Mass Effect RPG

Mass Effect RPG


 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesBioware-RPGS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 On fait ce qu'on peut pour se détendre.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Leonoa Guevara

avatar

Messages : 50
Date d'inscription : 04/08/2010
Localisation : Oméga
Exprimez-vous! : I'm in a fight with the world but I'm winnin'♪

Identité
Race: Biotique Humaine
Planète natale: Terre
Profession / rang : //

MessageSujet: On fait ce qu'on peut pour se détendre.   Jeu 5 Aoû - 4:52

    NOM DU RP : On fait ce qu'on peut pour se détendre.
    STATUT : Libre !
    SOUNDS LIKE : Looking Up ♫

Sur Oméga, le jour et la nuit ne veulent rien dire. La station est en permanence éclairée artificiellement, et les gens y font ce qu'ils veulent, quand ils veulent, encore plus que n'importe où ailleurs dans la galaxie. Dans cette situation, comment savoir ce qu'est vraiment un cycle sur Oméga ? En vérité, il y a presque autant de cycles différents que d'âmes sur ce caillou.

Dans le cas de Leonoa, le jour avait toujours été défini par ses horaires de boulot. Enfin... Quand elle en avait un, de boulot, ce qui n'était pas le cas en ce moment. Merci, Jokharr... Ce turien à la grosse tête s'imaginait que son rade valait mieux que les autres du coin, et que, par conséquent, il n'était pas question qu'une serveuse ne casse le bras d'un client en lui portant sa boisson. Tout de même pas sa faute si ce butarien n'avait aucun instinct de survie... Ou si Leo avait juste un instinct territorial de tigresse. Personne ne touchait à ses fesses, surtout pas un sale esclavagiste à tête de chauve-souris.

Quoi que... Ce soir, elle ferait peut-être une exception. Pas en ce qui concerne les têtes de chauve-souris. Mais cette superbe asari là-bas, il ne fallait pas qu'elle se gêne si l'envie lui prenait de venir faire un tour près du postérieur de la jeune femme... Lubrique, vous avez dit lubrique ? Point du tout. C'est juste que Leo était "dans la fleur de l'âge" et qu'elle avait des besoins, comme tout le monde. Ça devait bien faire un mois et demi que personne ne l'avait touchée, et cette asari était vraiment canon.

Depuis presque une heure, déjà, Leo se déhanchait sans complexe sur la piste de danse de l'étage inférieur de l'Au-Delà. Sa tenue un brin moulante l'avait sûrement beaucoup aidée à rentrer sans encombre, supposait-elle. En tout cas, le mec mal rasé qui faisait la queue derrière elle s'était fait refouler dans les règles de l'art. C'est fou ce qu'un videur elkor peut dégager comme autorité. L'étape suivante avait consisté en un fond d'alcool krogan rapidement ingéré au bar. Tout de même, elle pendait sa crémaillère ! Ça se fête ! Depuis, rien de notable. Tout allait très bien.

Oh, non, pitié, râla-t-elle pour elle-même.

L'asari de tout à l'heure venait de s'asseoir à une table avec un turien. La vie n'est qu'une longue suite d'injustice, soupira-t-elle intérieurement, à moitié blasée. Elle ne tarda pas à retourner vers le bar pour noyer son amertume dans un deuxième verre de liqueur, avant de retourner sur la piste. Fermant les yeux, Leonoa se laissa aller, guidée par les beats ravageurs. Ce n'était pas sa musique préférée. L'électro n'avait pas d'âme, rien à voir avec la musique instrumentale. Mais une musique sans âme peut présenter des avantages : elle vide la tête, on ne pense à rien d'autre qu'à la meilleure façon de bouger en rythme. Hélas, cette magie là n'opère en fait qu'après le 4e verre d'alcool, et Leo n'en était qu'au deuxième. Malgré elle, elle finit par repenser à ses deux ans d'armée. Au fait que le manque de liberté l'avait fait fuir, mais que l'Alliance avait tout de même ses attraits... Quand on dansait, c'était pendant une permission, et on faisait la bringue avec le reste de sa division. C'était stable, et en général, quand on cassait le bras d'un butarien, on nous félicitait... Et...

STOP, s'intima-t-elle fermement. Les remords et la honte hypocrite du genre "Pfff... Si ils me voyaient dans cet état", c'était bon pour les autres. Et puis zut, elle était là pour faire la fête, pas pour se morfondre. Tout de manière, la seule chose nouvelle qu'elle gardait de l'Alliance, c'était un implant et un ampli biotique couplés avec des migraines et un appétit dévorant que son pauvre porte-monnaie avait bien du mal à suivre. La biotique, c'était utile en combat, et elle se débrouillait pas mal, mais ça ne lui était d'aucune utilité, en ce moment.

Sur cette pensée, elle retourna vers le bar, et commanda son 3e verre. En l'attendant, elle prit un siège et sortit une pince de sa poche. Elle s'affaira quelques secondes à remonter sa courte chevelure et à dégager son visage du mieux possible. C'est qu'elle commençait à avoir chaud, et les mèches cuivrées adhérant à sa frimousse avaient le don de l'agacer. Ceci fait, elle avala rapidement son verre et retourna danser, tout juste embrumée.

Leo buvait assez rarement, en fait. Bien que tenant l'alcool, elle était très sujette aux gueules de bois corsées. D'un autre côté, quand elle buvait, elle n'y allait pas de main morte, ceci expliquant peut-être cela. Mais elle savait qu'elle devait faire attention, ce soir. Elle était nouvelle dans ce quartier, elle ne savait pas ce qui pouvait lui tomber dessus quand elle rentrerait chez elle. Et quand il faut se battre, avoir la vue claire, ça aide. Tant pis, donc, pour les pensées parasites, ce soir, la brasileira s'arrêterait au verre n°3.

Eh, ma jolie, ça a pas l'air d'aller... bava un type à côté d'elle. Vues l'haleine et les pupilles dilatées, celui là n'en était pas au verre n°3, et il y avait même fort à parier que son sang était lesté de quelques grammes de poudre.
Tu m'en diras tant... fit-elle, sans s'inquiéter du fait que l'importun l'entende ou non. C'est que celui là n'avait rien de sexy. On pouvait le décrire en trois mots : stéréotype du boulet. La jeune femme leva les yeux au ciel, et lui fit comprendre d'un regard mauvais qu'il n'avait pas intérêt à essayer.
Bah faut pas le prendre comme ça... T'as pas envie de t'amuser un peu ?
Leo fit un effort pour ne pas lui répondre à quel point elle s'amusait avant qu'il ne débarque. Elle fit volte-face avec la ferme intention de s'éloigner avant de perdre son calme, mais l'imbécile n'avait pas gagné de neurones pendant les 2 dernières secondes, et il fit précisément ce qu'il n'aurait pas du faire. Il la rattrapa en une enjambée et posa ses mains sur les hanches de la fuyarde. Pourquoi fallait-il qu'ils aient tous si peu de bon sens, sur cette station ?!
Il ouvrit la bouche pour dire un autre truc débile, mais le poing droit de Leo ne lui en laissa pas le temps. Quelques secondes plus tard, un mec tenait son nez ensanglanté au milieu des danseurs, et Leonoa s'asseyait, seule et tranquille, dans le dernier box libre des alentours. Il ne s'était écoulé qu'une ou deux heures, tout au plus, et plus le temps passait, plus elle se disait que tout ça ne rimait à rien. Elle n'était finalement pas vraiment d'humeur à faire la fête. Elle se leva donc, laissant la place à deux autres humaines qui la croisèrent sans même la regarder.

[=> suite Archangel le Justicier des Bas-fonds.]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
On fait ce qu'on peut pour se détendre.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ❝ le vrai héros, c'est celui qui fait ce qu'il peut...
» NOLAN ϟ le héros, c'est celui qui fait ce qu'il peut.
» Une baston... Quoi de mieux pour se détendre... et pour boire du Tzinpaf ? (PV Jenna, Laara, Saeko, Clio et Keylo)
» La goutte d'eau qui fait déborder le vase (pour qui veut)
» Contre la vie chère, Marc Bazin a un plan pour l'action!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mass Effect RPG :: « La Grande Voie Lactée. » :: ◄ Systèmes Terminus :: ◄ Nébuleuse d'Oméga (OMÉGA). :: ◄ Sahrabarik. :: ◄ Oméga.-
Sauter vers: