Mass Effect RPG

Mass Effect RPG


 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesBioware-RPGS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 L'élu des Astres [parcours de Maëlia]

Aller en bas 
AuteurMessage
PNJ

avatar

Messages : 177
Date d'inscription : 04/04/2010

MessageSujet: L'élu des Astres [parcours de Maëlia]   Ven 18 Mai - 21:07

Ils avaient débarqué en trombe dans leur cellule et les avait à nouveau menottés et convoyés comme de vulgaires esclaves. Etait-ce qu’ils étaient devenus à présent ? Il y avait fort à parier là-dessus. Et alors qu’on les conduisait dans les couloirs du vaisseau, la surface de la planète Adek semblait les narguer, de sa lumière rassurante. Au détour d’un couloir elle et Neil furent séparés et elle fut conduite dans une navette truffée de soldat. On la fit s’asseoir et elle vit à côté d’elle un butarien dans la même tenue qu’elle, il la dévisagea en silence avant d’afficher une moue moqueuse. C’est alors qu’elle se rendit compte qu’il n’était pas entravé. Alors que la navette décollait et qu’elle pénétrait dans l’atmosphère de la planète verte, on lui passa un collier muni d’un système électronique autour du cou. Le même garde qui lui avait enfilé sans tendresse tandis le sien à son voisin avec respect, ce dernier se le passa lui-même autour du coup.
Il eut alors un sourire amusé devant l’expression de Maëlia, il lui tendit la main :
« Asdo Nan'limm, enchanté de faire votre connaissance ! Ce n’est pas parce que nous allons nous entretuer que nous devons perdre nos bonnes manières. »

En voyant l’expression de l’humaine il eut un bref froncement de sourcil. Il se tourna vers l’un des gardes :
« Je me demande si les volontaires extra-terrestres sont au fait des règles de notre petit jeu ?
- Non en effet monsieur, on s’est dit qu’ils le découvriront bien assez tôt.
- Pourriez-vous, s’il vous plait combler cette lacune pour cette jeune femme.
- Si ça peut vous faire plaisir Asdo ! Vous savez j’ai vu tous vos holos et je…
Merci!»

Le garde l’instant d’avant tout timide se tourna vers Maëlia et lui exposa d’un ton monocorde :
« Vous allez être libéré dans une aire de jeu de 36km², avec un sac à dos contenant une bouteille d’eau, une carte, une ration de survie, une couverture ainsi que deux objets aléatoires. Votre but sera d’éliminer les autres candidats du jeu. Toutes les 11 heures une zone sera declarée interdite sur la carte et y rester deviendra extrêmement dangereux. Si vous tentez de quitter l’aire de jeu, votre collier explosera provoquant votre mort immédiate, si vous tentez de l’enlever, il explosera également. A la fin de l’epreuve, il n’y aura qu’un seul et unique gagnant. »

Il reprit son souffle comme il avait tout recité d’une traite et le trajet reprit son cours. A un moment un garde voulut mettre une cagoule à Maëlia mais Asdo demanda si c’était nécessaire et le garde s’abstint. Le vaisseau finit par se poser, le sas s’ouvrir et Maëllia put ressentir de plein fouet la chaleur suffocante de cette planète, on se serait cru dans une forêt en plein Equateur. Asdo descendit, le sac sur l’épaule, il salua Maëlia d’un geste et se lança en direction d’un bâtiment désaffecté, rongé par des champignons et du lierre comme elle n’en avait jamais vu. L’endroit ressemblait à une île, au loin, on pouvait distinguer la rive opposée et une montagne qui en émergeait. La porte se referma et ce coup-ci elle ne put échapper à la cagoule qui la plongea dans le noir. La navette finit par s’arrêter à nouveau et on la jeta sans ménagement par dessus bord après lui avoir ôter ses menottes.
Lorsqu’elle retira sa cagoule, elle put constater qu’elle se trouvait en pleine jungle. Les arbres immenses semblaient tous rongés par les champignons, certains semblaient eux-mêmes être des champignons. Elle n’avait pas de visibilité et ne pouvait donc savoir où elle se situait par rapport au butarien. A ses pieds se trouvait un sac à dos devant contenir les objets qu’on lui avait décrit. L’un d’eux était peut-être un fusil, vu la taille qu’il faisait, tout n’allait peut-être pas si mal finalement ?

***

Zim [H08] courrait comme un dératé à travers cet immense amas de pourriture. Il n’était pas géné outre mesure par le taux d’humidité, au contraire, cette planète était faite pour ceux de son espèce. Il tenait son tournevis avec fermeté comme si cette arme qu’on lui avait fournis pouvait lui être d’un quelconque secours. Il lui fallait un point de repère et lorsqu’il avait aperçu la silhouette de ce bâtiment étrange il s’était précipité dans sa direction. Comme il débouchait sur une clairière il s’arrêta à l’orée de la jungle. Le bâtiment semblait très ancien, les pierres étaient recouvertes de mousse et une végétation dense n’en facilitait pas l’accès. Il s’agissait d’une tour carrée et massive, d’une bonne trentaine de mètres, dont l’entrée était visible de sa position. Zim n’étant pas érudit il n’était pas en mesure de dire à quelle culture elle appartenait, ni quelle était sa fonction, toujours est-il qu’elle représentait un abris et un moyen de voir à quoi ressemblait le paysage alentour.
Mais il eut soudain un moment d’hésitation, il serait à découvert une fois franchi la barrière de la jungle. Pourquoi fallait-il que se soit tombé sur lui ? Il n’était qu’un galarien normal, sans histoire, un agent d’entretien qui vivait une vie bien rangée sur une jeune colonie. Son vaisseau avait été abordé par des pirates alors qu’il devait rentrer voir sa famille. Il avait très vite été séparé de ses pairs et le reste de sa captivité n’avait rien d’exceptionnel. Il n’arrivait pas à comprendre ce qu’il faisait ici à cet instant précis. Rien ne l’avait préparé à gérer pareille situation. Il resta un moment accroupi face au temple, incapable de prendre une décision, terrifié à l’idée que quelqu’un puisse le suivre, il se retournait constamment de peur de voir quelqu’un surgir pour l’égorger. C’est cette trouille qui le décida à s’élancer aussi vite qu’il put vers l’entrée du temple.

***

Vurov Dan'leb[E02] avait presque envie de rire, sa situation était vraiment ironique. Lui, un esclavagiste impitoyable, s’était retrouvé enchaîné, malmené et jeté dans la jungle comme un vulgaire débris. S’il avait cru au Karma, il aurait considéré qu’il s’agissait là d’un juste retour des choses. Mais voilà, Vurov ne croyait en rien… À part lui-même. Ils avaient été trop gourmands ses collègues et lui, en voulant arnaquer le gouvernement de l’Hégémonie en falsifiant les registres contenant la liste de leur esclaves. Les autres l’avaient payés de leur vie, il n’allait pas tarder à le faire.
Il ne se faisait aucun espoir, il ne savait trop bien que les jeux étaient truqués et si le péquin moyen pensait que chacun avait sa chance, ce n’était pas son cas. Certes il y avait déjà eu un esclave vainqueur des jeux, mais il paraît que ce n’était pas prévu du tout et que le producteur de l’émission avait été limogé par la suite, aussi le successeur ferait en sorte que ça ne se produise plus.
En réalité, la dernière chose qui le maintenait en état de combattre était sa rage, il n’avait nullement l’intention de se rendre sans avoir vendu chèrement sa peau. Il était furieux contre sa situation et avait envie de plonger l’émission dans un bain de sang qui ferait même pâlir le ministre de l’Information. Qu’on fasse subir ce sort aux autres ne lui faisait ni chaud ni froid mais lui était trop bien pour crever ainsi.
Il continua son ascension de la tour, sa hache sur l’épaule, de là haut, il pourrait voir quel serait sa prochaine destination, il ne comptait pas pourrir dans cette fichue jungle et se disait que les organisateurs avaient sûrement dû varier les décors comme chaque année pour ne pas lasser le spectateur. Il arriva finalement au sommet une vaste salle jonchée d’énormes blocs de pierre qui avait dû être des Autels et d’une rembarde pour éviter les chutes malencontreuses.Huit piliers fins soutenait le dôme qui servait de toit à l’édifice.
Il s’approchait de la rambarde, lorsqu’il vit une silhouette s’élancer en direction de la tour. Un galarien… Foutu crapaud. Il allait regretter de venir le déranger. Il fit attention de se remettre à couvert et se cacha derrière un des blocs de pierre.

************HRP**************

Mali a été déposée dans le coin sud-ouest de la carte, elle pourra éventuellement croiser lors de son prochain RP seront Vurov Dan'leb[E02] et Zim [H08]

Le contenu de son pack se résume à :

- Une bouteille d'eau d'un litre
- Une couverture
- Une demi-ration
- Une carte simplifiée
- Un disque en métal incrusté de diamant
- Un sectoy Elcor

Tu peux jeter un oeil à ce sujet pour un complément d'informations. Bon jeu Twisted Evil
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maélïa MacLochlainn

avatar

Messages : 151
Date d'inscription : 06/08/2011
Age : 29
Localisation : Namur

Identité
Race: Humaine
Planète natale: Terre - Eden Prime
Profession / rang : Tireur d'élite

MessageSujet: Re: L'élu des Astres [parcours de Maëlia]   Sam 19 Mai - 15:26

Neil et Mali avaient continué de discuter un moment, de choses et d’autres, avant que l’ombre de la fatigue se fit sentir pour les deux prisonnier. Mais dans une situation pareille, il était difficile de trouver le sommeil, réparateur qui plus est. Elle venait enfin de s’endormir lorsque les butariens avaient débarqué sans aucune délicatesse dans la cellule. Neil, lui aussi devait tenter de dormir. Les butariens les avaient empoignés avant d’être poussée vers l’extérieur de la cellule. L’avocat et la free-lance se regardèrent, tout deux se demandant ce qu’il allait se passer. Les deux compagnons d’infortune eurent de nouveau les menottes aux poignets, et rapidement, ils se trouvèrent dans le couloir qui semblait s’étendre à l’infini. Pas si infini que ça, puisqu’à une intersection, le groupe se scinda en deux, Mali partant d’un côté, et Neil de l’autre, chacun avec ses geôliers. Du regard, elle souhaita bonne chance à l’avocat qui lui répondit d’un simple signe de tête avant qu’ils ne soient hors de la vue l’un de l’autre. Maélïa se demandait alors si elle le reverrait un jour…

Ils arrivèrent dans une navette décrépie, bourrée de soldats. Elle fut assise à côté d’un butarien dont le visage se tinta rapidement d’ironie, après avoir –sans gêne- détaillé la jeune femme. Il était certain que du haut de ses 1m65 et avec ses 55kg, Mali était loin de la carrure massive du butarien. Mais elle était aussi plus forte qu’il n’y paraissait et bien plus furtive. Mais ce ne semblait pas être la vision qu’avait le butarien de Mali. Il lui présenta tout de même sa main, se présentant. Mali, machinalement, lui tendit la sienne, mais ne dit rien, seul son visage marqua sa surprise à l’annonce du combat à mort prévu… Fucking Batariens…

Son collier la gênait, mais elle n’osait le toucher, elle tournait juste la tête à droite à gauche. Une colère sourde montait en elle, accompagnant la tension que l’on pouvait presque toucher dans la navette. Il faudrait combattre pour sa survie ? Soit. Elle ne serait pas la plus mal pourvue avec sa formation militaire. Ses pensées se tournèrent un instant vers l’avocat. Elle fut tirée de ses pensées par la chaleur moite qui la frappa soudain au visage. Le butarien, un certain Adso, sortait. Il la salua avant de sauter et de commencer rapidement à s’engouffrer dans la végétation locale.
Sans qu’elle n’ait pu faire quoi que ce soit, elle se retrouvait dans le noir. Elle pensa avec ironie qu’ils auraient bien pu la laisser voir le coin, de toute façon, elle ne le connaissait pas… ça ne l’aurait pas vraiment avancé des masses.

Quelques temps plus tard, elle se retrouva jetée de la navette, et par réflexe, elle se laissa rouler sur le sol pour amortir la chute, bien qu’à l’aveugle, ce ne fut pas évident. Elle se releva et retira sa cagoule. L’air était chaud, humide, difficilement respirable. Non loin d’elle, Mali trouva un sac qui semblait contenir un objet relativement imposant (Samus, je te hais…). Elle ouvrit le sac : une demi-portion de nourriture, une bouteille d’eau, une couverture, une carte, un étrange disque métallique avec des incrustations de ce qui semblait être des diamants, et… un objet étrange, long et assez imposant. La jeune femme se demandait bien ce que ce pouvait être, mais à la réflexion, ça pourrait lui servir d’objet contondant en cas de besoin.

Elle rangea ses objets, ne gardant en main que la carte. Après avoir écouté quelques minutes les bruits alentours, elle étudia la carte. Un bâtiment ne semblait pas se trouver trop loin. Peut être pourrait elle trouver de l’eau potable, parce qu’aux vues de la couleur de la sienne, elle ne se risquerait pas de la boire, au moins, pas avant d’avoir trouvé de quoi la filtrer, bouillir un minimum… ou mieux : d’en avoir trouvé de la potable.
Mali se mit finalement en marche, faisant ses pas les plus discrets mais les plus rapides possibles. Elle détailla au passage ces espèces de champignons qui peuplaient la forêt, se demandant si certains d’entre eux étaient comestibles. Encore une fois, elle ne se risquerait pas pour le moment.
Elle continuait d’avancer, elle était en colère contre elle-même, contre ces pourritures de l’Hégémonie, contre Cerberus, contre tout le monde en réalité. Ses dents grinçaient, tellement elle serrait sa mâchoire de rage.
En se rapprochant, elle commença a deviner l’imposante silhouette du temple. Mali se fit plus prudente, sans doute d’autres « candidats » avaient eu la même idée. Elle arrivait par le côté sud-est du temple. Planquée derrière un arbre, elle observait le bâtiment, cherchant un accès et essayant de repérer une éventuelle présence…



___________________
HRP : Mali passe de F2 à F1
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PNJ

avatar

Messages : 177
Date d'inscription : 04/04/2010

MessageSujet: Re: L'élu des Astres [parcours de Maëlia]   Jeu 24 Mai - 16:40

Maëlia arriva juste à temps pour voir une silhouette entrer en courant, elle ne put cependant déterminer de qui ou de quoi il s’agissait. Une seule chose était sûre : ça marchait sur deux pattes et portait une combinaison bleue. Et l’attente commença…
Attendre que l’individu eut finit son inspection était le meilleur moyen d’éviter une confrontation directe dès le début des hostilités et évitait ainsi de courir des risques non calculés. Après tout, l’individu avait pu avoir la chance de trouver une arme à feu dans son paquetage. En contrepartie cette technique présentait le désavantage de se priver des ressources que l’autre manquerait immanquablement de piller sur place.
Au bout de quelques minutes, les sons de la nature environnante commencèrent a devenir familier pour la jeune femme, il y avait des oiseaux et beaucoup de grenouilles à en juger par les croassements alentours, elle trouverait sans aucun doute de quoi se nourrir si tant est qu’elle soit capable de l’attraper. Peut-être pourrait-elle rester dans la jungle et attendre que ça passe… mais restait le problème de l’eau, le coin ne devait pas déborder de source d’eau potable.
Soudain, sa rêverie fut interrompue par un cri étouffé provenant du haut de la tour et du bruissement d’ailes de multiples volatiles prenant brusquement leur envol. Elle put voir leurs formes s’éloigner d’un vol rapide du refuge qu’ils avaient dû se trouver sur le toit de ce temple à l’abandon. Puis le calme revint, plus un bruit, pas une plainte. Au bout de ce qui lui sembla des heures une silhouette fini par émerger du temple, à présent qu’elle était bien positionné elle put identifier clairement l’individus : un butarien assez trapu avec un rictus impitoyable imprimé sur le visage. Il avait une hache qu’il tenait d’une main et dont il avait appuyé le manche sur son épaule. Autour de son autre bras était noué ce qui ressemblait à un bandage de fortune, situé autour de son biceps. Il scruta la jungle autour de lui et à un moment il sembla à Maëlia qu’il l’avait vu comme il arrêtait son regard sur l’endroit où elle se trouvait, mais il finit par détourner les yeux, avec prudence il se déplaça rapidement vers le Nord et disparut dans la végétation luxuriante.

***

Il avait un mal fou à respirer, son corps brisé était à présent engourdi et la douleur vive de toute à l’heure était devenue sourde et lancinante. Avec peine, il se retourna sur le dos et la blessure qu’il y avait reçue le lança brutalement. Il se traîna jusqu’au bloc derrière lui et parvint tant bien que mal à s’adosser. Il se tint le ventre à deux main pour éviter que son contenu ne s’en échappe, si seulement il pouvait arrêter tout ce sang de couler !
C’est étrange de voir comme la nature est faite, même foutu, il était à la recherche de confort. Il n’y avait rien de logique dans sa lutte désespérée, même avec des soins médicaux modernes il n’était pas sûr d’en réchapper alors dans ces conditions. Pourtant il ne pouvait se résoudre si facilement.
Cet enfoiré lui avait prit son sac, pourtant, après avoir découpé un moreau de sa couverture il l’avait laissé choir non loin. Il tendit le bras avec la force du désespoir et parvint à la ramener à lui, il la posa sur son ventre et s’en couvrit, il avait subitement très froid.
Il aurait du être plus vigilant, ne pas se précipiter vers la rambarde pour voir le panorama. Mais il ne s’attendait pas à rencontrer quelqu’un ici si tôt dans le jeu. Un jeu… Qui pouvait appeler ça ainsi à part une de ces tarés de butariens ? En tout cas, si tel était le cas il avait perdu. Sa seule consolation était de lui avoir transpercée le bras avec son tourne vis, au moins celui-là avait peu de chance de gagner avec un tel handicap. Son regard divagua vers la cime des arbres et plus loin, la montagne. Ce n’était pas une vilaine vue, il y trouvait un certain apaisement. D’ailleurs l’adrénaline commençait à disparaître et il se sentait soudain très fatigué.

***

Le salopard s’était mieux défendu qu’il ne s’y était attendu, il n’aurait pas dû sous-estimer les réflexes du galariens. Après tout ce peuple était réputé pour son hyperactivité. Son bras le faisait souffrir mais il pouvait le bouger et s’en servir, c’était déjà ça. La bonne nouvelle en revanche était ce qu’il avait trouvé dans le sac de sa victime, un détonateur pouvait s’avérer très pratique pour la suite. Il se dirigeait droit vers l’exploitation agricole, s’il pouvait trouver de l’essence et de l’engrais il aurait les moyens d’avoir de l’explosif et avec de l’explosif, il pourrait sécurisé une zone et s’y cacher tranquillement. Le tournevis pourrait peut-être avoir une utilité également, il verrait… Il aurait juré avoir aperçu du bleu dans le jungle devant le temple, et il préférait faire confiance à son instinct, aussi pressa t-il le pas pour s’éloigner de cette source de danger potentiel. Lui qui était déterminé à faire un carnage peu de temps avant s’était rendu compte que dans les faits ça allait être beaucoup moins plaisant, certes lui s’en tirait avec une simple blessure au bras alors que l’autre avait pris un coup de hache dans le dos et dans le ventre mais il avait eu l’avantage de la surprise chose qui pourrait ne plus se reproduire. Non, il fallait qu’il se trouve un coin peinard et qu’il attende tranquillement que les autres s’écharpent joyeusement.


HRP:
Lancé de dé 100 = 65
-> Au prochain RP, Maelia trouvera un bon de réduction au centre commercial

Zim [H08] est décédé.
Tu peux interagir avec Vurov Dan'leb[E02] (autorisation de le faire parler et agir)
Il n'y a pas d'autres PNJ avec qui tu peux interagir

Informations partielles sur Vurov Dan'leb[E02]
Citation :

Race : butarien
Sexe : masculin
Age : 46 ans
Statut : Esclave
Physique : De taille moyenne, d’une carrure respectable, Vurov a un œil borgne et une large cicatrice à cet endroit, souvenir du raid Skylien.
Caractère : Impitoyable, colérique, ingénieux.
Histoire : Ancien esclavagiste à bord de l’Ecumeur, Vurov n’a jamais nourri d’état d’âme par rapport à son métier, car selon lui, si il ne le faisait pas, un autre le ferait à sa place, alors autant s’enrichir. Cette philosophie lui réussit jusqu’au jour où son équipage et lui décidèrent d’arnaquer un commanditaire et de prendre la poudre d’escampette. Hélas, ils furent retrouvés, son capitaine éliminé, ainsi que la majeur partie de l’équipage. Ils furent inscrit à l’Elu des Astres, mais seul le nom de Vurov sortit, les autres furent revendus par la suite.
Particularité : sait bien se servir des armes à feu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maélïa MacLochlainn

avatar

Messages : 151
Date d'inscription : 06/08/2011
Age : 29
Localisation : Namur

Identité
Race: Humaine
Planète natale: Terre - Eden Prime
Profession / rang : Tireur d'élite

MessageSujet: Re: L'élu des Astres [parcours de Maëlia]   Lun 28 Mai - 11:53

Cachée derrière son abri éphémère, accroupie, Mali continuait d’observer le temple et ses alentours. Un moment elle avait hésité à suivre cette silhouette, mais elle avait encore besoin d’organiser ses pensées. Sa situation lui rappelait les entrainements de l’armée lorsqu’ils étaient largués en milieu « inconnu » en situations de survie. La « petite » différence c’était qu’ils étaient armés, ne risquaient pas de mourir à chaque instant, pas pour de vrai en tout cas. Le bleu de sa combinaison la gênait. Trop voyant. Trop contrasté par rapport aux couleurs qui l’environnaient. Elle entreprit alors de tartiner sa combinaison de terre plus ou moins humide. Le résultat n’était pas à la hauteur des espérances de l’humaine, mais ça atténuait au moins un peu le côté criard de son habit.
La jeune femme retira sans bruit le sac de son dos et en fouilla le contenu pour en sortir le disque incrusté, prenant garde de ne pas trop le bouger pour éviter les reflets sur le métal. Il ressemblait à un outil, et il était relativement tranchant à première vue. Elle l’étudia encore quelques instant, ses sens aux aguets, laissant glisser ses doigts sur le métal froid. Il lui faudrait trouver un moyen de l’attacher pour qu’elle puisse le garder à porter de main, ça pourrait toujours servir. Une idée commençait à germer dans sa tête, mais il lui aurait fallu du temps pour la maitriser.
Alors qu’elle le rangeait, elle entendit se cri qui la fit lever les yeux, un léger frisson parcouru son dos. Quelques temps après, elle put observer un butarien armé d’une hache sortir. Il semblait blessé et Mali l’observa s’éloigner. Alors qu’il se tournait vers elle, elle eut le réflexe de ne pas bouger, arrêtant même inconsciemment de respirer et de cligner des yeux. Il s’éloigna et Mali se tassa sur elle-même, remettant son sac sur son dos.

Elle hésitait. Devait-elle aller dans le bâtiment, voir si le butarien n’avait rien laissé d’utile derrière lui, ou devait-elle au contraire le suivre. Elle n’avait que de l’eau d’une couleur louche et une demi-ration. Autant elle pouvait se passer un temps de nourriture que d’eau ce serait difficile surtout dans ce climat chaud et humide.
Dans un soupire elle se décida et commença a le suivre, à bonne distance, la combinaison bleue étant relativement facile à détecter dans cette jungle. D’après les estimations de l’ex-militaire, ils se dirigeaient au Nord. Parfait, elle avait repéré un complexe agricole dans cette zone, il y aurait surement de quoi faire.
Par moment, le butarien se retournait et Mali se cachait derrière la végétation, immobile, attendant qu’il reprenne son chemin. La jeune femme l’entendait maugréer contre la galaxie toute entière. Elle n’aimait pas la hache posée négligemment sur l’épaule du butarien. Le maitriser, elle le pourrait, mais avec cette hache, ce serait tout de suite plus problématique et elle se doutait – aux vues des jurons qu’il lâchait- qu’il n’était pas né de la dernière pluie et qu’il ne se laisserait pas faire.

Elle avait cependant un avantage. Deux même : il ignorait qu’elle était là et il était blessé au bras droit. La traque se poursuivait, la tension montait. Il fallait qu’elle agisse, ne surtout pas se laisser surprendre, et garder l’avantage de la surprise pour elle.

Elle sortit donc cet espèce de gros gourdin de son sac et commença à accélérer le pas, se rapprochant toujours aussi silencieusement qu’elle le pouvait. Le butarien devait sentir sa présence, car il se retournait de plus en plus, sa main assurant sa prise sur le manche de la hache. Mali devait user de plus en plus de prudence et mettre en pratique tout ce qu’elle avait appris. En tant qu’ancienne S4, la discrétion, ça la connaissait. Elle se rapprochait, à patte de velours, de profil, posant d’abord la pointe de son pied pour amortir son pas, légèrement courbée, son arme de fortune lancé vers l’arrière. Elle se tenait alors maintenant légèrement en retrait, sur la droite du butarien.

D’un coup, elle s’avança vers lui donnant un premier coup sur son bras blessé et un second, plus violent sur sa tempe.


-Qu’est-ce que… commença t’il, Tu vas crever pourriture d’humaine !

La combinaison des coups eut pour effet de le sonner, à défaut de l'assommer, mais surtout de lui faire lâcher sa hache. Pas très loin malheureusement. Se remettant en position de combat, Mali le frappa de nouveau lorsqu’il tenta de plonger pour récupérer son arme. Il esquiva en partie le coup mais chuta, entrainant Mali avec lui. Plus agile que lui, elle rampa en direction de la hache mais sentit une violente douleur à la cheville. Le butarien l’avait attrapé alors qu’elle n’était plus qu’à quelques centimètres de l’arme. Il tentait de la tirer vers lui, mais l’humaine se débattait comme une furie, lui collant des coups de pieds dans ses quatre yeux, tout en essayant toujours d’atteindre la machette. Il la tirait encore vers lui, la faisant glisser sur le sol. Ses mains puissantes lui enserraient encore la cheville qu’elle ne sentait presque plus à présent. Mali se redressa comme elle put pour lui coller ses poings dans la tronche, des poings plus puissants que le butarien ne pensait. D’ailleurs, elle était bien plus forte qu’il n’y paraissait et que le butarien s’était laissé surprendre. Ce n’était pas n’importe quelle humaine qu’il avait en face de lui. Il le voyait à sa façon de se débattre et de cogner. La jeune femme aussi sentait la rage monter en elle, son regard était froid et dur, comme une émeraude brut. Ses muscles se bandaient et son instinct de survie décuplait ses réflexes.
Maélïa réussit à le faire lâcher prise un moment et elle plongea de nouveau vers la hache. Elle sentit le manche du bout des doigts. Le butarien devenait de plus en plus enragé, tentant d’atteindre lui aussi la hache, Mali le faisait jusque là reculer, mais elle ne le pourrait pas éternellement.
Encore un centimètre et elle pourrait avoir une bonne prise. Ses doigts ramenaient millimètre par millimètre l’arme vers elle, gardant ses yeux fixés sur son adversaire. Le butarien continuait de la frapper, Mali encaissait dans la mesure du possible, se défendant de sa main libre, elle y était presque. Encore un peu… Un poing puissant failli s’abattre sur ses côtes mais Mali esquiva le coup en envoyant son pied dans la poitrine du quatre-yeux. Elle en profita pour avancer des quelques millimètres qui lui manquaient et elle leva sa hache un peu au hasard. Le butarien la retint, ayant prévu le coup. C’était sans compter sur les réflexes de Mali qui lui envoya un poing dans un de ces trois yeux encore valides, suivit d’un coup de coude dans la foulée.
L’adversaire alien lâcha la hache et Mali eut le temps de se reculer et de se redresser pour lancer un second coup qui vint se planter dans le cou du butarien qui hurla sous la douleur avant de s’écrouler à moitié sur la jeune femme qui le repoussa rapidement pour éviter d’être recouverte de sang.

Elle resta cependant quelques minutes à terre, calmant sa respiration, reprenant ses esprits. Elle avait vu la Mort de prêt et le « jeu » ne faisait que commencer. Elle passa sa main sur son visage et ce décida à se relever. Mais une douleur fulgurante remonta sa jambe gauche et la fit retomber.
Elle découpa une longue bande dans la combinaison du butarien à l’aide de son disque métallique. Rapidement, elle se confectionna une attelle qu’elle serra bien. Une fois debout de nouveau, elle tenta de faire quelques pas. Tant qu’elle ne bougeait pas trop la cheville, ça devrait aller, l’attelle de fortune la soutenant. Elle ne pensait pas que quelque chose était cassé mais le butarien avait serré relativement fort.

Elle ramassa l’espèce de grosse masse qu’elle rangea dans son sac avec le disque. La jeune femme fouilla également le sac du butarien, récupérant ce qui s’y trouvait et gardant le sac, ça pourrait toujours servir.
Alors qu’elle commençait à repartir en direction du nord, quelque chose attira son regard. Elle s’avança dans cette direction, boitillante. Elle ramassa ce qui ressemblait à un bout de papier. Le parcourant d’une traite, Mali ne put s’empêcher de rire devant l’ironie de la chose : un bon de réduction pour le centre commercial. Le glissant dans son sac, elle reprit sa route après une dernière vérification de sa carte.

HRP : j'espère que ça va, si jamais je change ! Sinon, Mali passe de F1 à E1.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PNJ

avatar

Messages : 177
Date d'inscription : 04/04/2010

MessageSujet: Re: L'élu des Astres [parcours de Maëlia]   Jeu 7 Juin - 10:29

L’atèle de fortune ralentissait ses déplacements, la chaleur écrasante faisait perler de grosses gouttes de sueur à son front et elle avait un mal fou à reprendre son souffle avec cette humidité suffocante. Ajoutez à cela le terrain accidenté, les insectes en tout genre qui la lardait de piqûre, la soif allant grandissant et vous aurez un tableau à peu près fidèle de la situation dans laquelle était Mali. Cependant, elle venait de faire l’acquisition d’une arme efficace avec la hache de feu Vurov, de deux bouteilles d’eau de 50 centilitre qui n’avaient pas l’air croupies et de deux rations, de quoi remonter le moral. A cela on pouvait ajouter un détonateur et un tournevis sans compter ce fameux bon de réduction !
Elle avait eu de la chance que sa cible ait été blessée, le combat avait été plutôt serré, elle n’avait aucune certitude par rapport à l’identité de sa victime, la seule chose dont elle pouvait se douter, c’est qu’il avait déjà affronter quelque chose ou quelqu’un. Peut-être n’était-il qu’un pauvre erre comme elle qui n’avait rien demandé à personne et s’était retrouvé là par hasard ? Peut-être aurait-elle pu s’en faire un allié plutôt que l’éliminer sans sommation ? Enfin dans tout les cas c’était un butarien comme ces salopards qui l’avait foutu dans ce jeu de taré et la généralisation était facile dans ce genre de circonstances. Elle fut interrompue dans ses pensées par une annonce venant des organisateurs visiblement, la voix semblait venir de tous les côtés à la fois, la jungle devait être truffées de hauts parleurs, un truc comme ça. Quoiqu’il en soit elle apprit ainsi qu’il y avait déjà eut un paquet de morts alors que le jeu avait à peine commençait, elle apprit également que certaines zones seraient priégées au fur et à mesure du jeu afin de pimenter la rencontre. Elle eut la liste des dites zones, le temple derrière en faisait désormais parti. Puis se fut à nouveau le silence.
Elle reprenait tranquillement sa route lorsqu’elle entendit un grondement sourd derrière elle, cela ressemblait à bruit que ferait une grotte si elle s’effondrait. Le temps passa et soudain il y eu un autre bruit lugubre. Des hurlements terribles, comme si quelqu’un subissait mille tourments. Cela provenait du temple, elle l’aurait juré. Que se passait-il là-bas ? Avait-elle seulement envie de le savoir ?

***

Zim était dans une étrange torpeur, tout lui semblait distant sans importance, la compétition, sa mort imminente, la voix qui retentissait soudain autour de lui. Il était en plein rêverie éveillée, sa tête tournait et les formes alentours devenaient de plus en plus floues. A présent il avait terriblement sommeil et ne se souvenait plus pourquoi il était primordial qu’il résiste à l’envie de dormir. Bah, ce devait être un détail. Il venait de fermer les paupières quand il sentit une morsure vive à sa cuisse, qui le rappela brusquement à la réalité. C’est alors qu’il vit cet étrange insecte ressemblant au croisement entre un scarabée géant et à un mille patte qui venait de planter ses mandibules à travers sa combinaison. La bête devait mesurer dix centimètres et il n’eut aucune difficulté, même dans son état à la chasser puis à l’écraser. Mais bien vite il entendit le bruit de millier de petites pattes courant sur le sol et tandis qu’il se redressait dans un ultime effort, il les vit arriver… par millier. Les insectes devaient ne pas avoir bien pris le meurtre de l’un des leurs car elle se précipitèrent sans vergogne sur l’infortuné galarien, qui tenta vainement de se débattre, elle le dévorèrent vivant sans s’interrompre une seconde face à ses protestations inarticulées et ne s’arrêtèrent qu’une fois qu’il ne resta plus de chair à ingurgiter. Elles déambulèrent un moment ainsi avant de sentir à nouveau l’odeur de la chair fraîche, plus loin. Leur appétit insatiable les travaillaient déjà et elle se mirent en route sans attendre vers ce nouveau festin.


HRP:
Lancé de dé 100 = 75
-> Au prochain RP, Maelia trouvera un vieux couteau suisse rouillé

Vurov Dan'leb [E02] est décédé.
Tu ne pourras interagir avec aucun PNJ lors de ton prochain rp même si ton personnage peut sentir au fil de sa marche la présence de quelqu'un d'autre dans les parages.

Exceptionnellement et comme il risque de ne pas se passer grand chose dans ton prochain rp, tu as l'autorisation d'avancer d'une case supplémentaire.

Ps: désolé pour le retard de cette réponse, je ferais en sorte que cela ne se reproduise plus.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maélïa MacLochlainn

avatar

Messages : 151
Date d'inscription : 06/08/2011
Age : 29
Localisation : Namur

Identité
Race: Humaine
Planète natale: Terre - Eden Prime
Profession / rang : Tireur d'élite

MessageSujet: Re: L'élu des Astres [parcours de Maëlia]   Dim 17 Juin - 18:04

Pendant l’annonce des organisateurs, Mali s’était arrêtée, attentive, les yeux levés comme pour chercher d’où provenaient les sons, en vain. Elle sortit sa carte afin de repérer les zones à présent piégées. Cela remettait en cause ses plans, elle avait songé à se diriger vers la ferme pour essayer de trouver quelque chose d’utile – du matériel, des vivres peut-être. Cependant avec ce qu’elle avait trouvé sur son adversaire, elle avait de quoi tenir un peu plus longtemps que prévu. Une fois les voix tues, elle étudia la carte rapidement. Elle remonterait Nord-est pour le moment pour essayer de sortir au plus vite de cette forêt humide.
La jeune femme repartit alors dans la direction choisie, toujours boitillante, tentant de respirer profondément et lentement cette atmosphère lourde, humide et chaude. Au fur et à mesure de la marche, ses idées s’enchainaient, défilaient, étrangement calmement. Trop calmement.

Soudain, le grondement la fit sursauter et elle se retourna, la main crispée sur le bois de la hache, ses yeux vagabondant de droite et de gauche. Puis un silence terrible avant que des hurlements ignobles se firent entendre, faisant frissonner Mali malgré la chaleur ambiante. Restait donc t’il quelqu’un dans le temple ? Que s’y passait-il ? Balançant rapidement sa tête de droite à gauche, Mali chassa cette pensée, ne préférant pas savoir. Elle reprit sa marche, aussi vite que lui permettait sa blessure, non sans avoir pris une gorgée d’eau et une bouchée de ration.
Il lui semblait sentir une présence autour d’elle, lointaine, mais bien présente. Et ses pensées se tournèrent alors vers le butarien qu’elle venait de tuer. Cela ne lui ressemblait pas. Elle aurait pu l’éviter facilement dans cette végétation relativement dense, changer de direction, revoir ses plans. C’eut été plus facile et mon risqué. Elle n’aurait pas eu cette blessure qui la handicapait, d’autant plus sur ce terrain difficile. Pourquoi l’avait-elle suivit, puis attaqué ? Elle avait l’impression que l’ambiance du jeu la rendait un peu… folle n’était pas le mot. Paranoïaque. Voilà. Ouais, elle se sentait parano, trop de questions, pas assez de réponses. Se savoir entourée de danger sans en connaitre la nature et sans les voir augmentait un peu sa nervosité. Elle avait évidemment participé à des entrainements en mode survie à l’armée, mais c’était tellement plus facile, comparé à ce qu’elle vivait en ce moment. Et ils étaient armés, et plus d’un « survivaient », ils s’aidaient s’ils se retrouvaient. Ce n’était pas ce vicieux remake des combats de gladiateurs à la sauce butarienne.
Oui, elle aurait pu l’éviter et rester avec sa petite ration et son eau croupie dans cette jungle. Une part d’elle-même continuait cependant de lui dire qu’elle avait bien fait, que ce n’était qu’une sorte de légitime défense. L’ex-militaire savait par expérience, un butarien n’est jamais innocent, surtout envers les humains. Et vu la manière dont il tenait sa hache, ses cicatrices et son allure, ce ne devait pas être un tendre. Elle avait en plus gagné une arme redoutable et des vivres, ce qui était non négligeable dans ce jeu.

Mais il y avait toujours cette autre part d’elle-même qui regrettait ce geste et cette « stratégie ». Qui rejetait cette violence gratuite et cette barbarie immonde. Elle ne savait pas si elle était en colère, si elle avait peur, si elle devait juste suivre son instinct de survie. Sans doute un mélange de tous ces sentiments. Ce qui était certain, c’est qu’elle se sentait affreusement seule. Elle repensa à Gabriel qu’elle avait cru reconnaitre avant se plonger dans les méandres du sommeil sédaté sur Oméga. S’en était-il sortit ? Tenterait-il de la chercher ? Il était difficile de le savoir. Au fond d’elle, elle l’espérait, mais il n’était qu’une rencontre d’un soir et il n’avait aucune raison valable de risquer sa vie pour venir la chercher.

La jeune femme refit une pose pour reposer quelques minutes sa cheville et essuyer la sueur qui coulait sur son visage. Elle vérifia son atèle, la resserra légèrement ce qui la soulagea.

Reprenant sa route en même temps que le fils de ses pensées, Mali songea ensuite à Neil, qu’elle avait rencontré dans la prison butarienne. Il était dans la même galère qu’elle à présent. Elle espérait qu’il soit encore en vie, et peut-être qui sait, le rencontrer sur le terrain. Une présence plus ou moins connue, humaine qui plus est, serait la bienvenue. A deux, ils augmentaient leur chance de survivre. Enfin… Elle pensait pouvoir lui faire confiance, lui aussi avait été lâché dans ce jeu. Elle devait le retrouver. La free-lance se reprit alors, se redressant et accélérant un peu le pas. Elle avait eu un entrainement militaire poussé, elle avait fait parti des meilleurs tireurs d’élite de l’Alliance. Maélïa n’allait pas se laisser abattre par ces imbéciles de butariens et leur jeu. Elle s’était longtemps réfugiée derrière son arme, mais elle ne devait pas oublier tout ce qu’elle avait appris à côté.
Réajustant son sac sur son dos, raffermissant sa prise sur la hache, Mali continuait d’avancer, la douleur de sa cheville -à défaut d’avoir disparue- se résorbait un peu, elle s’habituait à la douleur, se concentrait sur autre chose.

Mali passa sa main sur son visage pour essuyer une nouvelle fois la sueur. La combinaison moulante lui collait à la peau et ce sentiment était des plus désagréable. Et toujours cette présence qui se faisait de plus en plus palpable. Evidemment il y avait les holocaméras qui tournaient sans cesse, les observant en continue. Mais ce n’était pas ça, s’était différent, l’instinct de l’ancienne militaire lui signalait qu’il s’agissait d’autre chose. Mais quoi ? Très bonne question. Autant ne pas trop chercher pour le moment, mais rester sur le qui-vive.
Alors qu’elle se déplaçait toujours aussi silencieusement que possible, un éclat au sol attira son attention. Un couteau-suisse, rouillé certes, mais toujours fonctionnel. Peut être que finalement, elle n’était si malchanceuse que ça. Le gardant en main, elle réfléchit un instant. Elle commençait à amasser pas mal de choses et avec sa cheville blessée, elle ferait mieux de faire un peu de tri. Sans hésiter, elle retira le sextoy qu’elle découpa rapidement à l’aide de sa hache, autant ne pas laisser une quelconque aide à qui que ce soit si on la suivait.
Elle prit ensuite le sac qu’elle avait récupéré sur le butarien et découpa les bretelles qu’elle sera autour de ses poignets, un peu comme des bracelets de force. Elle plaça ensuite le disque incrusté dedans pour protéger le reste de ces affaires, il serait malheureux de retrouver une bouteille percée, déjà qu’elle n’en avait pas beaucoup.
Concernant sa bouteille d’eau croupie, elle hésita un certain temps. L’eau n’était clairement pas buvable, mais la bouteille contenait quand même 1 litre, ce qui n’était pas négligeable. Si elle arrivait à la faire bouillir après avoir réussie à la filtrer, ce serait toujours intéressant. En soupirant, elle la remit dans son sac avec le reste des affaires qu’elle avait obtenu et trouvé par la suite, excepté la hache qu’elle gardait à la main.

Elle se remit en route, réajustant le sac sur son dos, se relevant en s’aidait de la hache. Et toujours cette présence derrière elle…
____________________________________
[Inventaire (dans le sac reçu par Mali) :
-1 bouteille d’eau croupie 1L
-2 bouteilles d’eau propre de 50cl dont une est ouverte
-2 rations ½ légèrement entamées
-1 couverture
-1 carte

-1 disque incrusté
-1 détonateur
-1 tournevis
-1 couteau-suisse
-1 sac en cuir découpé (celui du butarien)
-1 bon de réduction
En main : 1 hache]

__________________________________

HRP : Mali passe de E1 à E2 puis D2
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'élu des Astres [parcours de Maëlia]   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'élu des Astres [parcours de Maëlia]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Parcours minotoror / tot
» [CSO n°1] Parcours !
» Laboratoire à parcours
» Un maire d’origine haïtienne élu à North Miami
» Le retour de Jean-Bertrand ARISTIDE, Par Claude Ribbe

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mass Effect RPG :: « La Grande Voie Lactée. » :: ◄ Espace Concilien :: ◄ Nid du Milan :: ◄ Untrel-
Sauter vers: