pouvait se charger de liquider certains gêneurs, en faisant passer cela pour des accidents. Grâce à ses compétences en piratage et en informatique, cela ne lui aurait causé aucun soucis. Mais elle avait refusé net. Trop de risques, des ressources suffisantes via d’autres boulots. Et elle lui avait dit clairement : « Tuer doit rester un moyen, non une fin. Dans n'importe quel contrat. »

- Pour t’avoir fait changer d’avis … cette gamine doit vraiment être …

- Tu acceptes ou pas ?

La tension était explosive autour de la table. Les deux refusaient de baisser le regard, l’affrontement dura bien une dizaine de secondes. Puis Shas’iasto baissa les yeux, rompant ainsi le combat. Le Krogan poussa un soupir de soulagement, et se relâcha. Enfin, il acquiesça de la tête.

- Oui. Le marché est conclu. Mais … Shas … si tu me menaces encore … je te jure que je t’écorche vivante et que je t’expose encore en vie au centre de la station. C’est clair ?

La Quarienne hocha la tête, puis regarda à nouveau Zrax dans les yeux.

- C’est clair, Zrax. Envoie-moi les dossiers quand tu voudras. Et je continuerais d’accomplir la part pour ma protection. Maintenant qu’on a un marché, je dois y aller.

Elle s’éloigna en relâchant la pression d’un seul coup. Un instant, elle avait cru qu’il allait la buter aussitôt, qu’elle avait été trop loin. Mais elle n’avait pas eu le choix. Elle devait à tout prix assurer la protection de Gally. Et elle ne pouvait pas se contenter d’une simple offre. La carotte et le bâton, comme le disaient les humains. Enfin, cela avait plutôt bien fonctionné. Maintenant, il était temps pour elle de regagner son domicile, avec celle qu’elle protégeait désormais.

De son côté, Zrax repassa du côté du bar, et chercha un alcool fort Krogan. Il en avait besoin pour une fois, mais veilla à ne pas manifester son malaise. Il savait que Shas’iasto n’ébruiterait pas ce qu’il venait de se passer. Question confiance dans les autres, elle était encore pire que lui. Enfin … il faudrait peut-être qu’il veille à complètement reconsidérer ce qu’il croyait savoir sur elle. L’intrusion d’un élément perturbateur n’était vraiment pas, mais alors vraiment pas à son goût. Puis il se mit à rigoler tout seul. C’est qu’il l’appréciait vraiment, ce petit bout de Quarienne. Il fallait avoir un sacré carré de burnes pour oser tenir tête à, voire menacer, un Krogan faisant au moins deux bonnes têtes de plus qu'elle.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Soran Ter

avatar

Messages : 273
Date d'inscription : 18/10/2010
Age : 29

Identité
Race: Turien
Planète natale:
Profession / rang : Spectre

MessageSujet: Re: Le feu et la glace (Pragia)   Ven 20 Avr - 21:31

Le vaisseau quitta le spatioport presque aussi vite qu'il était arrivé. Après un au revoir de la main, ils foncèrent droit sur le relais cosmodésique et leur retour vers la Citadelle.
La trajet allait être assez long, Smirite devait discuter avec Soran, et quel est le meilleur endroit pour forcer la discutions avec quelqu'un qu'un espace clos.


-Soran, faut qu'on parle.
L'asari dit ces paroles avec une froideur qui ne lui ressemblait pas. Les seuls fois où le turien l'entendit parler ainsi c'était vraiment important.
-Que veux-tu savoir ?
-Qu'es-ce qu'il y a entre elle et toi ?
-Rien.
-J'en ai pas l'impression. J'ai risqué ma vie sans rien te demander, je mérite des explications gamin !

Le turien poussa un long soupir et pris une grande inspiration.

-Je ne sais pas ... elle me rappelle moi. Tu te souviens, au début où j'étais avec toi. Froid, distant et colérique. Mais mal grès tout, tu es parvenu à me faire changer.
-C'est vrai que tu as bien changé. Je me souviens encore de ta 1ère visite de la Citadelle. Nous étions dans les Secteurs, tu étais stupéfait. Émerveiller même.
-Et j'ai failli tué ce krogan.
-Oui ... dans un élan de colère. C'était parce que tu l'avais bousculé sans t'excuser ?
-Je dois t'avouer que je ne me souviens plus trop de se moment. Juste de l'onde biotique qui avait traversé mes bras, la douleur, et le sang du krogan sur mon visage. Puis mon seul souvenir après, fut le début de l'interrogatoire.
-Et je remercie encore ce turien qui a bien voulu te faire sortir de là. J'avais du te planquer quelques jours et étouffer l'affaire avec mes droits de Spectre.
-Je te l'ai déjà dit il y a peu pour tout cela, mais merci pour tout, même pour l'aide que tu viens de m'apporter. Merci ... papa !

Smirite, les yeux brillants, prête à fondre en larmes de joie sauta dans les bras du turien qui la repoussa alors qu'il pilotait le vaisseau en approche du relais.
Il ne leur fallu que peu de temps pour rejoindre les quais de la Citadelle et de rentrer chez eux. L'asari parti dans un bar pour vider quelques verres, alors que le turien retourna dans son appartement. Il déposa ses affaires sur le bout de son lit et s'affala dans un fauteuil. Il appuya sur une commande et le store s'ouvrit devant lui pour laisser place à une vue sur l'espace avec comme bordure les bras de la Citadelle. Il avait besoin de faire le vide dans son esprit. Le meilleur moyen aurait été de boire, boire beaucoup d'alcool, mais il ne l'aurait pas supporté. D'une autre pression, il coupa les suppresseurs de bruits extérieurs. Il ferma les yeux et s'endormis dans le calme de l'espace.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le feu et la glace (Pragia)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le feu et la glace (Pragia)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Socle de glace
» Le Feu et la Glace réunies... [PV Goupixa]
» MOIS DE GLACE
» Une nouvelle amitiée [.Nuage de Glace -Feuille de miel]
» Cherche joueur de hockey sa glace

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mass Effect RPG :: « La Grande Voie Lactée. » :: ◄ Travée de l'Attique :: ◄ Étendue Nubienne (PRAGIA). :: ◄ Dakka. :: Pragia.-
Sauter vers: