Mass Effect RPG

Mass Effect RPG


 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesBioware-RPGS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Amour de pirate.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Seron Al'Rhoeg

avatar

Messages : 27
Date d'inscription : 23/04/2012

Identité
Race: Humain
Planète natale: Systemes Terminus
Profession / rang : Pirate

MessageSujet: Amour de pirate.   Jeu 26 Avr - 19:59

Rp précédent : http://mass-effect-rpg.forumactif.com/t1407-enlevement-d-un-quarien-epreuve-de-force-entre-pirates#11363

Les mots échangés comptèrent à peine un instant... Très vite les corps avaient parlé, brutaux, exigeants, passionnés. Les étreintes les firent vibrer à l'unisson le souffle court accéléré, l'union volcanique des deux enveloppes corporelles s'accompagnant de celle des âmes, de l'humain et de l'Asari au bout du voyage mystique. L'éternité. Baisers torrides, caresses impérieuses, les langues se cherchant indiscrètes et insidieuses, provoquaient la transe des deux amants. Le coeur à coeur, le corps à corps se perpétua dans la touffeur de la nuit jusqu'à l'épuisement. Après l'assouvissement de la faim, encore échauffés, venait le moment de la tendresse, tout du moins si on pouvait appeler ça comme ça. Car vraie tendresse était celle qui venait d'abord du coeur. L'Asari s'oublia sur la poitrine de l'humain, tous deux parfaitement éveillés et ce fut le silence.

Je me demande ce que j'ai fait pour mériter ça.
lança Seron, d'un ton d'humour, réprimant un sourire, en lui caressant le bas dos.

- Tu n'as rien mérité.
Le dégonfla immédiatement la pirate Asari, la dénommée Shira, une pirate qui avait fait partie de la dernière mission avec le quarien. J'avais ma paye, du temps libre, pourquoi pas toi, pour une nuit.

- Tu dis ça comme si je ne valais rien.


- C'est parce que c'est le cas.
dit-elle tranquille et sans la moindre ambiguité, nullement honteuse ou gênée de proclamer cette vérité insultante alors qu'elle se tenait dans ses bras , toute enlacée contre lui. Seron, s'interrompit dans ses caresses, un peu désarçonné. Shira poursuivit, sans état d'âme. J'ai pu observer qui t'étais, et tu es définitivement un moucheron qui ne ne sera jamais respecté dans la cour des grands, avec les fauves.

- Je suis curieux de savoir pourquoi.


- Tes muscles, durs, je les sens contre moi, mais ils ne te servent à rien, ne sont pas le reflet d'un esprit conquérant, d'une force audacieuse, ou d'un caractère irrésistible. C'est une fausse image. Derrière ce physique arrogant, ces yeux durs, se cache un esprit faible, jaloux, qui se tortille de peur en permanence. Tu n'éprouves même aucun respect pour toi même. Les pirates sentent ce genre de choses. Malgré ton désir désespéré de régner sur une vaste armée de pirates, tu n'as et n'auras jamais la carrure d'un chef. Tu te contentes des petites merdes qu'on te jette à la figure, en convoitise, larmoyant sur tes ambitions inaccessibles.
Seron s'était figé, giflé par ces paroles. A vrai dire, l'humain n'avait jamais vraiment réfléchi sur lui-même. Il avait toujours laissé ça aux autres et ne s'en était jamais soucié. Le moucheron haussa finalement les épaules, trop épuisé pour se concentrer là-dessus, et sourit de manière sardonique.

- Je ne savais pas que les pirates Asari avaient des vertus de psychologue.


- Elles savent reconnaître les petites chiures de bas étage et les êtres les plus méprisables.


- Donc... Je suis faible, je ne vaux rien et je suis l'être le plus méprisable.
Une sacrée liste.
Il y avait quelque chose que Seron ne comprenait pas dans cette équation. Elle aurait pu chercher sans difficulté bien meilleur que lui, ou plus forte partie respectable, fier, brave, distingué et tout ce qu'elle voulait, en rapport à sa prétendue hauteur dans toute cette planète qui comptait des millions d'individus. C'est à se demander ce que tu fais dans mon lit.

- Qui a interdit de coucher avec les êtres les plus méprisables ?
répliqua t-elle en éclatant tout de go d'un rire franc. Malgré la réponse cinglante pas du tout flatteuse, Seron finit par rire mais silencieusement à son tour. C'était tellement vraie, et tellement drôle. Il ne posa plus de questions, et un long moment ils restèrent silencieux. Sur ce, Shira se retira et se leva, commença à ramasser ses vêtements et à se les enfiler. Ainsi que ses deux canons lourd carnifex qui ne la quittaient jamais. Puis en même temps elle reprit là où la discussion s'était arrêtée. Simplement j'ai bien aimé la façon dont tu as tenté de t'en sortir, ça m'a amusée. Habillée, elle se posa sur le bord du lit, alors que lui était encore couché, les mains croisés derrière la nuque, songeur sur son oreiller tout en l'admirant. J'ai trouvé ça.. sexy. Il y a une qualité indéniable, peut être la seule chez toi : Tu sais sauver ta tête. Sur ces mots, les mains de l'Asari avaient empoigné ce dont il était question, tirant les cheveux tressés de l'humain avec autorité en arrière, et d'une voix langoureuse elle termina. Et ça, j'aime. Seron nu, dégagea sa main, et se releva en se rapprochant tout près d'elle, plongeant son regard dans le sien. Et de son expression la plus sérieuse, ses yeux artificielles luminescents dans le noir, il dit d'un ton sans équivoque.

- C'est parce que ma tête est la chose qui m'est le plus cher au monde.
L'Asari sourit de toutes ses dents, puis fougueusement elle pencha son visage et pressa ses lèvres contre les siennes, celui-ci le souffle coupé l'attrapa de son bras puissant et l'attira violemment à lui. Elle se mit sur lui chutant en arrière, et ils s'embrassèrent longuement, se dévorèrent chaque centimètre de peau, laissant échapper toute cette soudaine tension entre eux. Puis après l'avoir mordillé dans le cou et laissé sa marque, Shira tout habillée le repoussa sévèrement et se dégagea. La récréation était terminée, définitivement. Elle s'apprêtait à sortir, sans se retourner, la main sur la poignée de la porte. Avant ça, Seron lui demanda d'un ton neutre :

On se reverra ?
Il s'en fichait à vrai dire, et il se doutait déjà de la réponse, mais Seron aimait poser des questions pour juger des réactions. La figure de l'Asari se déforma d'un rictus tandis qu'elle se retournait.

- Oublies ça. Tu ne m'intéresse plus. Je prends et je jette. Si t'es en manque, t'as tes esclaves en bas.


- J'aurai dû proposer un plan à quatre alors, ça aurait été bien.
suggéra Seron avec une grimace provocatrice. Mais l'Asari ne s'en laissa pas compter.

- Heureusement que tu ne l'as pas fait, il t'en aurait coûté. J'aurai simulé mon accord, puis à leur apparition je les aurai tué. Je n'accepte pas d'être mise sur un même pied que des esclaves.
Les yeux artificiels amusés la considérèrent soudain sérieusement, comme si l'humain venait d'avoir une révélation.

- Shira, tu as la carrure d'un chef, l'audace, l'intelligence et la force conquérante qui forcent l'obéissance.
Il répétait ces mêmes mots qu'elle avait prononcée. Ce n'était pas de l'admiration, juste un constat. Un avenir glorieux lui tendait grand les bras.

- Je sais. Flattée que tu t'en sois rendu compte.


- J'ai simplement vu, comme les hommes n'avaient pas manqué de te suivre aveuglément quand tu t'es rangé à mes côtés. Ton soutien a été d'une grande aide, j'en ai conscience.
répondit Seron en haussant les épaules. Cette Asari était dangereuse, il n'en doutait pas. Un dernier sourire lui vint aux lèvres. Ce Krogan n'a pas une chance face à toi. Les yeux de Shira brillèrent de manière énigmatique.

- Seulement cet imbécile ne le sait pas encore. Il le comprendra tôt ou tard. Mais je suis patiente, j'ai des centaines d'années devant moi. Tu ne seras peut être plus de ce monde mon petit humain, mais un jour, je serai à la tête d'une des plus puissantes fratrie de pirates des systèmes terminus.
Sur quoi, elle partit, le laissant réfléchir sur ces dernières paroles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Amour de pirate.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» GIFI un amour de caniche toy femelle de 10 ans (34)
» la faim plus fort que l'amour
» Barikad Crew-- Amour Infini-- Honneur à la femme haitienne
» Les chansons de pirate !
» L'amour sans philosopher C'est comme le café : très vite passé. [Les Shepard && Gibbs]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mass Effect RPG :: « La Grande Voie Lactée. » :: ◄ Systèmes Terminus :: ◄ Nébuleuse d'Oméga (OMÉGA). :: ◄ Sahrabarik. :: ◄ Oméga.-
Sauter vers: