Mass Effect RPG

Mass Effect RPG


 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesBioware-RPGS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Journal de Bord de Rand Stinger

Aller en bas 
AuteurMessage
Rand Stinger

avatar

Messages : 84
Date d'inscription : 23/11/2010
Age : 27
Exprimez-vous! : Y a un monstre sur le forum !

Identité
Race: Humaine
Planète natale: Mars
Profession / rang : Soldat d'élite / N6

MessageSujet: Journal de Bord de Rand Stinger   Ven 26 Nov - 23:42

Fiche d'identification extrêmement bien protégée. Impossible à relier au réseau hors des hautes sphères de l'Alliance.

Relations : XXXX

Profil psychologique, condition physique et dossier médical : .... Fichiers corrompus, basculement vers la première page et lien supprimé pour cause de sécurité...

Ordre de missions passées :.....TU... TU....TU....... échec.... vous avez été déconnecté !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rand Stinger

avatar

Messages : 84
Date d'inscription : 23/11/2010
Age : 27
Exprimez-vous! : Y a un monstre sur le forum !

Identité
Race: Humaine
Planète natale: Mars
Profession / rang : Soldat d'élite / N6

MessageSujet: Re: Journal de Bord de Rand Stinger   Ven 26 Nov - 23:53

Souvenirs de missions :

Cible : Alexeï Asteltoft, trafiquant d'arme humain de l'espace concilien, jugé comme cible à abattre par l'Alliance.

Engagement des corsaires pour cette mission.

Année 2180

Partie 1



Il pleuvait des cordes, foutue journée pour accueillir le commando en civil ce jour là. Rand Stinger, le plus jeune de sa compagnie de corsaires, semblait le seul que ça ennuyait. Le commandant et les autres semblaient s'en soucier comme d'une guigne... Ou alors ils jouaient admirablement la comédie. Deux taxis vides s'affranchirent de la zonde de circulation unidirectionnel pour s'arrimer posément à leur côté.

Chacun des humains occupa tranquillement une place avec ses bagages. Une fois la destination acquise, les deux voitures démarrèrent dans un silence presque inquiétant. Le temps pour Alexeï Asteltoft était compté, l'opération aurait lieu ce soir. Mais d'abord route vers un bar, ils devaient y faire la rencontre de leur indic. Un galarien, un courtier de renom à qui l'alliance avait graissé la patte en échange d'informations précieuses. Et précieuses elles le furent assurément. Elles avaient mené droit à la hacienda du contrebandier tant recherché, un mafieux russe originaire de la lune, l'un des plus célèbres trafiquants d'armes indépendant de l'espace concilien.

Un humain qui alors qu'il prenait son essor de manière fulgurante dans les années 2170, s'était mis à vendre ses services aux plus nécessiteux, aux plus offrants, à des coûts défiant toute conccurence. Combien de mondes en conflits cet enfoiré avaient-ils renfloués en armes ? Beaucoup au vu de sa richesse colossale. L'Alliance avait toujours fermé les yeux sur ses agissements ces dernières années, jugeant non sans calcul que celui-ci pourrait à terme servir ses nombreux desseins, notamment en cas de guerre avec les turiens. Cet homme, même s'il était rester rigoureusement dans une logique de business, avait d'ailleurs permis à plusieurs colonies humaines de s'armer face aux tentatives répétées des pirates. Ainsi, plusieurs fois, comme nombre de syndicats et barons du crimes humains, il avait été approché, testé, voir s'il pouvait contribuer de manière plus importante à des buts communs au nom des intérêts de leur espèce..

Mais ce fut une fin de non recevoir à chaque fois venant de lui. Asteltoft ne voulait rien moins que mêler affaires et politiques. Alors le poisson avait été noyé sans autre forme de procès. Jusqu'à aujourd'hui l'Alliance lui avait lâché la grappe, le regard tourné ailleurs malgré ses méfaits de plus en plus outrageants.

Jusqu'au jour où il se fourvoya, commit l'acte de trop, pêcha par hérésie. Alexeï déconna et se mit à vendre des armes aux butariens, alors en conflit larvé avec l'humanité dans la bordure skylienne et la travée de l'attique. Clairement il avait servi les intérêts de l'ennemi. Son immoralité et son cynisme avaient fini par dépasser les limites du raisonnable. Devenu encombrant et même dangereux, l'Ambassadeur Udina, avait alors autorisé secrètement la demande faite par l'Armée de l'assassiner.

Ce poltron de politicien refusant cependant d'impliquer politiquement l'Alliance dans cette affaire ou de l'assumer, on fit appel aux corsaires affilés étroitement à l'Alliance, mais officiellement indépendants et sans aucun liens. A eux de jouer donc, telle la raison de leur présence ici. Mais si la mission capotait, la compagnie serait seule à en subir les conséquences, livrée à elle même. Tel était le prix de leur audace, de leur loyauté, de leur convictions. Chacun était conscient des risques et des enjeux qui se jouaient.

Ils parvinrent finalement au lieu de rendez-vous, à l'intérieur d'un bar uppé. Heureusement, Alexeï avait choisi une planète ou les humains étaient nombreux. Cela leur permettait d'être incognito par ici. Un galarien, empressé, les accosta aussitôt. Rand savait qu'il s'agissait de leur intermédiaire. Le commandant sans round d'observation car l'heure tournait, lui serra la main et passa directement aux choses sérieuses..

Vous avez ce qu'on souhaite ?
Celui-ci hocha la tête et lui transmit discrètement un datapad, que le militaire prit soin de détailler scrupuleusement en silence.

Asteltoft sera là-bas, à cet endroit où il se prélasse actuellement avec sa pute asari. Selon mes sources à l'intérieur, peu de civils s'y trouvent.


Le commandant Shanks releva la tête. Nous devons abattre Asteltoft, c'est tout ce qui entre en compte dans nos objectifs.

Oui bien sûr.
sourit son interlocuteur, qui comprenait parfaitement ce qu'il lui était implicitement signifié. Je souhaitais simplement que les choses soient claires, commandant. Bien, votre vaisseau devra faire diversion en attaquant le spatioport qui jouxte son hacienda. Pendant que ses mercenaires auront la tête tourné vers ce puissant leurre, vous pourrez entrer par l'arrière de la maison grâce à l'itinéraire que je vous ai fourni dans ce datapad. Asteltoft ne possède pas de drones, il s'en méfie, une bonne nouvelle pour vous. Une fois passée l'enceinte, traversez le garage, il vous mènera droit à son petit palace. Face à un commando ils ne sont pas préparés. vous devriez pouvoir vous en sortir.

Ok.


Voici la planque que je vous ai trouvé tout près. Restez y jusqu'à l'heure venue de votre opération ! Bonne chance soldats !


Merci à vous camarade.
termina le commandant Shanks, en lui transmettant une valise remplie de crédits. Le galarien sourit à nouveau, tout en serrant amoureusement sa nouvelle richesse contre sa poitrine.

Je suis ravi d'avoir pu vous aider. Au plaisir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rand Stinger

avatar

Messages : 84
Date d'inscription : 23/11/2010
Age : 27
Exprimez-vous! : Y a un monstre sur le forum !

Identité
Race: Humaine
Planète natale: Mars
Profession / rang : Soldat d'élite / N6

MessageSujet: Re: Journal de Bord de Rand Stinger   Dim 28 Nov - 21:05

Partie 2

L'heure était venue, l'opération débutait. Surgi des nuées gazeuses dans le ciel, un éclair métallique et terne. La frégate corsaire de l'Alliance, l'SS Ravageur fondait droit sur le spatioport qui jouxtait la luxuriante hacienda privée de la cible. Sans attendre, ses canons à ses baies ventrales pointèrent leur nez dehors et s'ouvrirent sans avertissement, crachant leur jets mortels d'une rage sans commune mesure. Un torrent de feu recouvra bientôt le sol frappé durement. En moins d'une minute la vaste base soumise au feu s'était transformé en enfer. Le ton était donné, et les premières réactions défensives ne se firent pas à attendre. Des tourelles anti-aériennes automatiques répondirent avec autant de hargne à l'ennemi pendant qu'une assourdissante alarme vociférait dans toute la zone, et prévenait les mercenaires de l'intrusion soudaine aussi subtile qu'un coups de pieds balancé dans une porte.

Ravageur à commando, c'est à vous de jouer !
siffla l'oreillette du commandant. La suite des mots fut engloutie par l'immense explosion qui avait touché un dépôt au loin, près du petit spatioport personnel d'Alexeï Asteltoft.

Compris Ravageur ! On se réveille !
Rand, tout comme les cinq autres sur l'enceinte d'un avant-poste qu'ils avaient tout juste conquis sans difficulté, n'avait pas attendu l'ordre de Shanks pour se mettre en ordre de bataille et s'élancer comme une gazelle à sa suite. Discrètement et sans faire de vagues, ils dévalèrent ainsi la pente abrupte qui les séparait de la zone de contact, et foncèrent vers le premier bâtiment que l'ennemi avait normalement déserté en nombre pour un danger plus visible.

Après une course rapide, le commando atteignit sans encombre l'abri de la fortune qu'offrait l'angle du garage couvert. Même pas besoin d'user de mesures électroniques à l'entrée, la porte n'était pas verrouillée. A l'intérieur de ce côté ci, personne, ou presque. Un humain paniqué qui s'apparentait à sa vêture à un simple mécanicien, s'époumonait de vive voix dans sa radio. Etait-il en contact en ce moment avec l'ennemi ? Peu probable, mais aucun risques à prendre. A régler en silence, et sans coups de feu. De toute façon, sans armures, dénudé d'armes, il ne posait pas le moindre problème. Shanks ordonna d'un geste codé de la main à Stinger de s'en occuper sans le tuer.

Celui-ci, contrôlant sa respiration, se rua prestement sur sa cible qui se retournait soudain, alerté par les pas précipités mais feutrés derrière lui. Pas un cri sorti de sa gorge, aucune résistance offerte, pas une chance. Le corsaire l'avait évincé d'une pichenette à la force de la crosse de son arme sur sa figure démontée. Une férocité qui s'expliquait par le temps limité du commando pour agir, mais surtout parce que les corsaires ne souhaitaient surtout pas laisser de gêneurs derrière eux, ou alors ils pourraient leur en coûter fortement. L'humain groggy et peut être le nez cassé, dormirait bien toute la soirée ... Mais c'était déjà mieux qu'être mort...

Libéré de cet insecte en travers de leur chemin, les soldats partirent de nouveau au galop, se cachant, surgissant de couverts en couverts, se faufilant de pièces en pièces en tapinois. Au fur et à mesure de leur marche forcée à l'extrême, sous pression, ils approchaient de plus en plus de l'ennemi. Plus loin, les mercenaires, humains et turiens pour la plupart, en armes et en armures, couraient en direction du spatioport attaqué, des makos au son grondant et lourdement équipés engagés à leur côtés. Advint finalement ce qu'ils redoutaient, ce qui devait arriver. Repéré par les capteurs thermiques, trois mercenaires subitement à l'arrêt se retournèrent vivement , leur armes braqués en avant bien qu'imprécisément, vu qu'ils ne savaient pas exactement quelle était leur position.

Contact !
signifia à haute voix le commandant Shanks, autorisant le feu sur l'ennemi, le premier groupe se frayant un chemin à droite, et le second à gauche pour l'encercler. Ayant l'initiative, le commando fit feu le premier. Les tirs en rafales retentirent, à répétition, accompagnés de crépitements. L'ennemi foudroyé, surpassé en nombre, piégé par des tirs précis de tous les côtés, vit très vite ses boucliers suffoqués, son armure se déchiqueter. Un vrai massacre ! Quelques secondes plus tard, les mercenaires se retrouvaient au sol, pris de spasmes nerveux, leur corps fustigés de balles.

Allez on continue.
Lança Shanks à la cantonade d'un ton serein, s'assurant d'une prudence professionnel tout en s'approchant lentement que les cadavres au sol étaient bien des cadavres... Rand, heureux que la mission se déroule sans accrocs pour le moment, le suivit de près aux côtés des autres. La direction que pointait leur omnitech qui avait intégré l'itinéraire offert par l'indic galarien et qu'ils suivaient fidèlement, les menèrent finalement hors du périmètre du garage, sur un chemin rocailleux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rand Stinger

avatar

Messages : 84
Date d'inscription : 23/11/2010
Age : 27
Exprimez-vous! : Y a un monstre sur le forum !

Identité
Race: Humaine
Planète natale: Mars
Profession / rang : Soldat d'élite / N6

MessageSujet: Re: Journal de Bord de Rand Stinger   Mar 30 Nov - 15:03

Partie 3

Sur le sentier de roches et de boue, personne. L'avenue infestée d'embranchements était déserte, curieux endroit pour imposer une luxueuse maison au sein d'un environnement naturel plus qu'indomptable. Alexeï avait peut être des goûts particuliers. En file indienne, Shanks ouvrait la marche, écartant les cailloux de son pied frontale, repoussant les hautes herbes du bout du canon de son fusil d'assaut. Sharp le " géant aux muscles d'aciers " et Stinger le " benjamin aux joues roses " selon les termes goguenard de l'unité, formaient l'arrière garde, changeant de position à intervalles réguliers pour se protéger mutuellement. Au pas de course, le commando se dirigea vers la maison cible, les appartements privées du trafiquant d'arme, contournant et rasant les murs pour se rendre par l'entrée arrière. Comme prévu, grâce à leur contact, elle était défectueuse, surcharge du système. Et donc ouverte, mais aussi salement protégée tout de même. Ca, ça n'était pas prévu, tous les mercenaires auraient dû se rendre sur le spatioport à tirer sur la frégate comme des imbéciles, aussi insignifiants que des moustiques agressives. Le commandant avait tout juste passé la tête dans l'entrebâillement que les mercenaires qui stationnaient derrière, le repérèrent immédiatement.

Attention, des troupes ennemis dans la zone !
cria l'un des mercenaires. Heureusement Shanks averti avait déjà retiré sa petite tête précieuse, vivement plaquée derrière la porte qu'il avait refermé d'une poussée forte de la main pour se protéger des balles. Le combat prenait de l'ampleur soudaine, il était entrain de s'étendre à toute la hacienda. Désormais l'ennemi était au courant de leur présence hostile, et donc de leur but. Ils allaient sans doute tenter d'exfiltrer leur bailleur de fonds vers des lieux sécurisés, mais encore fallait-il qu'ils contrôlent cette pièce centrale, et sécurisent leur spatioport ...

Fusils à pompe les gars et sortez vos grenades. Tirez sur tout ce qui bouge, civils ou pas !
Le fusil d'assaut n'avait été qu'une mise en bouche, leur opposants allaient devoir affronter tout un commando armé de fusils à pompe de dernier cri. En avant ! Cette fois Shanks suivi par ses soldats déboula pour de bon dans la maison, et pendant que le métal hurlait sur les boucliers cinétiques, se répercutaient sur leur armures, ils se déployèrent stratégiquement en un demi-arc de cercle, et balancèrent chacun plusieurs disques de grenades explosives sur l'ennemi le plus proche. Cela fit son effet, des bruits de pas précipités en arrière, des détonations en cascades puis des cris. Le commando passa fiévreusement à l'offensive, et fit un carnage au corps à corps avec leur fusils à pompe face aux mercenaires assourdis. L' échauffourée prit rapidement fin. On acheva ceux qui étaient agonisants sur le sol et une fois tous morts dans la grande pièce, le capitaine siffla dans son oreillette : Allez vite, à l'étage. Asteltoft est là haut !

Pas le temps de souffler, le commando rechargeant ses armes, se rua vers les escaliers. De l'autre côté, à l'extrémité opposée du couloir où ils étaient parvenus, des nouveaux pas de bottes militaire se firent entendre. Shanks fit un signe codé de la main à ses hommes et chacun fonça vers le couvert le plus proche, Stinger achoppant derrière une bibliothèque qu'il renversa en barricade devant lui. Les deux groupes hostiles à la rencontre se fustigèrent alors et des balles à haute vélocité fusèrent de toute part. Les coups de feu s'intensifièrent mais les mercenaires étaient un à un réduits au silence. Des voix dépitées dans leur rangs se joignirent au vacarme face à l'implacable efficacité de l'ennemi. La défense était presque éradiquée quand deux mercenaires surgirent de derrière une porte au fond du couloir, et pointèrent de lourd canons. Stinger la sentit mal cette fois-ci, on leur réservait une mauvaise surprise. Ainsi d'autres sons s'ajoutèrent aux rafales, un grondement sourd, presque rauque. Ce type de bruit que le corsaire reconnut aisément était produit par une arme balistique légère, un lance-missile.

LANCES-MISSILES !
A peine Rand avait-il crié ces mots, qu'une lourde explosion touchant la bibliothèque derrière laquelle il se trouvait, se produisit. Sans attendre, le coeur battant, il plongea à terre pour éviter les brisures de bois qui éclataient en morceaux volants autour de lui. Et réactif il détala immédiatement vers un autre couvert, le le plus proche. D'autres claquements secs de missiles propulsés à vitesse supersonique lui répondit. Heureusement, les tirs étaient aléatoires, imparfaits. Malgré tout, face à la menace, la voix du commandant Shanks, qui continuait d'avancer inexorablement, gardait un ton serein.

Scaft occupe toi de ces fumiers. On a pas le temps de faire joujou avec cette racaille.


J' m' en occupe patron.
Le spécialiste de la tech, activa quelques touches sur son omni-tech, puis quelques secondes plus tard, les armes des deux derniers opposants ne produisirent plus qu'une série de sons mouillés.. C'est bon, j'ai désactivé leur armes durant quelques secondes. Foncez. Stinger se relevant avec promptitude, fut le premier à suivre cette consigne. Il voulait faire payer à ces deux abrutis la peur bleue qu'ils avaient insinué en lui. Fondant sur l'un d'eux d'une agressivité osée alors que ce dernier tentait de sortir une autre arme, il lui explosa le buste d'une dizaine de balles de fusil à pompe, grosses comme des boulons. Un carton. Aucune armure n'aurait pu résister face à un tel acharnement. L'autre artificier était mort depuis belle lurette, abattu par le reste du commando qui avait rejoint la porte au fond du couloir.

Stinger arrêtes de jouer aux cons et rejoins nous. C'est pas fini. Merde, la porte est verrouillée. Scaft, charges toi de ça.


Commandant, les capteurs thermiques montrent qu'une foule d'ennemis nous attend de pied ferme derrière cette porte.


Mon omnitech signale un autre couloir parallèle à celui-ci, qu'ils n'ont certainement pas eu le temps de barricader sous l'éclair de notre attaque. Mais il faudrait le temps de l'atteindre à l'horizontale sans se faire flinguer. Si un groupe l'utilisait, on pourrait les prendre en étau.


Ok, Sharp, Stinger et Hawk, vous y allez ! On vous couvrira avec nos lances-grenades pour effrayer l'ennemi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rand Stinger

avatar

Messages : 84
Date d'inscription : 23/11/2010
Age : 27
Exprimez-vous! : Y a un monstre sur le forum !

Identité
Race: Humaine
Planète natale: Mars
Profession / rang : Soldat d'élite / N6

MessageSujet: Re: Journal de Bord de Rand Stinger   Jeu 3 Fév - 20:45

Dernière partie.

Le plan tactique fut exécuté à la lettre, et sous un feu nourri de grenades et de tirs, le premier groupe avait foncé comme prévu dans un couloir adjacent, puis remonté un autre parallèle à la position ennemie, pour se retrouver sur les arrières des hommes. L'obscurité, le brouillage des capteurs et la discrétion furent leur alliés, la boucherie qui suivit, leur oeuvre. Les cibles concentrés sur le second groupe ne vit pas l'avant-garde du commando débarquer dans leur dos, et les hacher en menues viandes. Plus aucun d'entre eux debout, ceux qui se mouvaient blessés au sol, étaient impitoyablement abattus, un à un, l'un après l'autre. Les grenades cessèrent de pleuvoir, le silence embrûmé d'incertitudes ne tint pas longtemps.

Groupe 1 ok !


Groupe 2 ok !


Alors en route !
acheva Shanks suivi du reste de son groupe, qui avait foncé rejoindre les autres à l'autre bout du couloir libéré.

La cible est droit devant chef !
hurla Scaft à la cantonade, ses yeux ne quittant pas son omnitech. Le commando au pas de course entreprit donc de traverser la dernière ligne droit, atterrissant d'abord sur une salle intermédiaire servant de petit salon, où des hommes armées de lances missiles, tentaient d'abattre pitoyablement la frégate corsaire avec leur joujous. Ils offraient leur dos, sans armures, des cibles idéales. Quelques secondes plus tard, ils étaient éradiqués. La zone était nettoyée dans ce secteur.

Sharp, Hawk, surveillez la sortie, les autres devant la porte, on ne sait pas ce qui va nous tomber dessus derrière. On y est, Alexei est là-dedans, préparez-vous.


Rand posa un genoux au sol, le front ruisselant, son fusil braqué sur la porte, à l'exemple de ses camarades, pendant que Scaft se débrouillait pour déverrouiller la porte.

La porte s'ouvrit enfin, brusquement, et comme anticipé une chose furieuse déboula sur eux.

KROGAN !
hurla Rand d'une voix tendue... Patatra, patatra, patatra !

Les balles des fusils d'assauts furent crachés d'une précision hallucinante et malgré tout ce qu'il reçut en pleine face, sur son corps perforé, sanguignolent, l'incroyable Krogan put arriver jusqu'à l'un d'entre eux, et put l'attraper de ses mains écaillées, massives.

NOOOOON !
hurla Scaft qui tentait de se dégager de la poigne du monstre, tandis que Rand continuait de tirer à reculons, comme le reste du commando, complètement paniqué par la résistance folle du Krogan face aux balles qui le traversaient.

TIREZ, TIREZ BANDE D'ABRUTIS !
s'époumona Shanks, mais trop tard, avant de s'écraser au sol vaincu, le Krogan avait brisé la nuque de l'ingénieur raid mort.

Et merde...


Là-dessus, le trafiquant d'arme torse nu, suivi d'un autre homme à demi-nu, apparemment son amant, fit son apparition, abasourdi, chamboulé, terrifié devant le commando. Apparemment Alexei avait subi l'attaque en pleine...histoire de cajolements...

J'me rends, tirez pas.
lança t-il calmement en levant les mains bien haut, et en s'agenouillant, l'autre homme suivant son exemple. Regardez, je lève mes mains en l'air.

Chaque fusil d'assaut fut braqué sur lui et son amant, et pour toute réponse, les deux cibles se prirent une pluie de balles dans la tête, leur cerveaux sortis de leur boîtes crâniennes par l'arrière.

Cible atteinte !
indiqua froidement et surtout inutilement Rand, comme si cependant ça lui procurait un certain plaisir, un petit réconfort de l'annoncer, et pouvait diminuer le sentiment de culpabilité par rapport à Scaft qu'il n'avait pas pu sauver malgré tous ses efforts. Shanks, semblait bien plus imperturbable, et bien moins affecté que lui, d'une voix neutre, il s'adressa à son émetteur.

Ravageur, venez nous récupérer en urgence !


Commando, temps estimé 7 minutes, dirigez-vous au point de rendez vous !


Reçu Ravageur, on y va les gars !


Et pour Scaft ? On peut pas le...


Il est mort Stinger, nous, nous sommes vivants. Concentrez vous soldats, c'est pas fini !


Ravageur à commandos sortez de là, le site va être bombardé dans deux minutes !


Compris !


Fin du rapport de mission.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Journal de Bord de Rand Stinger   

Revenir en haut Aller en bas
 
Journal de Bord de Rand Stinger
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mass Effect RPG :: « La Chatbox. » :: ◄ Archives informatisées.-
Sauter vers: