Mass Effect RPG

Mass Effect RPG


 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesBioware-RPGS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 A la recherche de la Pyostacie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Tir'Essi vas Rayya

avatar

Messages : 12
Date d'inscription : 21/04/2012
Age : 24
Localisation : Clermont-Ferrand

Identité
Race: Quarien
Planète natale: Flotte Nomade
Profession / rang : Médecin

MessageSujet: A la recherche de la Pyostacie   Jeu 26 Avr - 17:47

Cela faisait plusieurs heures que le petit commando errait sur la planète désertique. Les herbes gelés se pliaient et restaient figé contre le sol à chaque pas des trois Quariens. Cette immense toundra n'avait jamais reçu l'attention qu'elle méritait, reconnu Tir'Essi intérieurement. Cette terre d'herbes, de lichen, de petits buissons et parsemée ci et là par d'imposant conifères était battue par le vent, et les quelques rochers plantés dans cette improbable prairie étaient marqués par l'érosion des violents cyclones qui s'abattent sur Theonax.

Tir'Essi n'entendait rien d'autre que le vent sifflant sur les pièces d'armures de sa combinaison et sur la visière de son casque. Un silence de mort planait sur ce monde délaissé par le reste de la galaxie, où trois Quariens bravaient les éléments pour une quête aussi noble que vital pour la survie de centaines des leurs. Tir'Essi le savait, il avait fait monter cette expédition, réquisitionner une douzaine des siens et une frégate de guerre, il n'avait pas le droit à l'échec. Le médecin recherchait une fleur particulière, qui ne poussait que sur très peu de monde dans cette espace de la galaxie, la "dame de givre", "Kais'do'san" comme la nommait son peuple; lui il l'appelait la Pyostacie lorsqu'il l'avait étudié sur la citadelle. Une plante aux vertus curatives, permettant une fois traitée de soigner la plupart des maux touchant la respiration et les poumons. Car Là-haut, dans la flotte nomade, une pandémie touchant les jeunes Quariens commençait à faire des ravages dans une dizaine de vaisseaux de la flotte, et Tir'Essi était mandaté par l'Amirauté pour la guérir. Déjà une vingtaine des siens avaient péri de l'infection bronchique très contagieuse, apparu au retour d'un capitaine parti récupérer des marchandises dans le système volus voisin.

Onze heures que le commando fouillait une vaste zone entre deux collines à la recherche du remède, ils avaient déjà trouvés cinq pieds de la pyostacie ; mais Tir'Essi comptait en ramener une trentaine. Fis'Silos Vas Qwib Qwib et Kali'Van'Ora Nas Wiro l'accompagnait dans son périple. Le premier, Sous-officier de la flotte de défense, et la jeune Kali'Van'Ora, aspirante Doctoresse, s’étaient portés volontaire pour cette mission, qui ne présentait pas particulièrement de risques certes mais qui les avaient obligés à s’isoler de la flotte pendant plusieurs jours. Et alors que la nuit tombait, le petit groupe décida de rejoindre la frégate dans le petit bois qui l’avait recueillie.

La frégate Vovos, est un bâtiment pouvant soutenir une ou plusieurs petites escouades lors d’escarmouches au sol. Elle n’est pas équipée pour des combats spatiaux à grande echelle, et ne peut pas se permettre de rivaliser contre des navires de même taille Turiens, Galariens ou même Humains. A l’échelle planétaire, jusqu’à trente Quariens peuvent prendre place dans ce vaisseau qui ne nécessite en revanche que huit membres d’équipage.

Tir’Essi pressait le pas, il ne faisait presque plus jour et le vent s’intensifiait dangereusement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Seron Al'Rhoeg

avatar

Messages : 27
Date d'inscription : 23/04/2012

Identité
Race: Humain
Planète natale: Systemes Terminus
Profession / rang : Pirate

MessageSujet: Re: A la recherche de la Pyostacie   Dim 29 Avr - 19:02

Couché à plat ventre sur les herbes rasées, drues et gelées qui perçaient de la pierre, Seron Al'Rhoeg agrippa les bords saillants de la falaise en jetant un regard attentif en contrebas. A son côté, un Turien qui jouait consciencieusement avec la lunette de son fusil de précision, en poste d' observation, allongé lui aussi. En dessous d'eux, à des centaines de lieux sur le replat du terrain aux allures d'une vaste toundra, la cible de leur attention. Des quariens. Ils continuaient tranquillement à explorer les environs. Sûre et lente étaient leur marche et leur mystérieuse investigation. Sous le couvert des rares conifères les deux hommes malmenés par le vent fort qui soufflait sur eux étaient invisibles.

Alors ? demanda Seron, scrutant l'horizon de ses yeux nus, tandis que son pied tâtait de la terre. Le sol était caillouteux, fruste et sec à cet endroit, et leur position n'était pas des plus confortables. En mission journalière de reconnaissance, il avait revêtu comme d'habitude son armure, son corps soumis au poids d'un blindage assez équilibré. Celle-ci aussi noire que la nuit, aucune devise, aucun ornement ne se relevait sur les plaques renforcées de feuilles de céramique, rien qui puisse certifier de son appartenance, clamer la fierté de ses actes passés et futurs au nom d'une quelconque organisation. Non, le noir et le dépouillement de tout signe distinctif personnel ou professionnel reflétait parfaitement sa nature.

- Ca n'a pas changé.
grommela son coéquipier qui avait la même tête que tous ceux de son espèce. Lui au contraire, arborait une armure blanche écaillée, qui resplendissait fièrement sous le soleil, une grande marque apposée avec arrogance sur sa poitrine. Le fier sigle de sa fratrie pirate, rien de moins qu'un flingue collée à la tempe d'une tête de mort. Allez savoir ce que ça voulait dire. Ils explorent et cueillent des plantes. A ton avis, ils sont seuls ? Seron recula doucement, ventre à terre, puis s’allongea sur le dos, réfléchissant à la suite des évènements. Les trois quariens disparaissaient petit à petit jusqu'à devenir des petits pions à l'horizon. Il leur fallait prendre une décision. Ces quariens sans qu'ils n'en n'avaient conscience avaient atterri non loin d'une base fortifiée de pirate encore toute récente, qui plongeait dans les souterrains, où avaient été déniché nombre de reliques aliens. Des reliques qui valaient toutes les attentions et provoquaient leur jalousie contre tout danger de convoitise.

D'abord en exploration, à la recherche de nouvelles découvertes, leur escouade avait soudain surpris dans les airs une frégate se poser à quelques clicks de leur position mobile. Mécontents ils avaient tenté d'en savoir plus, sans se découvrir. Au loin dans le petit bois, la frégate qui ne bougeait pas d'un iota, et séparé par des kilomètres et des kilomètres, un commando quarien parti en exploration, et qu'ils avaient décidé de prendre en filature pour savoir ce qu'ils mijotaient, s'ils préparaient quoi que ce soit, ou pire, s'ils étaient eux-même au courant que sur cette planète se trouvait des reliques pour lesquelles les pirates étaient près à vendre leur peau. Mais très vite alors, il était apparu qu'ils ne menaçaient pas les pirates, se contentant d'errer ici et là, à cueillir des choses, et était bientôt survenu l'idée alléchante de les attaquer. Ils offraient quand même un vaisseau, des bêtes avec qui s'amuser, des réserves et plein de choses utiles. Puis ils avaient atterri sur leur territoire, ça méritait petite correction. Mais l'incertitude avait ralenti les choses, empêché leur escouade de prévenir la base et ainsi de lancer les préparatifs d'un assaut contre le vaisseau. Al'Rhoeg se remit à plat ventre, en considérant son coéquipier d'un air contrit.

- C'est là toute la question. Rares sont les vaisseaux quariens à errer sans la flotte nomade. Il nous faut plus d'informations. Ces trois là, se sont isolés du vaisseau qu'on a aperçu et qui s'est posé dans le bois. Ils font le chemin de retour, nous les attendront là-bas, le seul coin non découvert. Nous les cueillerons par surprise. Ils sont à pieds, nous avons un véhicule, nous aurons le temps d'arriver avant eux.
Le Turien à l'armure blanche, lui jeta un regard franchement fixe qui devait vouloir signifier qu'il était exaspéré et dégoûté, puis se releva avec ardeur.

- Pourquoi tant de secrets, et de faux-fuyants ? Je commence à en avoir ma claque de tout ce jeu. On caille, c'est long et c'est chiant. Prévenons la base, tuons ces gus et cognons le vaisseau quarien. Y a pas à tortiller, c'est une occasion en or.
L'inquiétude pointa dans les yeux de Seron, qui se releva à son tour.

- Sauf, si cinquante mille vaisseaux nous survolent en ce moment et vengeurs lancent une frappe orbitale sur notre base fortifiée découverte. Elle n'est pas assez profonde pour résister, et n'oublie pas toutes les reliques que nous avons ramassé. Ca me ferait vraiment mal de les voir enfouies à jamais sous la terre, ou pire, piquées par les quariens, ces sauterelles qui sautent sur tout ce qui bouge. Je te le répète, prévenir la base avec ton transcommunicateur, nous fera peut être repéré. Les réseaux de cavernes protègent les ondes, mais pas si nous communiquons de l'extérieur.
Le Turien focalisé sur son armure, balayait toute la poussière qui s'y était agrippée, considérant à peine ce qui avait été dit.

- Ouais, ben écoute, faut prendre le risque hein. Tu nous avait dit aussi que cette planète était ignorée, sûre et c'est pas le cas finalement. Ca fait des heures qu'on poirote, que le vaisseau a pas bougé, et qu'on suit ces trois gus. Ca me gonfle. J'suis sûr qu'ils sont seuls, agissons avec force et rapidité. On a assez d'hommes et de matériel pour ça.
Sur ce, il sortit son transcommunicateur, et s'apprêta à s'en servir mais Seron lui saisit le bras, d'un mouvement que la peur avait rendu vif et brutal, à tel point qu'il força le turien saisi à reculer, malmené par la poigne de l'humain.

- Attends, ne nous précipitons pas, laisse nous le temps de contrôler d'abord la situation.
Le Turien se dégagea, le gifla d'un revers en réponse de son autre main et Seron se recula hébêté, la joue rougie.

- Arrête de chier dans ton froc, y a rien à contrôler, juste à agir. On passerait pour des cons, s'il n'y avait finalement aucune flotte à proximité.
Seron se fit insistant, de plus en plus pressant.

- Choppons les trois quariens et interrogeons-les d'abord. Ils nous diront ce que nous voulons savoir et s'il vaut mieux agir ou attendre qu'ils s'en aillent. Leur équipage ne s'inquiétera pas tout de suite, ça fait déjà des heures et des heures qu'ils sont dehors.


- C'est au chef d'en décider. s'entêta le turien. Fin de l'histoire, l'affaire était close.

- Non.
dit froidement Seron, qui s'avança vers lui avec détermination, saisit sa gorge d'une main, et fit un mouvement brutal de l'autre, vers l'avant, d'où apparut une lame translucide qui s'extendit du bras et transperça violemment le turien de part en part, malgré son armure. Celui-ci, les yeux écarquillés, un filet de sang aux lèvres, lui jeta un regard surpris avant de mourir et de s'effondrer. Seron, son omni-lame désactivé le dévisagea, une expression glaciale qui ne faisait état d'aucune considération pour lui. Ce n'est pas à lui d'en décider, il est encore pire que toi. J'espère qu'il fera moins froid et que tu feras moins chier là où tu vas. Ajouta t-il avec un rictus féroce. Sur quoi, de son pied, il le fit rouler au sol, puis du haut de la colline le précipita dans le vide.

Il redescendit très vite la colline où l'attendaient six hommes en armures à ses pieds, un blindé derrière eux, frissonnant sous le vent, et sur l'expectative. Ils semblaient surpris de le voir revenir seul.

On a découvert un autre commando quarien de là haut, Syctus a redescendu la colline de l'autre côté et va les suivre en tapinois, il nous tiendra au courant quand il pourra communiquer. Il nous ordonne pendant ce temps de nous occuper nous, des trois autres quariens. Ne trainons pas. Il faut arriver avant eux.


Ils remontèrent dans le 6 roue qui démarra en trombe. Sous le jour déclinant, dans une zone qu'ils seraient obligés d'emprunter, ils attendaient que leur cible se montre. Les petits pas pressés se firent vite entendre, et très bientôt leur cibles apparurent. Seron leva un poing, à ses hommes et tous se tinrent prêt. Seron avait sa grenade flash en main, prêt à la lancer au moment propice. Mais alors :

Crrrrrr. Un des imbéciles n'avait pas su où il avait mis les pieds, et un craquement sonore se fit entendre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tir'Essi vas Rayya

avatar

Messages : 12
Date d'inscription : 21/04/2012
Age : 24
Localisation : Clermont-Ferrand

Identité
Race: Quarien
Planète natale: Flotte Nomade
Profession / rang : Médecin

MessageSujet: Re: A la recherche de la Pyostacie   Lun 30 Avr - 18:39

Tir'Essi avançait rapidement sur un petit chemin caillouteux au travers des arbres. Ils avaient aperçu la navette se poser non loin d'eux, et s'apprêtaient à la rejoindre.

-L'atmosphère de cette planète est vraiment particulière, inhospitalière certes mais je trouve ça bizarre que ni les Volus, ni les Elcors ne soient venus s'y implanter ... commença Fis'Silos, mettant un terme à plusieurs minutes de silence absolu.

-Aucune route commerciale, un monde isolé du reste de la galaxie, sans ressources exploitables en grande quantités, c'est logique. Répondit la jeune Quarienne d'un ton hautain. Fis'Silos souffla et détourna son regard de ces deux compagnons.

-Si c'est évident ... reprit Kali'Van'Ora.

-On pourra toujours demander à la flotte de faire une reconnaissance dans le système, on ne sait jamais. Conclut le médecin.

Le groupe continuait d'avancer, quittant finalement le sentier pour un petit passage d'herbes et de fougères à la lisière d'une clairière. Perdu dans leurs pensées, les Quariens usés par une longue journée de marche ne souhaitaient qu'une chose : retrouver leurs couchettes, lorsqu'un craquement se fit entendre, comme une branche brisé d'un arbre ou une racine morte après le passage d'un animal. D'un seul homme, le groupe s'arrêta.

-Vous avez entendu ? s’inquiéta Kali d'une voix sonore qui fit grommeler Fis'Silos. Ce dernier, expérimenté par des années de combat s'était déjà accroupi au sol et avait dégainé son pistolet : désormais, il scrutait les environs de droite à gauche prêt à se défendre. Tir'Essi et Kali se regardèrent l'espace d'un instant puis imitèrent leur coéquipier et se baissèrent, sortant à leur tour leurs armes. Tous éteignirent leurs lampes.

-Je croyais que cette planète était totalement déserte ?

-C'est surement l'un des nôtres ...

-Et pourquoi faire ? Coupa Fis'Silos, s'il s'était aventurer hors de la navette ils nous auraient prévenus.

-Je vais les contacter. Tir'Essi porta la main sur son Omni-tech et pianota jusqu'à activer les communications moyenne portée en canal crypté avec son équipage. Vovos pour Tir'Essi, nous avons entendu un bruit suspect, à quelques centaines de mètres de votre position, signalez une présence amicale, parlez. Et après quelques secondes de répit, il obtint une réponse. Impossible, tout l'équipage à bord, nous allumons les lumières de coque pour marquer notre position et nous restons sur nos gardes, parlez. Bien, je vous aperçois, nous arrivons bientôt, restez sur vos gardes. Compris.

Tir'Essi détourna son regard sur Fis, et ce dernier acquiesça d'un signe de tête. Je passe devant. Et précautionneusement, le petit groupe se remit en marche, le militaire ouvrant la marche, Kali au milieu, et Tir'Essi marchant en arrière et scrutant leur ancienne position.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Seron Al'Rhoeg

avatar

Messages : 27
Date d'inscription : 23/04/2012

Identité
Race: Humain
Planète natale: Systemes Terminus
Profession / rang : Pirate

MessageSujet: Re: A la recherche de la Pyostacie   Mer 2 Mai - 18:13

La nuit était fraîchement tombée, ils n'étaient plus qu'ombres dans l'obscurité. Y compris leur proies qui marchaient à pas feutré de loups. Ces enfoirés avaient éteint leur lampes et offraient moins de perspectives de visée. Ceux-ci avaient sans aucun doute discerné les craquements d'une branche provoqués par l'un des pirates embusqués et s'en étaient inquiétés. Armes tirés, ils étaient plus alertes que jamais, après s'être remis en marche suite à leur immobilisation soudaine, méfiante. Seron aurait volontiers coller une balle dans la tempe du crétin qui avait gâché là une grande opportunité de régler une affaire importante avec la plus grande facilité. Désormais la tâche serait plus ardue, ils fleurteraient avec le danger, l'incertitude, la mort. Mais il fallait garder son sang-froid et rester concentré sur la difficile tâche à accomplir. Puis rien ne se passait souvent comme prévu, c'était une donne qu'il fallait définitivement intégrer sur le champs de bataille si l'on souhaitait y survivre. Capturer de toute façon serait toujours plus coriace, plus âpre que de mettre à mort. Mais les enjeux de tout ça étaient trop gros pour ne pas s'y risquer.

Pas à pas les quariens se rapprochaient, il les voyaient nettement à présent, dissimulé derrière son arbre, jetant un oeil avec précaution sans se découvrir. Il fit signe aux hommes de se tenir prêt avec deux doigts, tout en leur indiquant des positions qu'il souhaitait qu'ils prennent, en rapport avec la nouvelle donne qui avait éveillé les soupçons et la possibilité d'une réplique. D'ailleurs, Seron espérait ardemment que ses gars, un peu facile de la gâchette ,auraient en tête les ordres en dépit des choses incertaines qui pouvaient arriver. En laisser un au moins vivant, blessé ou pas, peu importe, si les quariens offraient trop de résistance.

Seron marcha d'un pas discret, foulant à peine la terre fine sous ses pieds, son fusil mattock fermement empoigné et prêt à l'usage. Il avançait et se rapprochait toujours plus de la source en déplacement. J'y suis presque. Il était enfin positionné pour lancer sa grenade flash au moment propice, à portée de ses victimes, ce qu'il fit sans plus de forme. Le disque tournant sur lui-même vint atterrir parmi eux, tout du moins, c'était ce qu'il espérait. Soudain, une lumière violente, aveuglante, assortie d'un sifflement qui désorientait les sens éclata dans les ténèbres, foudroya les environs. Des cris de surprise ou d'avertissement, peu importe, firent exploser les derniers doutes et les derniers soupçons, les dernières secondes de tranquillité définitivement dissipées. La tempête s'annonçait et elle allait frapper fort.

Comme un seul homme et comme à un signal donné les spectateurs jusque là passifs semblèrent prendre vie, et très vite ils se déployèrent, leur canons pointés sur les proies. Et fusèrent les premières balles foudroyantes, sus à la position brusquement embrasée. Seron lui, avait déjà quitté sa position, en avait profité pour courir pendant la furie des tirs, contourner, espérant se glisser derrière ses proies pendant qu'elles étaient encore saisis, hébêtés, mais apparemment, l'un des quariens n'avait pas dû regarder là où il avait projeté sa grenade flash, car celui-ci le voyait parfaitement et le prenait déjà pour cible, comme par instinct de chasseur, comme s'il savait qu'il avait à faire au plus dangereux.

Seron sentit le système réflexe de barrière cinétiques de son armure se déclencher et dévier plusieurs balles qu'il aurait reçu de plein fouet sans elles. Plus au courant des dangers, les sens affûtés, Seron se rua, serpenta sous le feux nourri, puis plongea jusqu'à une autre position, là où il souhaitait s'établir. Calé enfin derrière son arbre, les boucliers réduit à 62 % d'énergie, il se redressa vivement tout en pointant son fusil d'assaut calé au creux de son bras. Oeil au viseur, genou à terre, d'une tenue gaillarde et somme toute belliqueuse, il fit parler son arme et les ténèbres chancelèrent aussi de son côté. Ce qu'il désirait faire avant tout, c'était grignoter les boucliers de leur cibles, les réduire à néant d'abord, rendre vulnérable les quariens et les forcer à se soumettre en bonne et du forme. A cette fin, après quelques essais, il accrocha un pique d'extension à son Mattock qu'il avait saisi dans l'une de ses poches, puis balança son tir percussif sur la troupe et qu'ils en tâtent le goût explosif. Les choses bougèrent, le champs de combat devint mouvant, et les hommes tentaient toujours de se déployer en tenaille. Mais leur cibles ne se laissaient pas faire.

Seron crut voir s'effondrer au sol une des ombres reconnaissables en armures, un de ses hommes, puis un autre
<< Arg... >> avait poussé un cri déchirant dans la nuit. Ils étaient cinq désormais. Mais ce nombre était encore suffisant pour faire plier leur cibles qui devaient avoir tout autant qu'eux leur boucliers presque réduit à néant, si ce n'était plus. Il ne s'était passé que que quelques minutes, et pourtant il avait l'impression que bien plus avait passé. L'adrénaline le tenait éveillé, et il cherchait ses dangereuses cibles avec minution dans l'obscurité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tir'Essi vas Rayya

avatar

Messages : 12
Date d'inscription : 21/04/2012
Age : 24
Localisation : Clermont-Ferrand

Identité
Race: Quarien
Planète natale: Flotte Nomade
Profession / rang : Médecin

MessageSujet: Re: A la recherche de la Pyostacie   Jeu 3 Mai - 0:31

Alors que le petit groupe se dirigeait prudemment vers le vaisseau, une lumière vive et un bruit assourdissant les assaillirent. Pris de surprise, Kali se mit à hurler, et le Sergent Fis'Silos fit de même en portant ses mains sur son casque. Tir'Essi, alors de dos lorsque la grenade éclata ne fut que très peu affecté par l'explosion. Certes ses oreilles bourdonnaient et il n'entendit pas tout de suite les coups de feu mais il vit passer plusieurs éclairs de laser en leur direction.

C'était le chaos. Pris par surprise, il était complétement désorienté, il aperçut tout d'abord trois tireurs, et un quatrième se dirigeant derrière eux pour les encercler. Au même moment, les premiers tirs ricochaient sur leurs barrières cinétiques. Sans attendre, il ouvrit le feu à son tour sur l'homme à découvert, faisant scintiller ses barrières énergétiques jusqu'à ce que celui ci se camoufle derrière un arbre.

- Il faut se mettre à couvert ! hurla-t-il alors que Fis reprenait ses esprits et commençait à ouvrir le feu en direction des assaillants tout en progressant vers le couvert proche d'un énorme arbre déraciné. Tir'Essi l'imita, empoignant Kali par le bras; et rapidement Fis fut à l'abri du déluge de feu qu'ils subissaient.

- Dépêchez vous ! Je vous couvre !

Et ils n'étaient qu'à quelques mètres de la position du sous officier lorsqu'une munition explosive vint frapper l'armure de la jeune femme. Sous la force de l'impact, elle fut projetée à terre en hurlant de douleur. Plusieurs coup de feu venant de leur coéquipier partirent en direction des attaquants. Tir'Essi entendit quelques cris de douleurs et d’effroi alors qu'il se jetait au sol sur la jeune femme pour la trainer à couvert. Le bruit sourd de la bataille était presque totalement couvert par les battements de son cœur et la force de sa respiration : la panique la plus totale était en train de l'envahir. Il saisit Kali par une bandoulière autour de son buste, et d'un geste puissant l'accompagna jusque derrière l'arbre, toujours bien couvert par Fis.

Les tirs se firent plus rare, puis le calme revint sur le petit chemin, plus aucun bruit ne se faisait entendre. Fis se baissa à couvert à côté de Tir'Essi et prit la parole.

- Bon sang, ça va ?

-Moi c'est bon, j'ai plus de boucliers mais je n'ai rien ... Kali par contre ... il fit une pause et retira un bout de tissu sur son épaule pour constater une large plaie sous la clavicule gauche, elle à reçu un tir. Il faut se faire évacuer, on a pas le choix, j'appelle le Vovos.

Fis'Silos acquiesça d'un signe de tête et se releva pour guetter les environs. Tir' ne comprenait toujours pas ce qu'il venait de se passer, il essayait de se calmer mais n'y parvint pas, le sang de sa jeune collègue couvrait presque entièrement ses mains et les gémissements qu'elle poussait ne présageaient rien de bon. "Ca va aller Kali, tiens le coup" lui glissa-t-il tout bas en réglant son Omni-Tech.

-Vovos pour Tir'Essi, on vient de se faire attaquer par une dizaine d'hommes armés de fusil d'assaut, Kali est blessé, nous demandons du soutien immédiat pour évacuation ! beugla-t-il dans le communicateur, totalement affolé.

-Bien reçu, nous envoyons cinq équipiers, tenez bon ! répondit l'équipage, visiblement aussi surpris que le petit commando.

Fis'Silos ne tira pas durant cet échange radio, il ne voyait rien, ni personne : les assaillants étaient totalement invisibles, il ne savait pas combien ils étaient, combien étaient mort, si certains étaient blessés, ni ce qu'ils cherchaient. Rien dans son équipement ne pouvait les aider, il n'avait pas de grenades, pas d'arme d'assaut, aucun leurres. Il devait uniquement compter sur lui et Tir'Essi, en espérant que les secours allaient arriver rapidement. Il interrogea le médecin tout en rechargeant, Alors ?

- Ils arrivent, mais ils vont mettre au moins cinq minutes pour être là. Tu es dans quel état ? Fis soupira, puis regarda l'état de sa combinaison, il me reste 10% de boucliers ... et un chargeur et demi. Très bien, on fait quoi maintenant ? Fis fit une pause, il réfléchissait. La situation n'était pas à leur avantage : ils n'avaient pas énormément d'options. On doit marquer notre position pour que les autres nous retrouvent, et vite, j'ai un fumigène ... il se tut. Mais les autres vont nous tomber dessus dès que nous l'aurons activer. Exactement. J'ai plus de boucliers ... Il faut lancer le fumigène dans le chemin, et avec un peu de chance on apercevra les positions de ces fumiers.

Tir'Essi fit une nouvelle pause, il savait que les quelques minutes à venir allaient être dramatiques. Ils devaient la jouer fine, et n'avaient pas le droit à l'erreur. Il fit un signe de tête à Fis'Silos qui sortit le tube blanc de sa sacoche. Il retint se respiration et le lança à huit ou dix mètres de leur position en direction des tirs ennemis. Rapidement, une importante fumée verte et très lumineuse apparut, couvrant une partie de la foret mais en éclairant une autre. Le médecin se releva, reprit son arme à deux mains et d'un seul homme avec Fis, ils ouvrirent le feu. Il ne savait pas ce que visait son coéquipier, Tir' lui avait distingué le rectangle blanc d'un fusil d'assaut sortir d'un arbre et ne s'était pas fait prier pour ouvrir le feu. Il ne voyait pas non plus si ces tirs faisaient mouches, mais en tout cas il forçait l'homme à se maintenir à couvert. Les minutes devenaient des heures, et au loin il n'entendait toujours pas les renforts arriver.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Seron Al'Rhoeg

avatar

Messages : 27
Date d'inscription : 23/04/2012

Identité
Race: Humain
Planète natale: Systemes Terminus
Profession / rang : Pirate

MessageSujet: Re: A la recherche de la Pyostacie   Jeu 3 Mai - 21:21

Seron était blessé. Une balle avait effleuré son arcade gauche, et il pissait le sang comme un cochon, son visage ruisselant d'un liquide sombre sous la nuit au milieu de ses traits. L'un des quariens, aidé probablement par la lumière soudaine du fumigène jeté au sol avait pu faire exploser ses boucliers et avait failli menacer de le descendre. Heureusement le pirate avait eu assez de bon sens pour ne pas répliquer tout de suite, alors qu'il était acculé, sans quoi il aurait été mort, comme un autre de ses hommes qui avait vu sa tête sauter sous la trajectoire d'une bille gravitationnelle. Seron mitraillé par un tir de suppression rageux, agressif avait peu de perspectives pour se dégager pour le moment, et s'il y en avait une, il préférait l' utiliser avec soin. Ils n'étaient plus que quatre désormais et les trois autres attendaient ses ordres.

Vous les voyez ? murmura Seron haletant dans son micro à courte portée, calé au sol derrière son arbre criblé de balles alors que celles-ci continuaient à s'enfoncer dans le couvert. Une énième fois, d'un revers de main il essuya le sang qui lui aveuglait la vue, coulait entre ses doigts. Il n'avait pas de médi-gel sur lui, ça aurait été tellement facile de négliger ce détail doté de cet équipement. Un problème qu'il ne manquerait pas de résoudre pour ses prochaines missions s'il était encore vivant après tout ça.

- Ouais. répondirent ses hommes, se coulant petit à petit sur le sol en se rapprochant de leur proies, chacun vers une position particulière. Seron à son tour, avant de rebrousser vivement sa tête, jeta un vif coups d' oeil de l'autre côté, derrière le rideau de lumière projeté par le fumigène qui le séparait de ses ennemis. Il se remit à chuchoter dans son micro.

- Le fumigène a été balancé à moins d'une douzaine de mètres, Sud-Sud Ouest, de ma position. Ils sont juste là, pas très loin. Allez-y, moi, je ne peux pas bouger pour l'instant, je suis bougrement coincé. Vite, on a pas beaucoup de temps.


- Ces chiens nous ont couté trois hommes. Et si on les tuait tous, plutôt.


- Et pourquoi faire ?
répliqua calmement Seron. L'autre sembla soudain confus, sous la question, incapable de répondre. Il avait fait la proposition sous le coups de la colère, mais à présent, il restait coi. Le chef auto-proclamé de l'opération l'air de reprendre son souffle au vu des sons dans le micro, reprit la parole de ce même ton intense, réfléchi. Ou bien ils nous servent à quelque chose ou bien nous déguerpissons. C'est simple. Bien, le fumigène a sûrement alerté leur équipage et ils viendront se mêler à tout ça dans quelques minutes. Il faudra être parti avant qu'ils ne se pointent, accompagné évidemment. Ca va être quitte ou double. Notre dernière chance.

Rygan, toi pars en retraite nous couvrir, les contenir. Ils seront sûrement pressés de sauver leur précieux amis, rendus peut être un peu inconscients dans les ténèbres de la nuit. Pars, mets toi en position embusqué, fais en sorte de ne pas être aperçu. Reste inaccessible tout en les menaçant. Tu les chatouilleras, leur couperas la route et les forceras à s'arrêter, être prudent, s'occuper de toi d'abord sous peine d'être menacés d'être planté dans le dos avant qu'ils ne se pointent ici. Ca devrait nous fournir le temps nécessaire. Ne meurs pas trop vite.


- Ca marche, j'y vais.
Sur quoi celui-ci les yeux brillant d'un désir brûlant de vengeance, s'éloigna du champs de bataille en trottinant, disparut.

- Mactyr, Shen, tenez vous prêt. Positionnez vous et donnez tout ce que vous avez au signal. Je vais tenter de faire diversion pendant ce temps.
Seron inspira un grand coups, puis fit entendre sa voix rauque avec clarté, force et conviction dans l'atmosphère rafraîchie. Il avait déjà préparé son boniment.

Quariens ! Vous avez atterri sans autorisation en plein milieu d'une zone confidentielle et extrêmement sécurisée.
L'humain s'interrompit un instant. Pas de réponse, le silence régnait en maître après ces mots prononcés. Il poursuivit avec détermination, d'un ton emprunt d'une prétendue autorité.

Jetez vos armes et rendez vous. A cette minute même, des forces extrêmement importantes convergent vers la zone en renfort. Obtempérez et vous garderez la vie sauve. Il ne vous sera fait aucun mal, je vous le promets.
Alors que le pirate jurait sur ces derniers mots plein de bon sentiments, il ne manqua pas d'accrocher le dernier pique d'extension qu'il possédait à son fusil Mattock. Evidemment, son objectif était bel et bien de les prendre vivant, mais il ne valait mieux pas leur dire pourquoi. Au-delà de ça Seron se fichait qu'ils rendent les armes ou non, il lui suffisait simplement de les mettre en doute, les rendre hésitant, susurrer là des bonnes paroles apte briser leur détermination, leur faire entrevoir la possibilité d'un compromis, d'échapper à une issue fatale. Peu importe qu'ils le croyaient ou pas, détourner leur attention était assez.

Votre situation est vaine, ne luttez pas inutilement. Acceptez la main qui vous est tendue, coopérez.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tir'Essi vas Rayya

avatar

Messages : 12
Date d'inscription : 21/04/2012
Age : 24
Localisation : Clermont-Ferrand

Identité
Race: Quarien
Planète natale: Flotte Nomade
Profession / rang : Médecin

MessageSujet: Re: A la recherche de la Pyostacie   Jeu 3 Mai - 23:47

Le tir de barrage de Tir'Essi et de Fis'Silos n'avait pas était vain, et les deux hommes avaient aperçu un corps sans vie s'effondrer au sol. Ils s'étaient accroupis de nouveau à couvert lorsqu'une sombre voix vint les interpeller. Les menaces qu'elle proférait ne faisaient trembler aucun des deux hommes, et ils se regardèrent un long moment, en attendant qu'elle finisse de parler.

- Tu crois vraiment qu'on est tombés dans un complexe militaire ? demanda Tir'Essi tout bas à son coéquipier militaire et plus expérimenté.

- Je ne pense pas, ils ne nous auraient pas laissés déambuler tranquillement toute la journée si ils étaient si nombreux que ça ... après qu'il ait du renfort pas loin c'est fort possible aussi ... le Quarien fit une nouvelle pause. Il passa ensuite la tête par-delà la branche de l'arbre et toisa le fumigène du regard. Il crut distinguer des mouvements dans les branches mais ne savait pas spécialement ce qu'il se tramait.

Tir'Essi souffla un instant, il jugea l'état de Kali qui continuait à perdre pas mal de sang : il devait l'évacuer, ou elle allait y passer dans pas longtemps. Il donna un coup sur l'épaule de Fis pour lui indiquer de prendre une décision et rapidement.

- Nous sommes une mission civile de la flotte Quarienne, nous ne sommes pas sur un monde répertoriée pour abritez une quelconque identité. Identifiez-vous !
La voix de Fis était claire, parfaitement audible et forte, il ne s'était pas laissé déconcerté par les menaces de l'homme inconnu. Et plus bas, il reprit à l’attention du médecin.

-On va bouger, pas la peine d’attendre plus longtemps. Tu vas la prendre sur tes épaules et je vais te couvrir, puis on va partir sur le chemin. C’est bon pour toi ?

Tir’ le dévisagea sombrement. S’il n’avait pas eu de visière, son camarade aurait tout de suite compris ce qu’il pensait de son plan. Cependant il n’avait pas beaucoup plus d’options. Il acquiesça d’un signe de la tête et se prépara à monter Kali sur ses épaules et à partir en courant en direction de la navette. Fis se tenait prêt, prêt à bondir hors de sa cachette et d’arroser les assaillants d’un feu nourri le temps de prendre la fuite, lorsque soudainement de nouveaux tirs se firent entendre plus loin dans la foret, ils étaient plus nourris, plusieurs fusil d’assauts s’échangeait leurs munitions dévastatrice à quelques centaines de mètres.

- C’est eux. Tu es prêt ? Demanda le militaire une dernière fois à Tir’Essi qui prit une profonde inspiration.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Seron Al'Rhoeg

avatar

Messages : 27
Date d'inscription : 23/04/2012

Identité
Race: Humain
Planète natale: Systemes Terminus
Profession / rang : Pirate

MessageSujet: Re: A la recherche de la Pyostacie   Dim 6 Mai - 12:30

Les ombres s'épaississaient peu à peu autour de lui dans le bois éraflé de tirs et souillé de corps nageant dans des mares de sang. Les ténèbres avaient à présent une espèce d'âpreté qui vous hérissait le poil. Un vent froid soufflait soudain et arrachait aux arbres des bruissements menaçants, en sombre présage de ce qui allait advenir. La clameur quarienne presque rendue aseptisée par le masque que l' ennemi portait fatalement s'était évanouie depuis longtemps, en écho à ses propres paroles autoritaires, emplies d'une fausse assurance dans le chaos qui avait pris forme alentour. Seron n'avait pas daigné relever, fournir une réponse. C'était inutile, il avait obtenu ce qu'il voulait et ses proies ne marcheraient pas de toute évidence. Il se contentait pour la énième fois de trouver un moyen de faire cesser l'écoulement de son sang au-dessus son oeil qui l'affaiblissait dangereusement, et lui aveuglait toujours la vue malgré tous ses efforts vains d'éparpiller tout ce liquide sur sa face afin qu'il ne se laisse abusé dans le noir.

Un peu paniqué, presque désespéré, ses seuls doigts désemparés n'y suffisant plus, il avait ramassé puis frotté des feuilles contre sa blessure, les avait pressé en tampon sur son front. Mais rien n'y avait fait. Pire, après coups, il s'était senti bizarre, comme s'il avait ressenti les effets secondaires de son imprudence et tout ça par ailleurs pour une efficacité des plus pitoyables. Après quelques secondes seulement d'interruption, le sang avait recommencé à dégoutter sur sa figure distraite, affligée. Seron voyait de plus en plus flou, sentait une vague de chaleur insolite l'envahir, et peinait petit à petit à distinguer les arbres de leur ombres. Il commençait à s'inquiéter, cette défaillance était -elle vraiment due à cette petite plaie insignifiante ? Allons bon, ce n'était pas quelque chose d'aussi mineure qui allait le mettre en échec quand même. Secouant la tête en guise d'un nouvel état d'esprit, à grands renforts de claques, il se concentra de nouveau.

Le silence avait repris sa place, entrecoupé de temps à autre, par la succession de rafales qui couraient de loin en loin à des lieux d'ici. Par delà la crispation, se percevait en Seron quelque chose de grave, de quasi palpable : une tension nerveuse qui menaçait d'avoisiner la peur. Un sombre pressentiment sur l'issue du combat. Il évaluait ses chances, et s'interrogeait. Devait-il tout arrêter ? Abandonner le combat, ses hommes ? Il n'hésiterait sans aucun doute si l'opportunité lui était offert ou qu'il en avait ressenti l'a nécessité. Mais Ryygan avait l'air de tenir en respect leur ennemis, apte à leur fournir le temps nécessaire, faisait sans nul doute un travail formidable. Puis y avait-il seulement une autre issue ? Pas vraiment. Impossible de se dérober à cet instant, les informations et la sécurité des reliques dénichées commandaient d'agir. Son coeur alors, cessa de battre et un long moment il n'osa respirer tandis qu'il se coulait en dessous de son couvert avec détermination, comme pour se préparer à l'assaut final en toute association, toute harmonie avec ses gars. Ils n'attendaient plus que lui, qui devrait cogner fort avec un tir percussif qui déstabiliserait dans un premier temps leur cibles et offrirait un répit pour une frappe chirurgicale coordonnée.

Ainsi, comme prévu, en un éclair, Seron roula sur le côté son arme empoigné et pointé en avant, émergea juste à l'endroit prévu au pied même de l'arbre, qui telle une sentinelle se dressait haut, balayant presque le sol de ses branches basses. Et il balança son dernier tir percussif, activant alors le signal déclencheur et tant guetté. Toutefois, complètement aveuglé par son sang, mis à mal par l'affaissement soudain de ses sens, les choses ne se déroulèrent pas comme prévu. Seron avait complètement manqué le coche, son tir hasardeux ayant explosé loin de la zone déterminée. Mais ça, les autres dans l'obscurité à peine ténue ne pouvaient pas le savoir, déjà élancés comme des félins enragés à la lumière des fumigènes vers l'avant toute en confiance, l'ardeur au coeur, arme au poing.

Au grand désespoir de Seron confus, leur cibles ne seraient pas pris au dépourvu tandis qu'ils se lançaient à l'assaut. Le pirate, étrangement ne se trouva même pas la force d' hurler dans son émetteur pour avertir ses gars. Son sang continuait à couler sans qu'il ne puisse l'empêcher, la tête lui tournait. Il commençait à comprendre ce qui lui arrivait. Les feuilles. pensa t-il immédiatement. C'est elles qui m'ont fait ça, elles ont dû me faire un truc. Salopris. Il jeta son fusil Mattock au sol, et choppa son Carnifex de sa hanche, et fonça à son tour, tirant là où il croyait voir des ombres, son regard tremblotant dans les ténèbres, son environnement de plus en plus inconsistant. L'humain mal en point aperçut des formes blafardes à la lumière des fumigènes, il ne sut dans le flou où il se noyait si c'était ses alliés ou ses ennemis, il tira sans se retenir. Puis soudain, quelque chose à moins de cinq mètres de lui, traversa son armure au niveau du cou.

<< Uhg... >> Seron émit un petit son bizarre à mi-chemin du soupir et du hoquet, ses mains se refermèrent sur sa plaie ouverte tandis que s'empourprait les plaques de son armure à cet endroit. Il se laissa lentement tomber au sol suffoqué, puis plongea dans les limbes du chaos de son esprit épouvanté, face contre terre, inconscient du sort qui avait été réservé à tous ses compagnons et dont il n'aurait de toute façon guère montré moindre d' intérêt. Tout était fini, mais pas de la manière dont il se l'était imaginé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tir'Essi vas Rayya

avatar

Messages : 12
Date d'inscription : 21/04/2012
Age : 24
Localisation : Clermont-Ferrand

Identité
Race: Quarien
Planète natale: Flotte Nomade
Profession / rang : Médecin

MessageSujet: Re: A la recherche de la Pyostacie   Mar 8 Mai - 21:49

Le temps s'était arrêté autour de la zone de combat. Tir'Essi n'entendait plus que sa respiration alors qu'il s'était levé et qu'il s'était élancé en direction du vaisseau, d'un seul homme accompagné de Fis'Silos. Le spectacle devant eux était parfaitement incroyable, car au moment ou les deux Quariens, portant le corps inerte de Kali avait franchi l'épais couvert, le chaos s'était présenté face à eux. Plusieurs hommes, plusieurs ennemis s'était lancé sur eux, déclarant un assaut silencieux à l'instant ou ils pensaient prendre la fuite. Les premiers éclairs de laser fusèrent au dessus de leurs tête et tous savaient que l'issue serait fatale.

Une explosion sur un rocher à droite de Tir'Essi manqua le faire tomber, il comprit qu'il s'agissait d'un tir percussif, et que si il l'avait touché, il serait décédé ... Les questions se bousculaient dans son esprit alors qu'il courrait, glissant dans la boue, manquant tomber à plusieurs reprises et saisissant avec une force démesuré le corps de la jeune femme sur son dos. Il voyait les tirs de Fis, passer devant lui. Il sentait l'odeur du brûlé, l'odeur du sang qui tâchait le sol de cette planète. Rapidement, un premier homme s'écroula sur leur route, touché mortellement par le sous-officier Quarien qui laissa échapper un cri victorieux. Une vie innocente dérobé par une mission pacifique, uniquement pour avoir une chance de s'enfuir, une de plus. Combien étaient morts ? Combien vivants ? Ils ne le savaient pas, ils avaient peur, ils s'enfuyaient simplement.

Au loin, les lampes torches de leurs alliés se distinguaient parmi les branchages, ils fonçaient sur eux. Tir'Essi risqua un regard en arrière sur son coéquipier, juste à temps pour voir surgir une ombre sur sa droite, arme de poing à la main. Il n'eut pas le temps d'hurler, de le prévenir, qu'une balle mortelle avait quitté le canon de l'arme pour l'atteindre en plein cœur. Dans une manœuvre désespéré, le jeune militaire s'était retourné pour faire face à sa cible, le dévisageant une dernière fois avant de mourir. Tir'Essi eut un sursaut, il voulut aller le chercher, le sauver mais ce n'était pas possible.

Il atteint ses coéquipiers au même instant, courant à sa rencontre et sans s'arrêter se jetèrent sur l'homme venant d'assassiner Fis'Silos. Tir' n'entendit que plusieurs coups de feu, il ne vit rien, il ne faisait que courir. Rapidement, il fut rejoint par le capitaine de l'opération, qui attrapa Kali et l'aida à la monter à bord de la navette. S'en était fini pour Fis, bientôt, le reste de l'équipe ramènerait son corps parmi eux, le corps de celui qui s'était sacrifié pour que Kali et lui puisse vivre. Et jamais, il ne saura qui les avait attaqués, et pourquoi. Pourquoi eux ? Pourquoi au moment de partir ? Un tel gâchis était inexplicable, et désormais, il partait sans savoir combien de leurs assaillants avaient péris, combien étaient blessés, qui était leur chef et était-il mort ? Dans les heures à venir, pourrait-il sauver Kali ? Un autre Quarien était blessé, l'équipe de secours était tombée dans un piège, allait-il vivre aussi ? Beaucoup de questions restaient en suspens alors que les portes de la navette se refermaient et que les moteurs s'apprêtaient à la faire décoller. Tout ça pour quelques plans de pyostacie, tout juste assez pour travailler sur un remède. Ce n'était pas une bonne journée, la pire de son existence.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: A la recherche de la Pyostacie   

Revenir en haut Aller en bas
 
A la recherche de la Pyostacie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» PAM GENTIL CANICHE ABRICOT 9 ANS recherche fa dans le 13
» recherche amie
» recherche chien/chienne de petit poids (environ 2-3 kg)REGLE
» recherche un ami
» AVIS DE RECHERCHE !!!!! LE PASSE SIMPLE AU PASSE COMPOSE !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mass Effect RPG :: « La Grande Voie Lactée. » :: ◄ Systèmes Terminus :: ◄ Nébuleuse de Pylos. :: ◄ Kriserol.-
Sauter vers: