Mass Effect RPG

Mass Effect RPG


 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesBioware-RPGS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [AfterLife] " Gare à l'Asari en colère ! " (vieux proverbe)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Al'Kifa Deian

avatar

Messages : 12
Date d'inscription : 02/10/2010

Identité
Race: Asari
Planète natale: Thessia, Serrice
Profession / rang : Commando

MessageSujet: [AfterLife] " Gare à l'Asari en colère ! " (vieux proverbe)   Sam 9 Oct - 1:12

Nom du RP: " Gare à l'Asari en colère ! " (vieux proverbe)

Statut: Ouvert à n'importe qui. # Par pitié, quelqu'un, elle aboie beaucoup mais ne mange pas ! # EDIT: C'est bon, on est au complet Very Happy.

En attente de : 1 à 2 personnes



Toutes choses considérées, Omega, est une station qui ne change pas. Une section par-ci par-là tombe aux mains d'une association diverse, un gang de mercenaire émerge, abordant de nouvelles combinaisons de couleurs, on remplace une enseigne publicitaire et de nouvelles tâches de sang, ou d'impacts de balles, apparaissent sur les murs, mais foncièrement, Omega reste toujours le même trou à rats.

Même la musique que passe l'AfterLife semble être la même. Al'Kifa soupire.

Une Commando qui recherche un travail cependant, ne saurait trouver un meilleur endroit qu'Omega pour se remettre sur « le droit chemin de l'emploi ». C'est bien ce que la Chasseresse asari essaye de faire, et c'est dans ce but que depuis plus d'une heure, elle attend – sans boire, alors qu'elle a un verre sous le nez depuis un certain temps, déjà - un contact Krogan qui semble ne pas connaître le sens du mot ponctualité.

Typique des Krogans: gros muscles, petit cerveau.

Al'Kifa n'en peut plus : elle attrape le verre qui repose devant elle, commandé par habitude plus que par envie de boire, et avale une gorgée... qu'elle recrache presque aussi tôt. Elle le repose vigoureusement sur le comptoir, et le pousse des doigts, excédée, vers le barman turien. Dans la course du verre, un peu de liquide se renverse.

« C'est supposé être ce que tu as de mieux en magasin ? » dit-elle, sur un ton peu engageant, et sans prendre la peine d'utiliser le Galactique Standard, se contentant du dialecte asari typique de Thessia. S'il n'a pas de traducteur ou s'il ne comprend pas, tant pis pour lui. Ne penser qu'à soi – ça non plus n'a pas changé sur Omega, et de cela Al'Kifa ne se plaint pas. « Un autre, et tu as intérêt à ce que ce qu'il soit buvable! » ordonne-t-elle, avec l'assurance crâne de la jeunesse.

Le serveur secoue la tête, ses mandibules oscillant légèrement sur les côtés, mais il ne dit rien et lui sert un deuxième verre. Cette résignation quasi génétique chez les turiens à obéir aux ordres la fascine.

Elle tend sa main vers le second verre, quand un humain, un mâle de ce qu'elle peut en juger (mais ils se ressemblent tous), s'affale sur le bar à côté d'elle, la bousculant au passage. Le verre qu'elle était en train de se soulever se renverse. Elle doit faire un bond en arrière pour éviter de voir sa combinaison de Commando trempée, « souillée » même - car il n'y a rien de plus précieux pour une Commando que ses cuirs.

Quand elle reprend ses esprits, la phrase qu'elle lance à l'égard de l'humain n'a rien d'amical et ferait bleuïr la plus stoïque des asari. Quelques unes de ses « congénères » près du bar lui lancent d'ailleurs des regards variant de « franchement amusé » à « complètement outré ». L'humain, Al'Kifa ne le sait pas, n'a pas sur lui son traducteur, où il n'aurait peut-être pas essayé de calmer la situation par un sourire.

Il lui parle, mais elle ne comprend pas ce qu'il veut lui dire. Elle non plus n'a pas pris la peine de venir 'équiper'. Il fait de grands gestes, ses bras ridiculement épais gesticulent, elle sent la colère qui gronde en-elle. Une pensée vrille dans son esprit: * Les humains n'apportent rien de bon à la galaxie, rien. *

L'air autour de la jeune asari craque, se distant et se tord. Le bleu d'une charge biotique se repère près de sa main. L'humain ouvre de grands yeux et fait un pas en arrière. Al'Kifa sert le poing, prête à frapper.

« Hey, l'asari, tu te calmes! » Al'Kifa hésite à tourner ses yeux de l'homme qu'elle s'apprête à envoyer rencontrer de près un mur, mais elle sait très bien à qui appartient cette voix. C'est un des butariens qui assurent la sécurité du bar: si chacun peut régler son conflit comme il le veut sur Omega, Aria semble-t-il, préfère autant que ces conflits soient réglés hors de l'AfterLife. Quand elle le regarde, il se tient à deux mètres sur sa droite, la main sur son arme. Deux turiens sont derrière lui.

Un instant, elle considère la possibilité d'écraser les trois d'une charge biotique et, tandis qu'ils se relèvent, utiliser une prise bien placé sur l'humain, ou un tir du fusil qu'elle porte à la ceinture. Pas pour pour le tuer, non, juste pour lui faire mal – très longtemps. Oh, elle pourrait. Les hommes de la sécurité le savent aussi, la tenue des Commando est intimidante en elle-même. Mais si elle le faisait, si elle laissait libre cour à sa colère ce soir, elle ne serait après coup sans doute plus la bien venue sur Omega, et encore moins à l'AfterLife: Pas bon pour le business. (Et puis, elle aime aussi regarder, elle doit l'admettre, les danseuses.)

Et sa mère, si elle apprenait ça, trouverait sûrement le moyen de lui faire parvenir un long message sur la nécessité de régler les conflits de manière pacifique. * Pff, n'importe quoi... * pense-t-elle, énervée.

Le butarien rompt l'étrange silence qui règne autour d'eux dans le bruit de l'AfterLife: « Le verre renversé est pour le blanc bec. Ainsi que le verre de replacement. » Il dirige ses yeux, trop nombreux d'après Al'Kifa, vers le barman et puis, comme pour montrer sa confiance en lui, fait demi-tour et retourne à ses activités, les turiens au trot derrière lui.

Le bleu autour de la main de la guerrière disparaît et après un dernier regard menaçant destiné à l'humain, elle retourne à sa place au bar. Le turien derrière le comptoir a déjà placé un nouveau (et troisième) verre en face d'elle, et elle le porte à ses lèvres.

Sa gorge est sèche, elle ne s'en était pas rendue compte.

« Crétin d'humains... » marmonne-t-elle.

Cette sortie est un fiasco, elle le sait. Le Krogan ne viendra pas, et ce comportement de Vorcha ne lui ressemble pas.

Encore une fois, elle soupire.





Dernière édition par Al'Kifa Deian le Mer 13 Oct - 23:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Satina Decimus

avatar

Messages : 35
Date d'inscription : 04/10/2010

Identité
Race: Asari - 170 ans
Planète natale: base pirate -Travée de l'Attique
Profession / rang : mercenaire

MessageSujet: Re: [AfterLife] " Gare à l'Asari en colère ! " (vieux proverbe)   Sam 9 Oct - 4:00

Voilà des mois que Satina avait fuit sa prison, des mois qu’elle avait quitté l’espace Concilien, des mois qu’elle croupissait sur Omega.
Ses journées, elle les passaient dans des ruelles malfamées entre les ordures et les vorchas. Son temps, elle l’employait à tenter désespérément de renouer avec le métier de mercenaire.. sans succès…. Pourtant, sa défunte mère, puis son défunt mentor, lui avaient décrit Omega comme le paradis de ceux qui font commerce de leur talent au flingue. Satina ne pouvait donc qu’en venir à la douloureuse conclusion que le problème venait d’elle. Une hypothèse qui fut corroborée lorsqu’elle tenta de rejoindre les Soleil Bleus. Le recruteur de l’époque, un humain de la terre, l’accueillit au doux cris de :
« Barre toi sale schtroumpf ! On prend pas les morveuses dans ton genre ! »
Pourtant, Satina était persuadée que de jeunes femelles de diverses races étaient membres de ce groupuscule… Une réponse comparable lui fut servie du côté d’autres bandes de mercenaires….

Fort heureusement, l’Au-delà, le club d’Aria T’loak, était là pour apaiser sa peine.
En général, Satina payait l’entrée grâce aux quelques crédits qu’elle se faisait en chassant quelques Vorsha agressifs

Ainsi donc, en ce jour semblable à tous les autres, l’Asari s’était rendue à l’Afterlife pour noyer son chagrin dans quelque jus-de-pisse que ses misérables 3 sous en poche lui permettaient de se payer.
Comme souvent, elle se posa nonchalamment dans un recoin sombre du bar.
Qui sais ce que peu faire une Asari désespérée sous le coup de la boisson… Un drame se préparait à coup sur… Le déclencheur fut un individu male qui venait de s’asseoir à sa table. Il avait la main leste et les meurs légères..

-« Hey poupée ça te….. dis de………BIIIIIP … moi. ……. cochonneries !!»
Oui, c’était les seuls mots que l’Asari pu saisir. La faute en revenait en partie à l’énorme quantité d’alcool qu’elle avait dors et déjà dans le nez, en partie au fait que toute son attention était focalisée sur les problèmes dans lesquels elle était engluée. Le dragueur était peu être un humain, peu être un Butarien.. Difficile à dire. Oh bien sur il suffirait de compter ses yeux pour en avoir une idée claire. Seulement, l’Asari, était loin d’avoir une seule idée claire dans sa tête en ce moment précis ! Le nombre d’yeux de cet individu ?
2.. 4… 8… Satina voyait double ou triple ! Si son mentor de jadis la voyait…
Quoi qu’il en soit, l’alcool avait mis ses nerfs à vif. Aussi, elle se saisit de l’importun par le col, et d’un geste brusque lui plaqua la tête contre la table.

-« Vas crever espèce de sale fils de Geth ! Tu sais qui je suis moi ?! Je suis une matriarche ! Je suis une reeeeeeineuuuuh !! »
Ces mots, elle les criait, puis les chantait, tout en maintenant le crane du malheureux collé contre sa table. Satina finit par se lever.. Du haut de son 1.65metre, elle prit une pose théâtrale, triomphatrice. Elle se penchait en avant pour toiser chaque individu de ce petit carré « pas VIP dutout » d’un air dominant, se voulant peu être effrayante

« Je suis la reine des mercenaires !! Je suis le fléau de la galaxie ! Je suis la vipère qui se glisse dans vos draps la nuit pour… Aïiiiiiiiiiie ! »
Quelqu’un avait brutalement stoppé sa tirade. C’était un garde Butarien, accompagné de l'un de ses compères. Il avait asséné un violent coup de coude dans le dos de l’asari. C’était là un sort assez clément lorsqu’on sait qu’il aurait pu utiliser sa crosse. Il finit par s’adresser à elle :

-« Hey la vermine ! Ferme là et retourne à ta table ! On te tolère ici à chaque fois que tu ramène tes miches crasseuses parce que tu paye, parce que tu nous fait marrer et parce que t’as une petite gueule d’amour, mais recommence encore ça et on te vire a coup de bottes, pigé ?! »
Sur ce, Satina se mit à vaciller dangereusement, luttant pour garder son équilibre dans sa tenue en résille noire, en cuir rapiécé et en morceaux de tissus colorés. Une moue désemparée et triste s’afficha sur son visage, mais en un ultime sursaut de défiance elle tendit un doigt accusateur, et surtout crasseux, vers les gardes

-« C-c-cccerberus ! vous êtes tous des s-sssbires de c-cerberus !”
Pesta t’elle. Des larmes commençaient à mouiller ses yeux. Signe que la boisson n’était pas parvenue à convenablement noyer son chagrin. La première cible de ce chagrin étant bien entendu l’organisation responsable de tous ses malheurs : Cerberus.

-«Dernière chance vermine ! Ferme là ou sinon…. ! »
Ajouta le garde Butarien. Cette fois, il braqua son énorme flingue sur la jeune femme. Il était évident qu’il bluffait et que si il devait faire quelque chose, ce serait plutôt la jeter dehors que la descendre. Cependant, tout cela suffisait pour effrayer une Satina si fragilisée. Elle poussa un petit cris et se recroquevilla sur elle même comme un enfant apeuré. Cela amusa grandement les gardes qui poussèrent un ricanement rauque et s’en allèrent

-« Cette Asari fait du boucan, l’autre aussi… Décidément, elles sont agitées les Asari ce soir ! Ca doit être la saison des amours ! »
Plaisanta un garde. En effet, Satina dans son coin sombre n’avait pas remarqué qu’une autre Asari s’était illustrée ce soir, de façon sûrement moins honteuse.
L’ex mercenaire d’un air perdu et désemparé se mit a scruter le bar à la recherche de cette autre Asari dont le garde faisait allusion. Et elle finit par la trouver.

-M-maman ??
Lança t’elle en s’approchant de la table de celle ci. Oui… Satina, qui avait perdu il y a peu familles et amis, n’était pas encore remise des nombreux verres qu’elle avait descendu…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laysha t'soho

avatar

Messages : 35
Date d'inscription : 26/09/2010
Age : 28
Exprimez-vous! : The collectors are dangerous I know I'd like them gone. Once that's accomplished, maybe you and I could celebrate?

Identité
Race: Asari
Planète natale: Illium
Profession / rang : experte omni-tech

MessageSujet: Re: [AfterLife] " Gare à l'Asari en colère ! " (vieux proverbe)   Dim 10 Oct - 22:43

Je me dirigeais vers l'After Life car j'avais grandement besoin de me détendre. Je venais de finir un petit boulot qui n'allait pas plaire à certaines personnes sur Omega. Et Aria en faisait partie. Aller à l'After Life après ce coup m'amusais.
A peine passé l'entrée principale je vis une Humaine tout bonnement magnifique. Mais je voulais d'abord aller boire un ou deux verres avant de me lancer.
En me dirigeant vers le bar je croisais le regard d'Aria. Elle devait surement être au courant de mes moindres faits et gestes depuis mon arrivée sur Oméga. Enfin, pas tout mes gestes, sinon elle m'aurait accueillit avec une balle dans la tête, ou plutôt un petit entretien privé d'abord, histoire de me voir souffrir. C'était une perverse.
Il y avait pas mal de monde au bar mais j'étais habituée à ce genre de manœuvre et je me frayais facilement un chemin à travers la foule.
-Un verre de flutine!
Le Butarien au bar me remarqua tout de suite et il me servit avec un sourire en coin qui me dégouta profondément.
-Tiens ma belle. Il est pour moi celui là.
Je partis en direction de la piste de danse mon verre à la main sans autres commentaires pour ce Butarien. J'avalais mon verre cul sec et le posais sur une table au passage. J'étais la pour m'amuser. Je vis une connaissance au loin qui avait surement de quoi me divertir encore plus. Je m'approchai pour me mettre à danser langoureusement à coté d'elle. Elle suivait mes mouvements et tout en me caressant elle me passa deux pilules de halex. J'en pris une directement et m'éloigna doucement en direction de l'Humaine que j'avais vu un peu plus tôt à l'entrée. Elle était en train de danser avec deux humains plutôt collant vu sa façon de constamment se détourner d'eux. Je m'avançais vers elle tout en la regardant droit dans les yeux. Elle me remarqua et se tourna dans ma direction sans arrêter de danser. Elle soutenait mon regard. Je me mis à onduler avec elle tout en mettant une distance entre nous et les deux humain qui s'arrêtèrent de danser pour nous regarder. Ces gars me dégoûte!
J'entrainais l'humaine un peu plus loin pour l'avoir à moi seul. On dansa de plus en plus prêt pendant bien une heure je crois. J'avais un peu perdu la notion du temps. On ne parla pas pendant tout ce temps. Pas besoin, nos corps parlaient pour nous. Elle était en transe je le voyais. Je m'approchais un peu plus d'elle et l'embrassais tout en faisant passer une de mes pilules de halex dans sa bouche. Ça n'eût pas l'air de lui déplaire et elle continua à m'embrasser.
On alla s'installer dans un box avec vu sur la piste. J'aimais observer la foule et profiter du bruit des basses. On parlait de tout et de rien, et je voyais que le courant passait bien entre nous. Elle habitait sur Oméga et son appartement n'était pas loin. Elle continua ainsi à me faire des avance auxquelles je n'allais surement pas dire non quand tout d'un coup j'entendis une Asari crier.
-Vas crever espèce de sale fils de Geth ! Tu sais qui je suis moi ?! Je suis une matriarche ! Je suis une reeeeeeineuuuuh !!
Je laissais quelque peu mon humaine pour porter mon attention sur cette scène fort amusante.
L'Asari en question avait plaqué la tête d'un malheureux sur la table et le maintenant la.
Je vis Duralk un Butarien, l'un des videurs de l'After Life, suivit d'un compère, se diriger vers la jeune Asari.
-Je suis la reine des mercenaires !! Je suis le fléau de la galaxie ! Je suis la vipère qui se glisse dans vos draps la nuit pour… Aïiiiiiiiiiie ! »
Duralk avait stopper sa tirade et la remit en place.
-Hey la vermine ! Ferme là et retourne à ta table ! On te tolère ici à chaque fois que tu ramène tes miches crasseuses parce que tu paye, parce que tu nous fait marrer et parce que t’as une petite gueule d’amour, mais recommence encore ça et on te vire a coup de bottes, pigé ?!
Je n'étais pas si loin et j'entendais plutôt bien la conversation. Elle venait donc souvent ici. Comment ce faisait il que je ne l'avais jamais remarqué? Elle était tout simplement sublime. Si je l'avais déjà vu je lui aurais déjà parlé et je m'en serais rappelée.
-C-c-cccerberus ! vous êtes tous des s-sssbires de c-cerberus !
Oh oh...mauvaise idée. La situation pouvait dégénérer à tout moment.
-Dernière chance vermine ! Ferme là ou sinon…. !
-Cette Asari fait du boucan, l’autre aussi… Décidément, elles sont agitées les Asari ce soir ! Ca doit être la saison des amours !
Quel con celui la! Je me tournais comme le faisait cette Asari et je tombais sur une autre Asari en train de boire un verre, un espace vide autour d'elle et je vis un humain partir en courant en trébuchant. J'étais presque triste d'avoir rater cette scène la mais je piraterais le système de surveillance pour revoir la vidéo plus tard.
-M-maman ??
Maman?! Quoi l'autre Asari au bar était sa mère? Peu probable. Elle était encore plus défoncée que moi il faut croire.
-Laysha qu'est ce que tu regarde depuis tout à l'heure? Je te veux que pour moi.
Mince je l'avais presque oublié! Mais ma soirée avait prie une toute autre tournure et cette humaine me paraissait de plus en plus superficiel. Il fallait que j'aille parler à cette Asari.
-Excuse moi mais j'ai encore envie d'un verre. Tu veux quelque chose? lui dis je en susurrant dans son oreille pour mieux la faire patienter.
-Oui apporte moi la même chose que toi ma douce.
Elle était définitivement sous le charme.
Je me dirigeais vers le bar ou les deux Asari c'étaient mises à discuter. Enfin discuter était un grand mot car la belle Asari "reine des mercenaires" était encore plus fini que ce que j'avais imaginé.
Je m'immisçais dans la conversation pendant un moment de silence.
-Salut moi c'est Laysha. Tu m'as fait une forte impression la bas ma "reine".
Les deux Asaris se tournèrent vers moi. J'eus l'impression que l'Asari assise au bar était soulagée que j'intervienne. J'avais compris que ma belle Asari s'appelais Satina. Je commençais à peine à faire un peu connaissance quand un Turien arriva derrière moi. Je senti son Caniflex dans ma colonne vertébrale.
-Comme je te retrouve Laysha. Tu vas pas t'en tirer à si bon compte cette fois. Aria m'a dit que je pouvais faire ce que je voulais de toi. Il faut croire qu'elle t'a plus dans ses petits papiers.
Et merde que faisait Talodius ici dans un moment pareil.
-On va sortir gentiment ma chéri et on va régler ça dehors. Alors me fais pas chier et suis moi.
-Et on peu prendre sa copine avec? Elle me plait bien et on à plus grand chose à faire d'autre ce soir. On pourrait s'amuser un peu non?
Talodius n'était pas venu seul. Quatre autres gars l'accompagnaient. Un mélange de Butariens et de Turiens. Satina n'était pas ma copine mais je n'aimais pas que l'on parle comme ça à une femme, surtout en ma présence. La soirée avait vraiment prit une tournure inattendue et je devais me sortir de cette situation. Mais je ne pouvais pas laisser Satina la, ils croyaient qu'elle était avec moi. Quelle merde! Je n'avais pas le choix je devais agir.
Je me retournais en une fraction de seconde en envoyant un coup de pied dans le visage de Talodius pour l'étourdir puis je pliais ma jambe sur son bras armé tout en appuyant avec le poids de mon corps. Un craquement aigu ce fit entendre. Je venais de lui briser l'avant bras. Ces hommes ce trouvaient légèrement derrière lui, je pris donc la main de Satina et tout en l'entrainant dans ma course je poussais Talodius sur ses hommes toujours sur le choc de se qui venait de se produire sous leurs yeux à une telle vitesse qu'ils n'avaient pas encore sorti leurs armes.
On traversa la foule et on s'éloigna de l'After Life par les ruelles. Je voyais trois des hommes de Talodius nous courir après. Il fallait que je puisse les isoler car contre trois aliens sans aide, sans pouvoir biotique, encore sous l'effet du halex et avec une bourrée dans les bras je ne menais pas large.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.concepteurmultimedia.ch/~cjeanrichard/
Al'Kifa Deian

avatar

Messages : 12
Date d'inscription : 02/10/2010

Identité
Race: Asari
Planète natale: Thessia, Serrice
Profession / rang : Commando

MessageSujet: Re: [AfterLife] " Gare à l'Asari en colère ! " (vieux proverbe)   Mar 12 Oct - 23:11

[Aha, si tout le monde joue au passé, je joue au passé. Razz Mon message, pour le coup, se situe (dans le temps) juste un peu avant celui de Laysha. ]

Al'Kifa ruminait toujours des pensées sombres, incluant des humains et des singularités, lorsqu'une asari, visiblement pas au mieux de sa forme, vint obscurcir son champ de vison.

« M-maman ?? » 

Al'Kifa avala la gorgée qu'elle venait de prendre difficilement. Et, lentement, elle regarda à droite, puis à gauche. Personne. Elle hésita un instant et regarda par terre: certaines asari se fourraient dans des endroits parfois peu commode.

Mais toujours personne, sinon elle. Et, elle en était certaine, elle n'avait donné naissance à aucune asari. Il devait y avoir méprise.

« Non. »

C'était simple, sans ambiguïté. Elle avala une autre gorgée de son verre tout en fixant toujours l'asari devant elle, qui semblait vaciller d'un pied sur l'autre, ivre.

Est-ce qu'elle avait vraiment pensé que les asari étaient une espèce supérieure ? En y regardant de plus près, il semblait que peut-être toutes les asari n'étaient pas destinée à « régner sur la Galaxie ».

Elle pinça les lèvres, une grimace d'ennui sur le visage, pour signifier « tu pourrais partir? » mais l'autre ne bougeait pas. Sans doute, les connexions dans son cerveau ne devaient pas fonctionner à plein régime. Elle claqua sa langue un Tsk d'exaspération, avant de dire:

« Ne me regarde pas comme ça, je t'ai dit que je ne suis pas ta mère. »

Al'Kifa vu les les lèvres de l'asari s'entrouvrir pour commencer une phrase. Pour couper court à la conversation, elle tourna ostensiblement la tête pour regarder de l'autre côté. Juste à temps pour distinguer une troisième asari qui s'approchait d'elle.

Elle aussi, visiblement, avait bien arrosée la soirée.

« Mais je fais aimant ce soir ou quoi ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Satina Decimus

avatar

Messages : 35
Date d'inscription : 04/10/2010

Identité
Race: Asari - 170 ans
Planète natale: base pirate -Travée de l'Attique
Profession / rang : mercenaire

MessageSujet: Re: [AfterLife] " Gare à l'Asari en colère ! " (vieux proverbe)   Mer 13 Oct - 20:35

Il fallut un certain laps de temps avant que l’Asari que Satina avait abordée / dérangée réponde. Laps de temps durant lequel la jeune ivrogne resta plantée devant la table de son « interlocutrice », la jambe tremblante, l’œil écarquillé et la bouche entre-ouverte. Le tout lui donnait un air plutôt stupide. Lorsque la réponse tomba comme une pierre, satina resta encore un bon moment dans cet état végétatif. En effet, l’information mit du temps à arriver jusqu’à sa cervelle. Ce n’est que lorsque l’Asari réitéra sa réponse qu’enfin l’affaire fut entendue.
Un profond désarroi s’empara de Satina dont le visage se coinça en une expression déçue. Elle resta là, chancelante, déboussolée, ne sachant ni quoi dire ni quoi faire. Ses joues se teintèrent de rouge. Des profondeurs de sa torpeur alcoolique, elle commençait à se rendre compte du ridicule de ma situation. Fort heureusement, l’effet de la boisson atténuait celui de la honte. Néanmoins, les mots d’Al’kifa lui revinrent en tête et lui inspirèrent un commentaire ;

« Vous…Vous êtes du genre bougonne vous ! »
Parvint t’elle a articuler à peu prêt correctement. Cependant, elle découvrit qu’aucune attention lui était accordée. D’ailleurs, son « interlocutrice » avait carrément tourné la tête ! Satina planta alors ses poings contre sa taille, indignée

Après analyse de la situation, la mercenaire dévoyée conclut qu’elle ne voyait pas double. Une nouvelle Asari était bel et bien arrivée. Celle ci semblait bien plus avenante que la première, plus aguichante aussi. Alors que la nouvelle venue parlait, Satina ne pu s’empêcher de l’observer sous toutes ses coutures. Ors, les dites « coutures » paraissaient tout à fait appréciables aux yeux de l’Asari bourrée !
Il était étrange de constater qu’elle parvenait à garder l’esprit clair lorsqu’il s’agissait de mater ! Elle laissa s’échapper un petit sourire facétieux

Sur ce, la nouvelle venue se présenta, appelant Satina « reine », reprenant ainsi ses mots. Ce qualificatif flatta l’écho de la mercenaire désœuvrée qui poussa un petit ronronnement satisfait. Elle agita ses doigts en un salut et se présenta en ces termes :

« Saluuut mignonne ! Je suis Satina, Satina de la Travée ! »
Déclara t’elle en dodelinant à la manière d’une Matrice tentant de jouer la timide pour séduire.. A moins qu’il faille mettre cela aussi sur le compte de la boisson.

Quelques hoquets plus tard, « sa royauté » se rendit compte qu’une poignée d’hommes très antipathiques avaient fait leur apparition à leur tour

« qu-qu’essesé cette clique ?? »
marmonna t’elle.
Sati avait plus ou moins compris que les troubles faits en avaient contre cette Laysha, quand au pourquoi de la chose, c’était une toute autre paire de manches ! Le nom d’Aria raisonna aux oreilles de l’Asari bourrée. Un nom que tout le monde connaîssait sur Omega.

Puis, un des hommes de main évoqua Satina avec manifestent les pires intentions du monde. Celle ci eu pourtant un large sourire hagard, accompagné d’une sorte de bouffement de rire fort peu distingué… Elle était réellement à l’ouest !

Les choses ne tardèrent pas à tourner au vinaigre et les coups commençaient à pleuvoir autour de l’ivrogne désemparée. Laysha distribuaient des coups de pieds et brisait des membres.

« Quelle violence ma sœur ! »
S’indigna Satina, toujours dans un état second. Sur ce tout s’enchaîna, Laysha entraîna Satina dans sa fuite. Celle ci n’avait rien vu venir et fut traînée hors de l’Au-delà.
Cela ne se fit pas sans bruit, loin de là ! Paniquée, l’Asari ivre poussa un hurlement strident et déchirant, agrémenté parfois de :

« Au secooooooouuuuuuuuuuur !! » et de « on me kidnaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaappe !! »

Cela dura jusqu’à ce que les Asari s’arrêtent dans une ruelle à l’extérieur du bar.

Satina tomba à la renverse et s’écrasa dans un tas d’ordures, demeure d’un clochard Butarien qui se réveilla brusquement et cria ses envies de meurtres sur l’Asari désorientée. Quelle ne fut pas sa surprise lorsque celle ci le salua à grand renfort de révérences grandiloquentes tout en le qualifiant de « Noble ConseillerTurien ». Certain d’avoir à faire à une folle et trop faible pour mettre ses menaces à exécutions, le miséreux garda le silence.

Satina finit par se relever. Elle avait toutes les peines du monde à reconnaître l’endroit où elle se trouvait. A cause des effets cumulés de l’alcool et de la cavalcade elle avait la tête qui tournait et luttait pour ne pas tomber sur le sol crasseux
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laysha t'soho

avatar

Messages : 35
Date d'inscription : 26/09/2010
Age : 28
Exprimez-vous! : The collectors are dangerous I know I'd like them gone. Once that's accomplished, maybe you and I could celebrate?

Identité
Race: Asari
Planète natale: Illium
Profession / rang : experte omni-tech

MessageSujet: Re: [AfterLife] " Gare à l'Asari en colère ! " (vieux proverbe)   Sam 16 Oct - 0:01

Je m'étais arrête dans une ruelle pour reprendre mon souffle et essayer de réfléchir un peu.
Satina tomba sur un clochard Butarien dormant dans un tas d'ordure. Elle lui balbutia quelques mots que je ne compris pas et le clochard parti.
Je devais trouver une solution très rapidement, très très rapidement. Mes pensés étaient encore un peu flou à cause du halex. Je sortis mon omnitech et me connectais aux caméras de "sécurités" (pour ne pas dire de contrôles) du quartier où nous étions. Je devais au moins savoir où ce trouvait mes adversaires. Je les repairais assez vite et je superposais le tout sur une carte de la zone que je venais de charger. je pouvais ainsi suivre leurs mouvements en live. Je voyais qu'ils s'étaient séparés ce qui était une chance pour moi! Moins bien, il y en avait un qui venait vers notre position. Je ne pouvais pas faire grand chose même contre un alien avec Satina bourrée par terre... Je vis une benne à ordure pas loin et je mis ma Asari bourrée dedans.
-Ecoute faut pas que tu bouge compris. Et pas de bruits! Je suis désolé de t'avoir foutu dans cette merde...mais la je veux pas qu'il t'arrive d'autres problèmes donc reste caché la dedans! Et sur ces mots je refermait le couvercle.
Je m'assis par terre et réactivais mon omnitech. Je rentrais dans le réseau et grâce à la position de mes adversaires sur ma carte je n'eus pas de problème à trouver la fréquence du bonne omnitech, celui du Turien le plus prêt de ma "cachette". Je piratais son omnitech à distance et je peux vous dire que ce n'ai pas une chose aisée en temps normal mais la avec le peu de temps et le Halex dans les veines cela devenait vraiment fastidieux. Je fis surchauffer son appareil en surchargeant tout les canaux d'information avec plusieurs milliers de téléchargements parallèles et en activant toute les fonctions de l'omnitech en même temps, tout en désactivant les sécurités anti-surcharge.
J'entendis un cri pas loin de ma position. Le Turien hurlait sous la douleur de la brûlure que son appareil lui infligeait. Il n'eut pas le temps de me voir arriver sur lui pour avec mon pistolet près à lui loger un balle dans la tête.
BANG!
Un de moins! Mais les deux autres n'allais pas tarder à rappliquer avec le bruit de la détonation. Je voyais sur ma carte qu'ils s'étaient rejoint et qu'ils se dirigeait droit vers moi. Même si j'étais doué je ne pouvais pas pirater deux omnitechs en si peu de temps. Je devais trouver autre chose!
En me retournant pour chercher un meilleur angle sur la ruelle je me prie un violant coup dans le visage. Je tombais à terre. En relevant la tête je vis Talodius avec deux Krogans armés derrière lui. Avec le stress et la drogue je n'avais pas eu l'esprit assez clair pour toujours surveiller mon secteur. Quelle erreur stupide! Je sentais que j'allais le regretter amèrement. Tout ce que je pouvais espérer c'est que Satina reste cacher.
-Espèce de sale trainée! Tu m'as péter un bras et en plus tu bute mes hommes!
Les deux autres Turiens arrivèrent en courant dans la ruelle.
-Je vais pas te buter tout de suite parce que j'ai besoin de toi. Tu sais très bien de quoi je veux parler. On sait que c'est toi qui a ces données.
Je ne savais pas comment ils avaient réussi à remonter jusqu'à moi mais j'étais définitivement dans la merde. Et je savais que la personne pour qui Talodius bossait ne rigolait pas.
Il me souleva par la gorge avec le bras qu'il lui restait et me plaqua contre un mur. Son visage était maintenant très près du miens.
-C'est bête qu'on doive en venir à la violence avec toi. Devoir taper sur ton joli minois me brise le cœur. On pourrait en faire tellement d'autres choses.
J'entendais les deux Krogans derrière ricaner entre leurs dents.
-Mais tu ne veux tout simplement pas comprendre. Je te l'avais pourtant demander gentiment dans le bar.
Il était en train d'appuyer sur ma gorge et mes pieds touchaient à peine le sol. J'étais étonnée de la force qu'il avait, du bras gauche en plus. Je me débattais comme je pouvais mais je commençais à avoir de la peine à respirer.
-Je ne ferais pas deux fois la même erreur. Cette fois tu ne partira pas en courant.
BANG!
-HAAAAAAAAAAAAAARG!
J'étais par terre en train de me tenir la jambe. Le salop il m'avait tirer dans la cuisse. Le fils de Geth!
-AAAAAAAAH......Fuh....fuh....haaaaa.....
-Ca fait mal non?
Il se tenait accroupi devant moi le pistolet encore chaud contre ma joue ce qui me brula légèrement. La douleur de ma jambe était vraiment insoutenable. Je n'étais plus assez sous l'effet de la drogue pour ne pas la sentir. Je voyais mon sang s'écouler lentement.
-Emmener la, on a déjà perdu assez de temps!
Un des deux Krogan s'approcha et me donna un coup de cross dans le ventre, me coupant littéralement le souffle. Il me souleva et m'emmena avec le groupe qui partait.
Juste avant de perdre connaissance je vis le conteneur dans lequel j'avais mis Satina légèrement ouvert. Ils ne l'avaient pas remarqué, elle était au moins en sécurité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.concepteurmultimedia.ch/~cjeanrichard/
Al'Kifa Deian

avatar

Messages : 12
Date d'inscription : 02/10/2010

Identité
Race: Asari
Planète natale: Thessia, Serrice
Profession / rang : Commando

MessageSujet: Re: [AfterLife] " Gare à l'Asari en colère ! " (vieux proverbe)   Dim 17 Oct - 16:44

Tout, au final, se déroula très vite.

A peine la nouvelle asari éméchée était elle arrivée près de la table d'Al'Kifa, se lançant dans une tentative de séduction de « Satina », comme elle s'était présenté, que la jeune commando jugeait piètre -mais qui avait le mérite de détourner l'attention de sa personne-, qu'un groupe de gros bras surgit près des trois « demoiselles ».

Al'Kifa un instant fût tentée d'ouvrir la bouche pour lancer un flot d'injures et de menaces envers qui envahissait de manière si ostensible son espace personelle, mais elle n'en eu pas le temps: celui qui semblait être le chef de la clique qui les cernait maintenant se trouvait par terre. Et au son qu'avait fait son bras, il devait souffrir.

Un de ses hommes de main le remit sur pied, et tous se lancèrent à la suite des deux Asari qui s'étaient enfui sans discrétion, merci aux hurlements de Satina.

L'anecdote « y a deux asari à ma table qui finirent poursuivie par des gros balaises sans cerveau » pour Al'Kifa aurait pu s'arrêter là. Elle cru un instant que la soirée redevenait calme, d'ailleurs, mais loin s'en faut. Une serveuse, visiblement pas confiante à l'idée de s'approcher d'elle, s'était déplacée près du bar.

Avec amusement, Al'Kifa nota qu'on lui avait envoyé une serveuse asari: c'est que la direction avait quelque chose de désagréable à lui dire, et pensait qu'elle serait moins hostile à une asari.

« Vos amies qui viennent de partir... Hmm... Elles n'ont pas payé leur consommation... » dit la serveuse, nerveusement.

« Mes am-.... Quoi?! » Elle du paraître a deux doigts de la crise de nerf car la serveuse recula de quelques pas, avant de continuer, d'une petite voix de souris: « Faudrait que quelqu'un paye... »

*
**

Quelques minutes plus tard, et après avoir réglé une facture d'un montant exorbitant (comment deux asari avaient-elles pu consommer autant en une seule fois?), Al'Kifa arpentait Omega avec un rictus de colère.

Elle n'allait pas n'importe où, non, elle allait à la suite de ses deux « comparses », bien décidé à obtenir remboursement.

Les suivre n'étaient pas dur, il lui avait suffit une ou deux fois, de demander à des passants, poliment et avec gentillesse bien sûr, s'ils n'avaient pas vu une bande hétéroclite. Comme ceci:

« Hey toi ! Espece de larbin-génétique de turien ! Deux débiles et une bande de décérébrés à leur suite , ça te dit quelque chose ? Répond avant que j'fasse sortir tes entrailles par tes yeux ! »

D'ordinaire, Al'Kifa était quelqu'un de calme et pas « trop » désagréable, mais la partie de son cerveau « gentille et douce » avait explosé à un moment de la soirée.

Toujours est-il qu'elle n'eut pas grand mal à les retrouver.

Quand elle arriva dans le corridor où « l'action » se déroulait, celui qui semblait être le chef du gang, celui qui avait eu le bras cassé, menaçait de son arme la troisième asari. Celle qui, elle s'en souvenait, c'était présenté sous le nom de Laysha.

« Je ne ferais pas deux fois la même erreur. Cette fois tu ne partira pas en courant. »

Le bruit du coup de feu raisonna dans les couloirs de la station. C'était un bruit assez commun sur Omega, mais pour une fois, Al'Kifa se rendait compte des implications sinistres de ce bruit.

Elle eu une réaction censée (la seule peut-être de la soirée), elle se cacha dans l'ombre d'un mur.

Sa colère s'évanouit presque immédiatement, remplacée par l'adrénaline.

Al'Kifa jeta un oeil de là où elle était caché vers le groupe. Elle grimaça en voyant l'état de Laysha, elle s'était attendu à quelque chose comme ça en entendant son cri de douleur.

Son entraînement de Chasseresse, puis de Commando, lui avait appris à analyser les situations critiques, à prévoir des plans d'attaque, à rester calme sous la pression, mais aussi à juger le pour et le contre : attaquer ou ne rien faire. Elle tenait les cuirs de Commando qu'elle portait en grande estime, c'était une preuve vivante de ce qu'elle avait enduré, et de ce qu'elle pouvait faire. Bien sûr, il était possible de se procurer des tenues tout à fait ressemblantes aux tenues traditionnelles des Commando, l'extranet regorgeait de site en vendant, mais Al'Kifa adoptait la pensée classique des Commandos: Ce n'est pas tout d'avoir la tenue, encore faut-il en être digne.

C'est son expérience de Commando qui dicta son attitude: ne rien faire.

Elle n'était pas du genre à laisser quelqu'un se faire agresser sous ses yeux, en particulier une asari, elle était presque idéaliste à ce sujet. Mais elle n'était pas folle non plus.

Ils étaient nombreux, armés, et elle était seule (la deuxième asari, Satina, était invisible – peut-être avait elle fuit?). Oh, elle avait son shotgun, ses pouvoirs biotiques et sa connaissance du combat, mais elle savait que maîtriser puis incapaciter tous les mercenaires autour de Laysha sans subir de dégat était impossible.

Et puis, il y avait des krogan. Al'Kifa avec les décennies passant, les supportait de moins en moins. En plus d'être grands, gros et bêtes, ils étaient aussi incroyablement durs à tuer et même lorsqu'on en avait mis un à terre, celui-ci trouvait un moyen de se relever. Et puis, si elle était là ce soir, c'est parce que le krogan qui voulait l'employer n'était pas venu.

Ça, et le fait d'avoir eu à payer les consommations de deux personnes en plus qu'elle, la mettait en boule totale. Si les hommes s'en prenant à la jeune asari avaient été moins nombreux, et sans krogan, elle aurait foncé dans le tas pour leur balancer une ou deux charges biotiques.

« Emmener la, on a déjà perdu assez de temps! »

Al'Kifa osa de nouveau un regard hors de sa cachette dans l'ombre, pour voir le groupe « adverse » s'éloigner. L'asari blessée tanguait sur l'épaule d'un krogan.

Si elle partait maintenant, elle pourrait les pister.

Elle ne savait pas pourquoi elle faisait ça : elle ne connaissant pas Laysha, ni ceux qui lui voulaient du mal. Elle avait sans doute regarder trop de holo où une fière et belle Probatrice sauvait de jeunes asari des griffes de vilains-pas-beaux tortionnaires (souvent Krogan, parfois Turien... et dans certains, des Volus).

Elle s'aventura dans le corridor, doucement, de manière à ne pas attirer l'attention du groupe qui était déjà assez loin. Elle avait le fusil à pompe en main.

Quand elle passa près du contener, celui-ci se mit à bouger. Agissant purement par reflex, elle le mit en joug avec son arme:

« Qui que tu sois, sort de là tout de suite ! »  ordonna-t-elle, son corps brillant d'un bleu électrique.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Satina Decimus

avatar

Messages : 35
Date d'inscription : 04/10/2010

Identité
Race: Asari - 170 ans
Planète natale: base pirate -Travée de l'Attique
Profession / rang : mercenaire

MessageSujet: Re: [AfterLife] " Gare à l'Asari en colère ! " (vieux proverbe)   Lun 18 Oct - 21:32

Satina marchait en rond, sans but, tel un zombi endoctriné. En fait, même si cela ne se voyait pas, elle commençait à comprendre que quelque chose de grave était entrain de se produire et elle tentait de mettre la situation au clair, de mettre sa vision au net et de distinguer le vrai du faux. Soudain, alors qu’elle se remettait à peine de ses émotions confuses, elle se sentit soulevée de terre et jetée dans un large conteneur à proximité !

« heyyyy !!! »

Sur le coup, elle poussa un cris aigu et plaintif, qui fut néanmoins rapidement étouffé lorsqu’elle fut plongée, tête la première dans une benne à ordures ! Son visage s’était enfoncé dans un tas de déchets alimentaires terriblement malodorants !
Les oreilles de l’Asari, qui étaient restées partiellement émergées, captèrent les mots de Laysha. A cause de son état d’ébriété et de sa position très inconfortable, il lui était difficile de comprendre ce qu’on lui disait. Cependant, elle parvint à saisir qu’il y avait du danger et qu’elle devait se cacher. Difficilement, elle extirpa son visage des ordures et recracha avec dégoût les détritus qui étaient entrés dans sa bouche. Puis, elle se retourna pour faire face à Laysha et commença à lancer avec indignation :

« me cacher ?? Mais je sais me b-battre, je suis merce… »

BLAM ! le couvercle de plastique s’était brusquement refermé sur son crane ! Le choc la fit replonger dans les ordures. Heureusement, et c’est l’avantage d’avoir des tentacules molles sur le haut du crane, la douleur du choc fut amortie. Dans le noir quasi total, l’Asari était plus perdue que jamais. L’odeur était répugnante, ce qui la forçait à pincer ses narines avec dégoût. La boisson avait ralentit ses réflexes et son jugement, ce qui fit qu’elle ne réalisa pas immédiatement qu’il suffisait de soulever le couvercle de cette poubelle pour sortir.
L’alien bleue se recroquevilla sur elle même, repliant ses genoux sous son menton. Elle était posée sur un tas de déchets assez mous pour faire un « siège » acceptable. Dans l’obscurité, des souvenirs confus et douloureux lui parcouraient le crane. Elle se rappelait le groupe pirate pour lequel elle était à la fois la mascotte et la prisonnière, elle se rappelait les créatures monstrueuses qui avaient massacré presque tous ceux qu’elle avait connus et elle se rappelait la prison des Secteurs dans laquelle elle fut enfermée. La tourmente s’emparait d’elle. Sous le coup de l’angoisse et de la nervosité, elle se balançait d’avant en arrière, en cognant son dos contre les déchets flasques qui couvraient la paroi de la benne à ordure. C’est la prison qui s’imposa à son esprit, car sa cellule avait des similitudes avec cet endroit. Tous les deux étaient étroits et sombres. Sauf qu’ici, il n’y avait pas la lumière bleutée des barrières cinétiques qui fermaient sa cellule.
Une similitude flagrante demeurait néanmoins, les hurlements des gardes Turiens. En effet, tout comme dans son ancienne prison des secteurs, Satina venait d’entendre raisonner les cris haineux d’un Turien. Ceux ci suivaient une détonation qui fit sursauter l’asari enfermée. Malgré son état, elle était encore capable de reconnaître le bruit d’un pistolet.

« Ca doit chauffer sec dehors… »

Murmura t’elle inquiète. D’autres cris, des bruits pèles mêles et une seconde détonation raisonnèrent par la suite. La boisson n’avait pas réussi à déconnecter suffisamment Satina de la réalité pour qu’elle passe outre ces sons intenses qui la faisaient tressaillir. Même si les évènements récents étaient tres fous dans sa tête, elle était persuadée qu’elle devait faire quelque chose… Mais quoi ?
Il fallait commencer par sortir de cet endroit dont elle ne pouvait vraiment plus supporter l’odeur, l’obscurité et l’éxiguité. Trop de mauvais souvenirs qu’elle avait essayé de refouler à l’aide de la boisson ressurgissaient.
Alors qu’elle tâtonnait, ses doigts fins touchèrent le cadavre d’un Pijak déchiqueté, utilisé dans quelque restaurant du coin. L’Asari poussa un petit cris de dégoût, et retira rapidement sa main. Une chose était sure, elle devait absolument quitter cet endroit. Elle mit longtemps, tres longtemps à trouver une issue. C’est par hasard qu’elle parvint, paniquée, à soulever le couvercle de la benne à ordure. Elle l’entre ouvrit très légèrement, plus par manque de force que par prudence.
Apres avoir longtemps cherché Laysha des yeux, Satina finit par la voir, trimballée par un Krogan qui l’emmenait au loin. La jeune Asari eu un vif pincement au cœur, elle replongea dans les profondeurs de sa poubelle, s’écrasant dans un tas de détritus flasques et grouillants d’insectes. Elle s’agitait, paniquée, remuant toutes sortes de pensées entremélées. Ses idées étaient floues, elle n’avait aucune idée de quoi faire. Soudain, quelqu’un déboula dans la ruelle, se posta devant la cachette de Satina et l’interpella vivement. Elle était repérée. Elle n’avait alors d’autre choix que de se montrer
Encore plus paniquée, en proie à la plus grande confusion, l’alien bleue s’exécuta. Tremblante, elle souleva à nouveau, avec la plus grande peine, le couvercle de sa poubelle.

« Ne me faites pas de mal !»

Gémit l’asari fragilisée et désorientée, souillée de toutes sortes de déchets, tremblante, ivre. Elle avait plus l’air d’une victime que d’une mercenaire en ce moment. Elle devait se ressaisir de toute urgence. Hélas l’éffet de la boisson tenait encore cette pensée éloignée.

« Oh… Mais.. C’est toi ? mana… Nan je veux dire, c’est toi que j’ai vu au bar ! »

Baragouina t’elle, lorsqu’elle reconnut la personne qui l’avait faite sortir de sa cachette.

« Tu.. tu va pas me tirer dessus hein ?? Ma-maman me tirait dessus parfois.. ou un des autres pirates, des balles co-concussives ou une projection b-biotique, quand je ne voulait pas t-tuer.. ca fait mal !»

Bredouilla t’elle, triste et perdue. L’alcool était sensée lui faire oublier son passé.. Dommage que les évènements actuels la replongeaient dedans !
Néanmoins, la vue de Laysha se faire emmener par le Turien et ses deux alliés Krogan s’imposa à nouveau à son esprit et lui fit lâcher les vieilles blessures.

« Elle ! Il l’ont emmenée ! Il faut l’aider ! elle… elle est partie ! Par là !! »
S’exlama t’elle, pointant du doigt l’endroit où les hommes de main avaient enmené Laysha
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laysha t'soho

avatar

Messages : 35
Date d'inscription : 26/09/2010
Age : 28
Exprimez-vous! : The collectors are dangerous I know I'd like them gone. Once that's accomplished, maybe you and I could celebrate?

Identité
Race: Asari
Planète natale: Illium
Profession / rang : experte omni-tech

MessageSujet: Re: [AfterLife] " Gare à l'Asari en colère ! " (vieux proverbe)   Ven 29 Oct - 0:40

(Oups désolé problème de post...!) Tu peux supprimer ce message Al Kifa.


Dernière édition par Laysha t'soho le Ven 29 Oct - 0:44, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.concepteurmultimedia.ch/~cjeanrichard/
Laysha t'soho

avatar

Messages : 35
Date d'inscription : 26/09/2010
Age : 28
Exprimez-vous! : The collectors are dangerous I know I'd like them gone. Once that's accomplished, maybe you and I could celebrate?

Identité
Race: Asari
Planète natale: Illium
Profession / rang : experte omni-tech

MessageSujet: Re: [AfterLife] " Gare à l'Asari en colère ! " (vieux proverbe)   Ven 29 Oct - 0:42

Quand je repris connaissance j'étais attachée avec des chaines, les bras au dessus de ma tête au milieu d'un sorte de grand hangar remplit de caisse. J'étais encore dans le flou et la blessure à ma jambe me rendait malade, je sentais la fièvre monter dans mon corps et j'avais la bouche pâteuse.
Je fini par reconnaitre les deux figures un peu flou devant moi. C'était les deux Krogans qui avaient du m'amener ici.
Je me mis à réfléchir très vite. Mes pensées commençaient enfin à redevenir claires et plus je méditais plus je me rendais compte que j'étais mal barrée.
Je ne savais pas comment "il" m'avait retrouvé mais cet homme était très puissant. Une sorte de riche magna de l'import export basé à Illium qui c'est enrichi grâce à tout ce qui peut faire du mal au gens et tout ce qui est illégal par la même occasion. C'est simplement un homme sans scrupule qui ne pense qu'à son profit personnel tant qu'il peut ce chiffrer en milliard. Il menait par ailleur en parallèle de ses activités lucratives, des recherches sur l'armement et les IA ainsi que sur la biotique et les omnitechs.
Ma mort n'était pas un problème pour lui. Je lui avait volé le compte rendu de recherches sur des implants "tech", un pendant au implants biotique mais pour l'utilisation de l'omnitech grâce à son corps. Cela faisait des années que je cherchais une technologie semblable pour pallier mon manque de pouvoir biotique. Je ne savais pas ce que valaient ces recherches mais je me devais d'y jeter un coup d'œil même si elles appartenaient à un des hommes les plus vil de la galaxie qui n'allait surement pas utiliser les résultats pour sauver la veuve et l'orphelin.
Je travaillais pour moi, je n'avais pas de commendataire ni de contrat. Mais ça il ne pouvait pas le comprendre. Travailler dans le but d'une quête personnelle sans profit garantie. Il allais surement m'interroger pour trouver la source qui n'existait pas. Récupérer ses données. Et me tuer, si je n'était pas encore morte dans la partie interrogation.
Le programme s'annonçait intéressant et je n'avais absolument aucune idée pour me sortir de se pétrin. J'étais vraiment en colère contre moi. J'étais si calculatrice, je planifiais tout, et j'allais mourir bêtement tout ça parce que je m'étais précipitée dans ma recherche de solution à mon incapacité à utiliser les pouvoirs biotiques. Cette tare devenait vraiment un problème majeur et elle allait causer ma mort prématurée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.concepteurmultimedia.ch/~cjeanrichard/
Al'Kifa Deian

avatar

Messages : 12
Date d'inscription : 02/10/2010

Identité
Race: Asari
Planète natale: Thessia, Serrice
Profession / rang : Commando

MessageSujet: Re: [AfterLife] " Gare à l'Asari en colère ! " (vieux proverbe)   Mer 3 Nov - 22:43

Très honnêtement, Al’Kifa eu un instant l’envie de tirer, en voyant la jeune asari sortir du conteneur. Elle pensait sincèrement, en ne voyant que Laysha et sa « petite bande de copain », que l’asari qui répondait au nom de Satina, avait réussi à faire lâcher prise celle qui l’avait littéralement trainé hors du bar et avait fuit dans Omega.

Mais, s’il y a une règle dans l’univers, c’est qu’Al’Kifa ne pouvait pas avoir ce qu’elle voulait.

Un entretien d’embauche normal avec un krogan pas trop bête ? Nope. Une fin de soirée sympathique, un verre dans la main et les yeux fixés sur une danseuse ? Nope. Il fallait qu’elle se retrouve avec deux asari à moitié folle, des gros bras en mal d’action – et un mal de tête naissant.

« Je ne vais pas tirer, non ». dit-elle, en baissant son arme.

Ce que marmonnait Satina était entre le triste et le pitoyable. Tirer sur des personnes, ou se faire tirer dessus – quelle éducation saine ! Même si, dans un sens, certaines choses qu’elle avait vécu en entrainement de commando n’était peut-être pas si éloigné.
Elle secoua la tête pour chasser ses rapprochements – elle ne savait pas d’où l’autre asari venait, qui l’avait éduqué ni dans quel but, mais elle savait qu’il était impossible d’y voir un lien avec les vénérables enseignements des professeurs chasseresses.

Avec un mouvement de tête, elle désigna le corridor par lequel Laysha avait été emmenée, inconsciente. « Bon… Moi, j’y vais. Toi… Tu fais ce que tu veux, mais tu n’me déranges pas. »

Sur ce, elle tourna les talons et avec un pas rapide, pour se remettre au niveau des « kidnappeurs », sans pour autant courir et les alerter, elle s’engouffra dans les couloirs. Elle ne s’enquit pas vraiment de la décision de Satina, même si elle eu l’impression qu’une personne la suivait.

Il lui fallu quelques instants avant de les retrouver – un groupe hétéroclite, armé avec une Asari sur l’épaule, même à Omega, ça n’était pas discret.

« Bande de gros nazes » pesta-t-elle, en les suivant à bonne distance, invisible.

Au bout de quelques minutes de marche, ils entrèrent dans une zone fermée. Cela ressemblait à une zone de livraison, ou de stockage : la porte qu’ils venaient d’emprunter était assez large pour laisser passer un petit transporteur de marchandise.
Il y avait deux turiens devant cette porte, ils saluèrent le groupe de mercenaire qui emportait Laysha et continuèrent de « monter la garde » après leur passage. Ils n’étaient pas très appliqués, ils discutaient entre eux, en faisant de grands gestes avec leurs bras.

« Ah, et tu sais ce qu’ils vont faire sur Illium ? Un film sur un hanar spectre ! Aha ! » fit l’un, enthousiaste. Le deuxième ouvrit la bouche pour répondre, mais Al’Kifa n’écoutait déjà plus.

De l’endroit où elle était cachée, prête à bondir, elle étudiait le meilleur plan d’action possible. Elle ne connaissait pas l’endroit, elle ne savait donc pas s’il y avait une deuxième entrée. De plus, ils avaient emmené l’asari à l’intérieur : plus elle paissait de temps à réfléchir, plus de choses pouvaient lui arriver. Al’Kifa soupira.

« Bon, d’abord celui sur la gauche, le plus près. Biotique – je l’enfonce contre le mur. Ensuite, le deuxième – corps à corps… » Murmura-t-elle. Elle passa la main sur sa cuisse droite, dans sa tenue de commando, cachée, une lame. « Directement dans le cou – bouclier inutile. »

Elle aimait revoir les plans qu’elle allait exécuter à haute voix, elle en détectait ainsi plus vite les faiblesses. Dans cette situation précise, elle savait qu’il n’y en aurait pas – elle comptait sur sa vitesse et son expérience pour venir à bout des deux gardes.

Elle guetta encore quelques instants les gardes, cherchant le moment opportun. Quand le turien de gauche s’avança pour présenter quelque fonction de son omni-tech à son collègue, elle bondit comme un chat.

Ils étaient en train de se retourner, attiré par sa présence, lorsqu’elle frappa. Le premier vola dans un mur, son cou se tordit violemment et il retomba par terre – inerte. Le deuxième analysait encore la situation quand elle fondit sur lui, la lame à la main. La petite arme affutée traversa son armure comme du beurre.

Il eut à peine le temps de crier, sa voix se perdit en gargouillement. Il fit quelques pas, désorienté, hagard, avant de tomber par terre à son tour. Les commandos asari foudroyaient souvent des groupes de turiens – leur physiologie, leurs points faibles, étaient des points importants de l’enseignement d’une chasseresse.

Tuer ne lui faisait plus rien depuis bien longtemps – elle essuya sans regret sa lame contre sa tenue, avant de la remboiter dans son emplacement, sur sa cuisse.

Avant d’entrer dans la « base » du gang, elle posa les yeux vers l’endroit d’où elle venait : « Hey, toi… je sais que tu m’as suivi… Satina, c’est ça ? Tu comptes venir ou quoi ? »


----------
/ J'espère que je ne prend pas trop de liberté en insinuant que Satina la suivit... Sad /
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Satina Decimus

avatar

Messages : 35
Date d'inscription : 04/10/2010

Identité
Race: Asari - 170 ans
Planète natale: base pirate -Travée de l'Attique
Profession / rang : mercenaire

MessageSujet: Re: [AfterLife] " Gare à l'Asari en colère ! " (vieux proverbe)   Jeu 4 Nov - 2:20

Satina poussa un soupir de soulagement lorsque Al’kifa déclara qu’elle n’avait nulle intention de lui tirer dessus !

“Oh s-super ! Cette nuit est déjà assez pénible c-comme ça sans qu’en plus j-je me prenne un trou de balle d-dans la tronche ! »

A ces mots, Satina leva les yeux aux ciel en une expression de réflexion. Elle se demandait si on ne risquait pas de voir un double sens indécent à ce qu’elle venait de dire. . mais finit par renoncer à y réfléchir. Tout était beaucoup trop flou dans sa tête ! Elle écouta néanmoins tout ce que la commando avait à dire. Principalement qu’elle se chargeait de la situation elle même et qu’elle n’avait pas besoin d’assistance. Cette réponse déplu beaucoup à Satina qui croisa les bras et afficha une grimace indignée.

« Je.. je sais me b-battre je te s-signale ! J’ai un flingue dans mon f-froc et j’ai plus de pouvoirs biotiques que tu l’imagines ! J’ai déjà tué, j’ai… hey !! »

Bien vite, Satina se rendit compte qu’Al’kifa ne l’écoutait pas du tout. En fait elle semblait déterminée à partir à la recherche des hommes qui avaient enlevé Laysha.
D’ailleurs, lorsque Satina lui avait indiqué la direction que les malfrats avait pris, elle avait peu d’espoir pour que Al’kifa vole au secours de Laysha. Il ne lui semblait pas que la commando asari avait vraiment apprécié cette dernière. Néanmoins, Satina comptait sur le fait que les commando obéissaient à un certain sens de l’honneur qui les pousseraient à aider une sœur Asari en danger. Evidemment elle avait pu se tromper. D’ailleurs, elle roula des yeux lors ce qu’elle repensa à ce concept si étrange, celui « d’honneur ». Rarement elle en avait entendu parlé dans la Travée de l’Attique et elle le liait à quelques individu rigides et dénué d’humour telles les Probatrices. Jamais Satina n’obéissait à un sens de l’honneur ou du devoir, elle ne faisait que suivre ses émotions.
Quoi qu’il en soit, autre chose occupa son esprit, à savoir le fait qu’Al’kifa semblait ne plus lui prêter aucun intérêt, et la laissait totalement à son sort

“Ho ! A-attend !! Tu ne vas même pas m’aider à s-sortir de cette poubelle !? »

Hurla t’elle à l’intention de la commando qui s’en allait sans se retourner. Satina poussa un petit cris rageur et entrepris de s’extirper elle même du tas d’ordures dans lequel elle était enfoncée jusqu’au cou. Une tache des plus pénibles… L’Asari bourrée mit des plombes à se dépêtrer de la mélasse répugnante dans laquelle elle était embourbée. A grand renfort de plaintes et de gesticulations, elle parvint péniblement à extraire une jambe de la benne à ordure, puis l’autre, puis… s’étala lamentablement sur le sol d’Omega ! Celui ci était d’ailleurs à peine moins dégoûtant que le fond de la poubelle. Satina se releva avec difficulté, gémissant rageusement et essuyant son costume usurpé de commando. Puis, elle croisa le regard méprisant et haineux d’une bande de Vortcha. Aussi elle préféra s’éclipser. En effet, elle ne savait pas si dans son état elle pourrait supporter d’affronter à la fois un vaste groupe de charognards répugnants et la troupe de criminels qui avaient capturé sa consœur.
Aussi, elle parti aux trousses d’Al’kifa tout en criant à la silhouette qui s’éloignait des :

« Maiiiiis !! A-ttend moi !! »

Sifflant sa colère, Satina lui courut après, non sans trébucher à plusieurs reprises. En chemin elle crachota avec dégoût des petits déchets alimentaires qui s’étaient infiltrés dans sa bouche lors de son petit séjours dans les ordures
Elle finit par arriver a quelques mètres d’Al’kifa. Celle ci s’était mise à couvert. Aussi, malgré son état d’ivresse, il restait assez de raison à Satina pour faire de même.
Il lui fallut néanmoins quelques instants pour repérer de qui la commando se cachait.
C’est en réprimant une exclamation de surprise et de colère tout à la fois que l’Asari finit par distinguer le groupe de mercenaires qui avaient capturé Laysha. Cette dernière était inconsciente, flanquée sur le dos d’un de ses ravisseurs comme un vulgaire sac à patates. Elle avait l’air très mal en point ! Elle était évanouie et sa tenue était souillée de sang. La rage monta en Satina qui ne supportait pas qu’on fasse du mal à une de ses consœurs. Une lueur bleu se forma autour de ses mains, qui se transforma en une aura flamboyante.
Elle s’apprêtait à attaquer.
Cependant, le temps qu’elle mette sa vision au net, Al’kifa avait déjà bondit de sa cachette et décima rapidement les ennemis présents. C’était peu être mieux ainsi si on considérait l’état de Satina et le fait qu’elle n’avait pas établit la moindre stratégie.

« J-e.. je pouvais le f-faire ! »
Gémit Satina en sortant de sa cachette. Elle se déplaçait avec peine, menaçant de chavirer à chaque instant A sa grande surprise, Al’kifa marqua une halte avant d’entrer dans la base des ravisseurs et lui adressa même la parole !

« O-oui ! Oui, je veux aider !! »
Affirma t’elle avec une conviction étonnante vu son état.

« Au fait… t-tu as retenu mon nom ?? Je.. je le crois pas !! »
Ajouta t’elle avec ironie, allusion au comportement détaché et indifférent qu’affichait la commando Asari depuis leur rencontre.

« A- attend… j-e suis. P-pas encore prête ! »

Dit t’elle plus tard. Alors elle se dirigea en boitant et en titubant vers quelques énormes tuyaux. On en trouve souvent à la surface d’Omega, à proximité de l’Au-delà par exemple. Ceux ci servent généralement à acheminer de l’eau à travers la station. Arrivé à proximité, Satina concentra son pouvoir dans une de ses main. Une sphère d’énergie bleu violacée y grandit. Lorsqu’elle arriva a bonne taille, l’Asari asséna une violente frappe biotique dans l’un des tuyaux, le plus gros. Elle accompagna le coup d’un cris rageur destiné à se donner du tonus pour frapper.
A l’impact, un large trou se creusa dans le tuyau, déversant l’eau qu’il contenait.
Sans hésiter, l’Asari sauta dans l’ouverture ainsi crée, droit dans l’eau glacée !

Quelques instants plus tard, elle en jaillit evec toute la grace d'une sirène et la sensualité d'une stripteaseuse surgissant d'un gateau !
Avec une aisance surprenante elle quitta cette « piscine » de fortune.
Des gouttes d’eau ruisselaient sur son visage et ses tentacules. Son uniforme moulant était trempé, ce qui n’était pas désagréable à regarder !
Son attitude avait totalement changé ! Elle avait l’air tellement plus fraîche, voir ressuscitée !

Ahh ! Ca fait du bien ! Bon ? On peu y aller maintenant ? J’ai hâte de leur mettre la pâtée !!

S’exclama t’elle joyeusement. L’effet de l’alcool s’était totalement dissipée et elle semblait désormais péter la forme !


------------------------

T'inquietes ! Satina ne serait pas restée en retrait de toute façon ! Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laysha t'soho

avatar

Messages : 35
Date d'inscription : 26/09/2010
Age : 28
Exprimez-vous! : The collectors are dangerous I know I'd like them gone. Once that's accomplished, maybe you and I could celebrate?

Identité
Race: Asari
Planète natale: Illium
Profession / rang : experte omni-tech

MessageSujet: Re: [AfterLife] " Gare à l'Asari en colère ! " (vieux proverbe)   Jeu 4 Nov - 9:47

Un Galarien entra dans la pièce. En le voyant je reconsidérais mon image du "galarien de base". Il n'avait rien d'un Galarien normal, mis à par les traits principaux de sa physionomie. Bien sur il était grand mais il était aussi très large, chose anormale pour cette espèce. Son armure lourde formait le tour de ses muscles et son état montrait l'historique de nombreux combats violents. Il portait un jolie modèle customisé de lance grenade à la ceinture. Le message était clair; il ne fallait pas l'emmerder. Son visage était d'une couleur ocre et ses yeux noirs brillaient d'une lueur malsaine, quand au haut de son crane, ses extrémités propres au Galarien étaient à moitié atrophier. Je n'aimais déjà pas ce type...
Il s'approcha de moi avec les deux Krogans et leur donna l'ordre de me détacher. Ils ne me ménagèrent pas et je tombais violemment sur le sol, ma plaie m'infligeant un choc douloureux à travers tout mon corps.
-Argh!!!
On me tira jusqu'à un siège spécialement installer pour un sympathique entretien. Je voyais que ma plaie était toujours bien ouverte étant donner la trainée de sang laissée par mon corps lors du déplacement.
-prenez lui son omnitech et allez l'apporter au centre de tri qu'on me détruise toute information compromettantes, et laissez nous, on a besoin d'un petit peu d'intimité. Et en ce tournant vers moi il rajouta avec un rictus; n'est ce pas?
Les deux Krogans disparurent derrière la porte et je me retrouvais seul avec ce sadique en force, attachée par des sangles à une chaise de torture.
-A nous deux Laysha T'Soho. C'est un nom prestigieux d'ailleurs. Ta maman sait que tu es la?
Je lui crachais au visage, je préférais de loin la torture physique aux conneries mentales. Ma famille avait vraiment pas besoin d'être du débat.
Il me plaqua violemment contre le dossier du siège en me tenant par la gorge, ce qui ne manqua pas de me couper le souffle.
-Écoutes moi bien! Tu sais exactement qui m'envoie et ce qu'il veut savoir. Je ne me déplace pas pour rien et j'obtiens toujours des résultats! Qui t'as commandé ce travaille?
Il continuait d'exercer une pression sur mon coups et mon visage commençait à virer dans des bleus moins naturels, même pour une Asari.
-argh......je...je n'ai pas de commanditaire....
Il me gifla violemment.
-Te fous pas de ma gueule!
Je devais trouver quelque chose, mais j'avais les pensées embrouillées désormais, et je ne voyais absolument pas comment j'allais m'en sortir cette fois...
-Tu peux me dire ce qu'une petite voleuse Asari comme toi allait faire de données de plusieurs années de recherche sur les omnitech. A qui allais tu les vendre?
Il relâcha la pression sur mon coup et s'éloigna pour sortir une lame d'une ce ses sangles à sa taille. Il posa la lame contre mon visage et je sentis son contact glacé ce qui me donna des frissons dans tout le corps.
Je n'aimais pas spécialement les Galariens, trop froids, trop méthodiques, difficile à corrompre, surtout au niveau du charme...L'argent à la rigueur, mais la je n'avais que le charme...et encore vu mon état je n'étais pas belle à voir.
Il me donna un rapide coup de lame au ventre, qui entailla ma combinaison et me fit entrevoir une plaie toute fraiche.
-ahhhh...!
-Les lames sont fascinantes, si on arrive assez prêt de son adversaire elles offres des possibilités infinies. Et tu es tout à moi on dirait. Je peux t'infliger mille coupures qui toucheront juste tes nerfs et te saigneront petit à petit. Tu vas mourir lentement et dans une douleur des plus intéressante.
Typiquement Galarien, même dans une situation pareille ils ne peuvent s'empêcher d'utiliser des termes scientifiques.
Un autre coup de lame s'abattit sur moi, je sentis la douleur au plus profond de mon corps. J'étais totalement à sa merci.

*******************************
EDIT: ne tuer pas le Galarien j'en aurai surement besoin pour un autre RP. ^^ Merci!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.concepteurmultimedia.ch/~cjeanrichard/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [AfterLife] " Gare à l'Asari en colère ! " (vieux proverbe)   

Revenir en haut Aller en bas
 
[AfterLife] " Gare à l'Asari en colère ! " (vieux proverbe)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» LE PRESIDENT EST TROP VIEUX ,TROP MALADE TROP COQUIN POUR L''EXIL ET LA RETRAITE
» URGENT! TJS PERSONNE PR 7 beaux vieux minous suite décès, 67
» FIDJI canichou abricot 17 ans abandonné car trop vieux (76)
» Foire d'Eghezée avec rassemblement vieux tracteurs 14 Août 2011
» Sélection de vieux films

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mass Effect RPG :: « La Grande Voie Lactée. » :: ◄ Systèmes Terminus :: ◄ Nébuleuse d'Oméga (OMÉGA). :: ◄ Sahrabarik. :: ◄ Oméga.-
Sauter vers: