Mass Effect RPG

Mass Effect RPG


 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesBioware-RPGS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 L'élu des Astres [parcours d'Erasmus]

Aller en bas 
AuteurMessage
PNJ

avatar

Messages : 177
Date d'inscription : 04/04/2010

MessageSujet: L'élu des Astres [parcours d'Erasmus]   Ven 18 Mai - 19:38

« Je n’ai pas peur de succomber. »

La voix du butarien avait résonné avec une étrange vibration, sereine, calme. L’homme redressa la tête et porta un regard déterminé en direction de la paroi comme s’il pouvait voir ce qu’il y avait derrière elle, il continua de ce même ton apaisant :
« En réalite, nous sommes bienheureux. Beaucoup vivent et meurent sans avoir connu l’amour que nous avons connu. Car à en juger par votre détresse, il doit y avoir des gens qui vous aiment quelque part.»

Ses yeux pénétrèrent ceux du turien et semblèrent voir à travers lui. Ce butarien était visiblement jeune, il n’avait pas l’air d’un personnage mystique, pourtant en cet instant c’est l’image qui se dégageait de lui. Mais cette impression se dissipa pour laisser place à ce jeune esclave amoureux qui avait tout risqué pour une romance insencé :
« Je ne prie pas pour mon salut, mais pour celui de Niara… Si jamais vous la voyez, dites lui que je la retrouverais à l’endroit le plus haut… Je ne sais pas où il nous emmène mais il doit bien y avoir un endroit de ce genre quelque part. »

Il était troublant après ce calme pesant d’entendre ce débit de parole, mais le jeune butarien semblait bien déterminé à causer et semblait surtout informé sur ce qui les attendait. Ils n’eurent hélas pas le temps de poursuivre leur entrevue que des gardes armés firent leur entrée. Etait-ce une coïncidence qu’ils arrivent à cet instant, ou le jeune homme les avait entendus venir et avait passé son message avant qu’il ne soit trop tard ? Le turien n’aurait jamais de réponse à cette question, toujours est-il qu’on leur passa des menottes dans le dos et qu’on les emmena à travers les couloirs du vaisseau. Les gardes semblaient nerveux, quelque chose se préparait. On les conduisit dans une navette où deux autres prisonniers butariens avaient déjà été installés, enchaînés à leur siège. Ils subirent le même sort et la navette s’élança hors du croiseur où ils se trouvaient en direction de la planète verte et bleue qu’ils distinguaient par la vitre.
Comme toutes les entrées en atmosphère, celle-ci fut chaotique et ils furent secoués dans tous les sens, aucun des prisonniers ne se décidait à regarder les autres dans les yeux, il régnait une atmosphère étrange, un mélange de résignation et d’appréhension plongeait le petit engin dans un silence religieux.
Une fois la situation plus calme, l’un des gares alluma un moniteur diffusant une émission télé, on leur passa un collier étrange autour du cou et on leur couvrit la tête d’une espèce de cagoule sentant la sueur et le vieux tissu. C’est donc dans l’obscurité qu’Erasmus sentit à deux reprises le vaisseau ralentir, le sas s’ouvrir et un son de bousculade caractéristique.
En fond sonore il entendait toujours l’émission télévision, il mit un moment à comprendre que le jeu que les commentateurs étaient en train de décrire était précisément celui auquel il s’était porté courageusement « volontaire ». C’est alors qu’il sentit de puissantes mains l’agripper et le forcer à se lever, on déverrouilla les menottes qu’il avait dans le dos avant de le pousser violement en avant.
La chute fit plus de peur que de mal puisqu’elle ne devait être que d’un ou deux mètre et il put enlever sa cagoule pour contempler la navette prendre son envol. A ses pieds se trouvait un sac à dos, autour de lui un espace vert remplis de champignons, où la nature avait depuis longtemps prit le dessus sur les allés et les grillage censés la contenir. Derrière cet espace se dressait la silhouette de plusieurs petits immeubles rongés, par la végétation et au fond de ces décors, il pouvait apercevoir une montagne abrupte. Mais plutôt que le décor, c’est la chaleur et l’humidité qui étaient surprenantes, dignes d’un hammam lancé à plein régime, chaque respiration était pénible et l’air poisseux avait une densité importante.

***

Eurbek Tayl'bre [E10] ne se souvenait pas avoir autant tremblé de sa vie, même sous le fouet des contremaîtres. Jamais il n’avait été à un autre endroit que la mine de sable rouge où il vivait sa vie d’asservissement persuadé que sa condition était normale et qu’il ne sortirait jamais de cette obscurité sans fin. Mais seulement, on l’avait sortit de là. Pourquoi ? Il ne le savait pas… Avaient-ils été mis au courant des réserves de nourritures qu’il avait cachés dans un tunnel ? Ou bien avait-il été dénoncé pour s’être demandé à voix haute à quoi ça ressemblait dehors ? Il n’en savait rien. On ne lui avait rien dit. La seule chose qu’il savait c’est qu’il était inscrit à ce maudit jeu qu’on les forçait à regarder chaque année. Une quinte de toux le secoua tandis qu’il progressait à travers la ruelle, serrant la crosse de son fusil à s’en faire blanchir les doigts. Il devait bien avouer que regarder cette émission lui procurait un certain plaisir : cet accès de violence, cette lutte sanguinaire, sans compter que ça lui permettait de voir autre chose que la mine. Mais à présent qu’il se trouvait lui-même dans la position du gibier de potence, le divertissement était moins amusant.
C’est alors qu’il aperçu la navette et la silhouette qu’on débarquait. Il n’avait vu pareille créature que lors des rediffusions données par l’Hégémonie. Un turien… des créatures sanguinaires hostiles à l’Hégémonie et élevés spécialement pour le combat. Il hésita à faire demi-tour, puis se dit qu’il devait profiter de son effet de surprise tant qu’il en avait l’occasion. Il n’avait aucune chance de gagner l'émissionil le savait. A moins que… A moins qu’il parvienne à voler le sac de son ennemi auquel cas il bénéficierait d’un avantage sur les autres dès le début de la partie ! Il y avait déjà eu, une fois, un esclave vainqueur des épreuves, pourquoi pas lui cette fois?
Il toussa à nouveau mais fit son possible pour ne pas faire de bruit… Tout le monde à la mine toussait comme lui à cause du sable rouge, ça, les saignements de nez et les maux de tête étaient devenus naturels pour lui et ses confrères. Il s’installa rapidement derrière un muret, s’appliqua pour avoir le turien dans sa ligne de mire. Il n’avait jamais tiré de sa vie, il ne faisait que reproduire ce qu’il avait vu faire, ça ne devait pas être trop compliqué. Une nouvelle quinte de toux le secoua. Merde le turien semblait avoir entendu, il fallait faire vite, il fit feu dans un vacarme assourdissant, il eut juste le temps de voir qu’il avait manqué sa cible avant de ressentir une douleur cuisante dans l’épaule. Il n’était pas du tout préparé au recul de l’arme et s’était sans doute démis l’épaule. Sa cible s’était cachée derrière ce qui devait être une benne à ordure. Il s’apprêtait à faire demi-tour et s’enfuir lorsqu’il entendit un bruit derrière lui.

***

Grepamm Ska'hen [V09] eut un sourire carnassier tandis qu’il voyait sa cible se retourner. Il était trop tard pour ce pauvre bougre. Il l’avait repéré facilement grâce à sa toux et avait tranquillement attendu que ce dernier descende le turien pour lui sauter dessus. Après tout, c’était une bonne occasion de faire d’une pierre deux coups. Hélas, cet abruti avait loupé sa cible et il devait se dépêcher s’il voulait réaliser son coup double.
L’esclave n’eut pas le temps de recharger son arme que le poing de la brute s’abattait sur son faciès. Il y eut un bruit mat, jamais Grepamm ne s’était servi d’un poing américain auparavant mais la sensation de destruction était enivrante. Il frappa encore et encore sentant la résistance des os faillirent progressivement. Dans son travail, il avait souvent administré des corrections, mais jamais il n’avait pu se lâcher à ce point, les videurs devaient imposer le respect mais pas estropier les clients de la boite de nuit sous peine de créer une mauvaise réputation à l’établissement. Or ici, tout les coups étaient permis. En cet instant il sut avec certitude qu’il avait bien fait de s’inscrire à ce jeu. Il allait bien s’amuser.
Il aurait bien continuer à ravager le visage de sa victime mais il avait un turien à descendre. Il brisa la nuque de l’esclave, mit son nouveau sac sur son épaule et rechargea l’arme avant de se diriger vers l’endroit où il avait vu le gibier se réfugier. Il allait gagner ce jeu, il le savait, il était le meilleur, les tocards qui s’étaient foutu de lui au boulot allaient bien se mordre les doigts quand ils verraient son triomphe. Une vulgaire brute… il était bien plus que ça ! Il était l’élu des Astres !

************HRP**************

Erasmus a été déposée au centre de la carte, il sera amené à interargir avec le butarien nommé Grepamm Ska'hen [V09]

Le contenu de son pack se résume à :

- Une bouteille d'eau d'un litre
- Une couverture
- Une demi-ration
- Une carte simplifiée
- Un trou dans le sac
- Rien

Tu peux jeter un oeil à ce sujet pour un complément d'informations. Bon jeu Twisted Evil

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
L'élu des Astres [parcours d'Erasmus]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Parcours minotoror / tot
» [CSO n°1] Parcours !
» Laboratoire à parcours
» Un maire d’origine haïtienne élu à North Miami
» Le retour de Jean-Bertrand ARISTIDE, Par Claude Ribbe

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mass Effect RPG :: « La Grande Voie Lactée. » :: ◄ Espace Concilien :: ◄ Nid du Milan :: ◄ Untrel-
Sauter vers: