Mass Effect RPG

Mass Effect RPG


 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesBioware-RPGS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Avalanche touristique [LIBRE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Fergus Victawrian

avatar

Messages : 15
Date d'inscription : 20/10/2010

Identité
Race: Turien
Planète natale: ...
Profession / rang : Pirate

MessageSujet: Avalanche touristique [LIBRE]   Mar 26 Oct - 1:14

Nom du RP : Avalanche touristique
Statut : Libre.
En attente de : 1 membre ou plus, je n'attends personne en particulier.

Oméga était une benne à ordures. Une benne d'une taille démesurée, qui accumulait la vermine et qui formait, ça et là, de grossiers tas d'immondices. Cette station puait les emmerdes des centaines de clicks à la ronde. Pour y vivre, il fallait combiner un estomac solide et un odorat approximatif. Les êtres respectables l'évitaient. Ils ne voulaient pas patauger dans la boue infâme ou ne supportaient pas l'odeur qui émanait de l'astéroïde, un parfum de complots, de meurtres et de chantages. Avec le temps Fergus était devenu insensible aux relents de la criminalité. Il aimait presque Oméga, elle et son anarchisme organisé. Il la respectait. Elle avait à ses yeux le flamboiement d'un joyau; sinon le prix. Avec du talent et une bonne dose de chance, vous pouviez exploiter les richesses de ce caillou et prendre de l'importance. Ou vous pouviez tout aussi bien subir les persécutions des petites pointures et vous écraser sur leur passage comme une merde insignifiante.
Les mandibules du turien frémirent. Il y avait une règle implicite sur cette station, et cette règle intimait aux faibles et aux velléitaires de mourir en silence. Malheureusement, un bras purulent ne s'ampute pas de lui-même, et il arrivait parfois qu'un honnête pirate comme Fergus doive trancher le nerf pour libérer le poids mort.

"Huuurgh... La tête du turien dodelina vers le sol. Il souleva son pied, se créa un faux air de surprise et s'exclama : Oh, tu es encore là ?"
La forme coincée sous sa botte émit un croassement rauque. Fergus eut un geste d'agacement. Épargne ta salive. Il tapota la chose avec la plante du pied. Tu as inventé un tas d'excuses pitoyables pour justifier ton retard, j'en doute pas une seconde. Non, en fait, je m'en contrefous... je ne veux même pas savoir combien il te manque. Le paiement se fait en une fois. En UNE seule fois. La maison ne fait pas crédit. Est-ce que c'est clair ?
- Mais...
- C'est clair, oui ou non ?
- Che... oui, oui ch'est très clair...
- Splendide. Il éloigna son pied et reprit appui sur la terre ferme. La forme empâtée qu'il immobilisait rassembla ses dernières forces pour se mettre à genoux. C'était un homme ou ça y ressemblait vaguement. Oh, j'allais oublier : le prix augmente avec le retard. Ça te pose un problème ?
- N-n-n-n-on... bredouilla l'humain.
- 6000 crédits. Dans deux jours. Maintenant, dégage."

Le pirate n'eut pas besoin de se répéter. Sa sentence à peine formulée, l'autre se mis à détaler comme un lapin. Fergus ne put réprimer un petit rictus satisfait. Qu'on obéisse si promptement à ses ordres, voilà qui n'était pas désagréable ! Quand l'un de ses acolytes osa interrompre cet instant de complaisance, le turien fit preuve d'une extrême retenue pour empêcher son poing de venir s'écraser entre les quatre yeux du butarien. Il croisa les bras et écouta à contre cœur la remarque du mercenaire.
"Il pourra pas payer. S'il a pas pu aujourd'hui, la situation évoluera pas d'ici deux jours.
- Je sais, captain obvious. Tu crois qu'il lui reste assez pour partir en vacances ?
Sa main gantée effleura son menton. La banqueroute de l'humain était prévisible. Sa réaction face au danger, un peu point. Les humains agissaient parfois si stupidement... d'un signe de main, le butarien reçut l'ordre de lancer son omnitool. Un son familier indiqua le début d'une communication, puis Fergus prit la parole et donna une série de consignes en prenant soin de détacher chaque mot.
- Zed, surveille les hangars. J'ai un touriste pour toi. Humain. Chauve. La trentaine. Mâchoire brisée. Il croit qu'il a la mort aux trousses, et il n'a pas tout à fait tort.
- Bien reçu.
- Merveilleux. Vous deux, tâchez de voir s'il n'a pas un vaisseau à son nom.
- C'est comme si c'était fait."
Fergus regarda ses hommes de main s'éloigner vers les docks. Il se trouva à nouveau seul, dans cette ruelle faiblement éclairée. Un néon cabossé pendait du plafond. La lueur orangée offrait une visibilité réduite... elle était trop modeste pour qu'on remarque le sang incrusté là où l'humain avait embrassé le mur d'un peu trop près, mais suffisante pour distinguer la silhouette qui se mouvait au bout de la rue. Fergus plissa les yeux, plus par méfiance que pour améliorer sa vision. Oméga n'avait pas d'autorité à proprement parler mais des fouteurs de merde, ça oui. Le turien cala une main contre son arme et s'arma... de patience. Il attendit une hypothétique intervention de l'inconnu. Sur Oméga, tirer sur la mauvaise personne et se coller une balle dans la tête, ça revenait au même.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lucius Bile

avatar

Messages : 11
Date d'inscription : 17/10/2010
Exprimez-vous! : La science mérite tous les sacrifices.

MessageSujet: Re: Avalanche touristique [LIBRE]   Mar 26 Oct - 19:00

" Monsieur, je vous le répète: ce n'est pas une bonne idée !"

La voix de Vicky résonnait encore dans l'esprit de Lucius. Il avait coupé la transmission avec le Venom depuis quelques bonnes minutes maintenant, et déambulait donc dans Oméga, seul. Ce qui aurait suffit à mettre nombre d'hommes mal à l'aise. Mais pas lui. Il n'était pourtant pas un guerrier: son pistolet lourd à la ceinture avait plus un but dissuasif qu'autre chose. Et son armure légère Venom, elle, ne pouvait le protéger d'un feu nourris. Quand à ses pouvoirs biotiques... Bien que puissants, ils avaient la fâcheuse tendance de le laisser dans un état pire que s'il avait pris quelques balles.

S'il n'avait pas porté son respirateur, les passants qui le croisaient auraient pu voir un sourire de dessiné sur ses lèvres pâles. Oméga était peut-être la décharge de l'univers, mais elle était également un vivier incroyable, une ressource rare pour un scientifique de son envergure.


( La population est variée, et personne ne remarquerait la disparition de l'une ou l'autre de ces personnes...)


Et c'est également ici qu'ils trouveraient des personnes à embaucher. Mercenaires, bandits... Suffisamment d'êtres sans foi ni lois qui travailleraient pour la Venom Industry, en échange de crédits ou d'autres choses.


(Il me faut des associés. Peu m'importe leurs convictions et leurs buts. Seul le résultat compte.)

Cela faisait quelques dizaines de minutes qu'il marchait, à présent. Il s'était enfoncé dans Oméga, s'était éloigné des rues les plus peuplées, pour se rapprocher des quartiers les plus mal famés. A chacun de ses pas, il calculait le risque: il était pour l'instant inférieur à 50%, en prenant en compte la population locale, la pauvreté ambiante, et les races présentes. Il est plus courant de se faire agresser par un Krogan appauvri que par un riche commerçant Humain.

Et c'est là, près d'un bar miteux, qu'il aperçut un groupe d'être qui prenait un homme à parti. Il n'y fit pas attention, jusqu'au moment où il entendit un Turien parler. D'après le ton de sa voix, il donnait une série d'instruction. C'était donc le meneur de ce groupe ? Lucius revint sur ses pas. Le Turien qu'il avait entendu avait libéré sa proie, et avait dispersé son groupe de mercenaire. Il était seul, dans la ruelle faiblement éclairé, et... le regardait. Il avait remarqué la présence du directeur de la Venom company.

Pendant un instant, l'Homme et le Turien s'observèrent, essayant de mieux distinguer la forme floue qui se tenait à quelque mètres d'eux. Ce fut Lucius qui fit le premier pas, et qui se rapprocha de Fergus, silhouette sombre qui se serait fondue dans l'ombre, si sa peau n'avait pas été aussi pâle.

Lucius s'arrêta à quelques pas du pirate, sans manifester la moindre crainte. Si jamais il devait vraiment se retrouver en danger, il utiliserait ses pouvoirs biotiques pour se défendre. A cette distance, il était mortellement dangereux. Mais il ne pouvait se défendre qu'ainsi: l'alien face à lui pouvait certainement dégainer deux fois plus rapidement.


"J'ai une proposition à vous faire, Turien. Un accord qui nous sera mutuellement bénéfique."


La voix de Lucius, malgré son respirateur, ne tremblait pas. Il était sûr de lui. Non pas sûr de ses capacités martiales, mais sûr de son intellect. L'échec ne lui était pas connu, pour peu qu'on lui offre les moyens de réussir...





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fergus Victawrian

avatar

Messages : 15
Date d'inscription : 20/10/2010

Identité
Race: Turien
Planète natale: ...
Profession / rang : Pirate

MessageSujet: Re: Avalanche touristique [LIBRE]   Mer 27 Oct - 1:34

Lorsque l'ombre fit mine d'approcher, Fergus bugua. Il aurait dû attraper le fusil d'assaut qui se trouvait encore accroché dans son dos et le pointer dans sa direction. Tirer un coup de semonces, éventuellement. C'était ce que soufflait son subconscient. C'était l'ABC de l'apprenti pirate, le premier chapitre du manuel de survie, catégorie Oméga. Mais il n'en fit rien. Le turien demeura immobile. Armé jusqu'aux dents et pourtant inoffensif... l'ironie ne lui échappa pas. Peu à peu, le fantôme se révéla à la lueur du néon. A mesure qu'il avançait Fergus examina ses traits striés d'orange et les imprima dans un recoin de sa mémoire. Il était important de connaître ses alliés. Ses ennemis d'autant plus.

L'humain se distinguait par sa pâleur extrême. Du moins, la peau exposée de son visage l'était. Une large partie disparaissait sous un masque noir, un respirateur ou quelque chose du genre. Hum hum. Il y avait un dicton que Fergus affectionnait beaucoup. Ce dicton disait que, moins un homme en montrait sur son apparence, plus il était louche et dangereux... l'exception étant les quariens chez qui la nudité, même partielle, révélait des tendances suicidaires. En y réfléchissant Fergus n'avait jamais vu de volus à poil.

"Un accord ? La voix de Fergus trahissait son incrédulité. Ben voyons. Ça vous arrive souvent de racoler des inconnus dans des ruelles douteuses ?
Cette fois, il dégaina. Ce type avait dépassé les soixante-dix pour cent sur l'échelle de la suspicion. Il se comportait trop bizarrement. Merde ! Ils se trouvaient au beau milieu de nulle part, dans les quartiers chauds d'Oméga... dans ce genre de situation n'importe quel humain se pisserait dessus. Et pourtant celui-ci exhalait l'assurance comme s'il était précédé d'une armée de mercenaires invétérés. Seules deux catégories d'êtres pensants s'autorisaient une telle latitude : les fous et les purs génies. La frontière entre ces deux mondes n'était qu'un voile. Un coup d'vent et pouf, le voile se soulevait.
- Très franchement, je m'étonne que vous soyez encore en vie... Fergus caressa la gâchette de son fusil. Il désigna le respirateur du bout de l'arme. Ou presque. C'est moche, ça. Quel accord vous avez proposé pour récolter un machin pareil ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lucius Bile

avatar

Messages : 11
Date d'inscription : 17/10/2010
Exprimez-vous! : La science mérite tous les sacrifices.

MessageSujet: Re: Avalanche touristique [LIBRE]   Mer 27 Oct - 14:37


Lucius, toujours aussi calme, observa attentivement les réactions du Turien. Il semblait surpris par son comportement. C'était une bonne chose. Il n'y avait néanmoins pas une once de peur chez son interlocuteur. C'était un bon combattant, et, à cette distance, le combat se jouerait en quelques instants. Et ce serait le plus rapide qui l'emporterait, assurément.

"Un accord ? Ben voyons. Ça vous arrive souvent de racoler des inconnus dans des ruelles douteuses ?

Le scientifique repensa alors à certains de ses partenaires. Il avait déjà récolté des coups, et avait même frôlé la mort, une fois. Mais risquer sa vie n'était pas plus dérangeant que cela. Quand à la douleur... Il était le sujet du test Venom. Il s'était opéré lui-même, presque à vif, et il avait supporté une douleur que peu de gens pouvait ne serait-ce qu'imaginer.

"Plus souvent que vous ne croyez."

Le Turien avait dégainé. A cette distance, il ne pouvait rater sa cible. Une balle, et c'en était fini. Voilà la situation dans laquelle il se trouvait. Il pouvait mourir. Un mot de trop, ou de moins, et il terminerait sa vie ici, dans une ruelle puante d'Oméga.

- Très franchement, je m'étonne que vous soyez encore en vie...Ou presque. C'est moche, ça. Quel accord vous avez proposé pour récolter un machin pareil ?"

"Une expérience qui a mal tourné. Rassurez-vous, je ne suis pas contagieux.."

Lucius retint un petit rire, qui s'étouffa dans le bruit de son respirateur. Cela faisait des années maintenant qu'il portait cet appareil, et il s'y était habitué. Mais ceux qu'il rencontrait, eux, semblaient toujours se méfier de son infirmité.

La situation était encore bien trop tendue. Lucius réalisa qu'il ne s'était pas présenté, et et que ses buts devaient paraitre obscur aux yeux du Turien. Il décida donc de détailler rapidement la raison de sa présence ici.

"Je me nomme Lucius Bile, représentant de la Venom Company."

L'humain désigna le sigle de sa firme sur son armure, une tête de cobra stylisée, rouge, qui jurait avec le reste de son armure.

" Je n'aborde jamais un inconnu. Vous semblez diriger des hommes, avoir des ennemis. Et vous vous êtes retrouvé seul. Vous êtes donc potentiellement moins dangereux, plus à même de m'écouter. Vous êtes donc un partenaire potentiel pour moi et ma firme."

Une longue inspiration. Cela faisait longtemps qu'il n'avait pas autant parler. Et c'était certainement loin d'être fini. Il devait choisir ses mots avec précaution. Il venait d'expliquer pourquoi il avait abordé un inconnu dans la rue. Et ne lui restait plus qu'à lui proposer un accord.

"Vous devez avoir des ennemis, Monsieur..? Des personnes à qui vous donneriez la mort. Des personnes que vous aimeriez torturer, faire souffrir. Et la Venom Company, elle, est une firme dont le seul but est le développement scientifique. Arme, virus, mutation génétique... Et, surtout, un grand Projet, qui réclame énormément de temps, de crédit et de... matériel."

Le pauvre. Il devait être encore plus perdu. Il ne voyait sûrement pas où Lucius voulait en venir.

"J'ai besoin de sujet de test. Vous, vous avez des hommes à faire disparaitre. Autant que cela vous rapporte, non ? Je peux payer, en crédit, chacun des cobayes potentiels que vous pourriez me ramener.."

Lucius marqua une petite pause. Il espérait ici avoir simplement attiré l'attention de son interlocuteur. Le poisson avait-il mordu à l'appât ?

"Et ce n'est que la première partie de ma proposition."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fergus Victawrian

avatar

Messages : 15
Date d'inscription : 20/10/2010

Identité
Race: Turien
Planète natale: ...
Profession / rang : Pirate

MessageSujet: Re: Avalanche touristique [LIBRE]   Ven 29 Oct - 0:55

"Qu'est-ce que ça peut me... oh !" Fergus s'interrompit, comprenant soudain où voulait en venir son interlocuteur. Du trafic d'hommes, hein ? Il connaissait ces pratiques douteuses. Des types casqués remplissaient votre vaisseau d'autochtones et vous receviez un bonus une fois les cales vidées, quelques planètes plus loin. Des itinéraires bien connus des pirates éloignaient les convois de la douane concilienne. C'était de l'argent sale. Mais c'était surtout de l'argent pépère. L'humain, Lucius Bile, ajoutait au transport la recherche et la chasse du bétail. La discipline devenait donc un peu plus... sportive. Et le devis était sûrement plus élevé. C'était une bonne chose pour un chasseur de primes.
Mais Fergus n'était pas un chasseur de primes.
"Je vois" murmura le turien en plongeant les yeux dans ceux de l'humain. Une étincelle brillait dans ses prunelles de jade. Il commençait à cerner la nature de cet homme. Il était de ceux qu'on appelait, dans le métier, des partenaires à haut risque. Ces têtes de pyramides contrôlaient le déroulement de la galaxie par d'imperceptibles changements. Ils offraient beaucoup. Ils transpiraient le pouvoir. Et quand ils tombaient - car ils finissaient toujours par tomber - ça faisait mal, très mal. On pouvait s'en tirer, avec un nez fin. Quitter le navire avant le naufrage demandait du tact. En s'exécutant trop tôt, on s'évinçait de la pyramide. En s'exécutant trop tard, on la suivait dans sa déchéance.

"Je ne suis pas intéressé. Faire disparaître mes ennemis, ça ne me suffit pas. Non, mes ennemis, je les tue de mes propres mains. Question de principe."

Il baissa son arme et la rangea à sa place, dans son étui. Les humains pouvaient se montrer aussi impulsifs qu'un régiment de Krogans en rut quand ça les prenait mais cet humain là aimait parler. C'était un fin négociateur, ça se voyait à sa façon de discourir. Il savait exactement quoi dire. C'est donc qu'il y avait mûrement réfléchit. Il ne se jeterait pas sur lui pour un oui ou pour un non. Il vomirait des arguments.
Fergus croisa les bras. Cette position le rendait imposant. Dressé comme une montagne, les raisonnements de l'humain ricochaient contre ses remparts comme un galet sur l'eau.
"Je ne vois pas pourquoi je me casserai les miches à convoyer le bétail jusqu'à votre tour d'ivoire. Les cadavres posent moins de problèmes, expliqua-t-il. Le ton était catégorique. En vérité, Fergus s'apprêtait à partir. Il allait tourner les talons quand la proposition de Lucius le piqua sous un jour différent. Ce qu'il lui proposait n'était pas si éloigné de ses missions habituelles. Il en demandait plus et partait du principe que l'ex officier turien gardait une liste d'ennemis sous le coude : c'était une vision assez simpliste.

"Ça pourrait marcher autrement... embauchez-moi, mais dans les règles. Donnez moi une cible, une station à capturer et je m'en chargerai. Qui et quid, ce que vous en ferez, tout ça, ça ne me regarde pas."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Avalanche touristique [LIBRE]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Avalanche touristique [LIBRE]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Fort-Liberté, une potentialité touristique
» Obama en chute libre ...
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» Les enjeux de l’industrie touristique haïtienne
» JEAN JUSTE LIBRE HEUREUX ! JACQUES ROCHE EST MORT POU JE'L !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mass Effect RPG :: « La Grande Voie Lactée. » :: ◄ Systèmes Terminus :: ◄ Nébuleuse d'Oméga (OMÉGA). :: ◄ Sahrabarik. :: ◄ Oméga.-
Sauter vers: