Mass Effect RPG

Mass Effect RPG


 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesBioware-RPGS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Ici, pas besoin de papiers !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Helena Jordun

avatar

Messages : 100
Date d'inscription : 09/03/2011

Identité
Race: Humain
Planète natale: Terre
Profession / rang : Mercenaire

MessageSujet: Ici, pas besoin de papiers !   Lun 14 Mar - 11:35

Nom du RP : Ici, pas besoin de papiers ! (suite de : Papiers du véhicule, s'il vous plait !)
Statut : Privé avec Miroslav Zakhov.
En attente de : Aucun membre

**********

Oméga... L'un des coins les plus pourris de la galaxie si vous voulez mon avis. Ici, pas besoin de Geths ou d'un quelconque Saren pour être en permanent danger de mort. Un regard de trop, une parole mal placée et on retrouve ton cadavre dans une vide-ordure.

J'adore cet endroit.


"Très bien Mrioslav. On arrive à Oméga. J'ai une planque là-bas ou on pourra se reposer un peu. Et prendre une fichue de douche aussi !"


Mon Hercules traverse la ceinture d'astéroïde entourant la station et je me pose dans un endroit discret.

"Allez, on descend. Ne fais pas de vagues ici. Si tu te mets dans la merde, je viendrai pas t'aider."

Mon avertissement vaut conseil. Un conseil que je m'applique à moi-même. Ici, tout le monde se fout de savoir qui vous êtes... Un endroit parfait pour disparaitre et se faire oublier. Mais gare aux fauteurs de troubles : les conflits se règlent à coups de flingues, pas par la discussion. Et franchement, je n'ai aucune envie de me mettre l'un des puissants gangs du coin à dos. D'ailleurs sitôt que Miroslav est descendue et que mon chasseur soit verrouillé, un Turien imposant se pointe accompagné d'un Butarien et d'un autre Turien.


"Taxe d'accostage.", lâche-t'il d'une voix rauque en nous jaugeant du regard.

Les deux aliens derrière lui nous observent également, inspectant nonchalamment leur fusil. Le message est assez : "Payes, ou dégages." Je me fend d'un sourire léger devant le Turien...


"Tiens, voilà. Et un petit supplément... si vous pouviez passer un peu plus souvent dans le coin pour voir ce qu'il se passe...

- Nous verrons. Tu peux circuler avec ton compagnon, Humaine."

Je file sans demander mon reste... Avec le petit supplément gracieusement offert, je sais que les brutes des docks laisseront mon vaisseau tranquille. Pour un temps au moins. Accompagnée de Mrioslav, nous traversons les ruelles d'Oméga rapidement. Je vois bien qu'il est intrigué par les les lieux mais pas le temps de jouer aux touristes.

"On traine pas. Fais comme si tu connaissais les lieux parfaitement. Mais ne te montres pas trop arrogant.", lui murmurais-je.

C'est la meilleure façon de ne pas se faire plumer... Les rues sont dangereuses sur Oméga, encore plus quand on a clairement l'attitude d'un étranger naïf ou d'un bon samaritain. Heureusement, je ne suis ni l'une ni l'autre. On arrive enfin à ma planque, un appartement modeste dans les bas-quartiers. En arrivant, je dégage les deux Vortchas qui squattent mon entrée. Hausser le ton et exhiber un gros calibre suffit. Enfin, la plupart du temps. Une fois à l'intérieur, je verrouille la porte.

C'est un lieu de vie tout simple : une grande pièce avec un canapé-lit, un autre pièce avec une cambuse, et enfin une salle d'eau. A notre arrivée, la télévision s'allume et diffuse les dernières information de l'Extranet. Un reportage quelconque sur le Destiny Ascension et la croisière de ce cuirassé dans les systèmes de l'espace concilien.


"Grand bien leur fasse d'exhiber leur muscles... on aurait mieux fait de le laisser sauter lors du massacre de la Citadelle..."

Passablement agacée, j'étais la télévision et me tourne vers mon invité.

"Bon alors bienvenue dans ma planque. Je vais prendre une douche. Y a de quoi grignoter un peu dans le frigo, là. Ne touches à rien et n'ouvres à personne. Je serai pas longue...", dis-je d'une voix fatiguée.

Bordel, ça faisait presque 36 heures que j'étais debout... Malgré toute ma vigueur, je commençais à être à plat. Je laisse là le Russe, au milieu de mon salon et des vieilles caisses de munitions qui font office de mobilier. D'ailleurs, certaines ne sont pas vides. Il faudra que je songe à lui dire qu'il a le cul posé sur une caisse de grenades... Je quitte ma combinaison de combat et entre sous la douche. L'eau est brulante...


*Helena, franchement... qu'est-ce que tu fous ?*


J'aurai sans doute mieux fait de balancer le caporal Zakhov dans l'espace. Ouais, surement. Les choses seraient... plus simples.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miroslav Zakhov

avatar

Messages : 31
Date d'inscription : 20/02/2011
Age : 23

Identité
Race: Humain
Planète natale: Base Armstrong, Séléné
Profession / rang : Caporal dans l'Alliance Interstellaire

MessageSujet: Re: Ici, pas besoin de papiers !   Dim 20 Mar - 0:52

OG : Désolé, j’avais pas le temps de RP en semaine^^

IG :

Le vaisseau déclencha son système subluminique une fois arrivé au relais d’Oméga. La station éponyme, Oméga, était connue dans les systèmes Terminus pour abriter les pires salopards de la Galaxie : criminels, rebuts de la société… Tout était représente pour faire de cet endroit le paradis des pourris et l’enfer des gens honnêtes. Toutes les races étaient représentées dans ce trou à rats : humains, turiens, butariens, asaris, vortchas, drells, hanaris, volus… Il y avait de tout, et tous vivaient en « cohabitation ». Cohabitation, avec fusillades et d’autres distractions en tous genres, s’entend.

Une fois la station-astéroïde en visuel, la jeune mercenaire humaine que Miroslav accompagnait daigna enfin parler.


"Très bien, Miroslav. On arrive à Oméga. J’ai une planque là-bas où on pourra se reposer un peu. Et aussi prendre une fichue douche, aussi !"

La jeune femme semblait exténuée. Ca tombe bien, le caporal de l’Alliance en avait lui aussi ras le bol de cette journée. Il ne s’en rendait pas bien compte, mais il venait de tout perdre : son vaisseau, ses amis, voire même son identité si on le considérait comme mort. Il n’existait plus, il n’était qu’une ombre parmi les autres. Certains soldats de l’Alliance aiment raconter que lorsque certains soldats disparaissaient, le fait qu’ils soient morts sur le papier leur permettait de pouvoir changer de vie. Certains devenaient mercenaires, d’autres contrebandiers… Miroslav avait l’occasion de changer de vie.

Le chasseur lourd d’Helena se posa délicatement dans un coin tranquille de la station après avoir astucieusement évité les plusieurs astéroïdes qui gravitaient au même titre qu’Oméga dans la grande ceinture d’astéroïdes. La jeune femme se tourna vers le caporal Zakhov et s’adressa à lui avant de descendre du vaisseau.


"Allez, on descend. Ne fais pas de vagues ici. Si tu te mets dans la merde, j’viendrai pas t’aider."


"Tu parles. J’ai une armure de l’Alliance, et je dois passer inaperçu ? T’as vraiment de belles idées, toi."


Les deux humains descendirent du vaisseau après que les systèmes primaires de celui-ci s’éteignirent. L’atmosphère était plutôt sinistre, et on pouvait de nombreuses personnes traînant dans la rue, de tous horizons et de toutes races. Mais aucun de ces individus ne faisait de choses qui n’étaient pas répréhensibles. Certains de droguaient, d’autres étaient complètement déchirées en chantant et en balançant une bouteille de Ryncol vide sur le sol… Alors que le jeune caporal regardaient les alentours, deux Turiens et un Butarien arrivèrent vers la jeune femme en réclamant une taxe d’accostage. Alors que Miroslav pensait qu’elle allait buter ces jeunes aliens, elle n’en fit rien et accéda même à leur demande, et avec un « supplément » en plus ! Pour une femme qui se vantait d’être indépendante et libre, on pouvait facilement lui marcher sur les pieds. Trois coups de feu auraient suffi pour calmer ces trois zigotos.

Puis les deux humains commencèrent à marcher à travers les rues de la station. Des restaurants peu salubres, des night-clubs où l’on entre sobre pour ressortir complètement défoncé, des bars, des bordels. C’est donc ça, la vie sur Oméga ? Sex, Drug and Rock N’ Roll ? La vie de Miroslav relevait plus du « Patrouille, Inspection et 50 pompes ». Enfin bon, il ne comptait pas non plus rester indéfiniment sur Oméga, juste le temps de retrouver ce gang butariens, les buter, récupérer le SSV Princeton et rentrer sur Terre à temps pour recevoir une médaille. Mais là, c’était pas le temps de penser. C’était surtout le temps de baisser les yeux, ne pas chercher les emmerdes et arriver vivant à l’appartement d’Helena.

Après quelques longues minutes de marche à travers les rues d’Oméga, ils arrivèrent à l’appartement de la jeune mercenaire. Plutôt spacieux, mais mal rangé et empreint de l’odeur de la station, l’odeur de cette vie dangereuse et indécise. Alors que la télévision holographique s’allumait et que l’image diffusait le reportage sur la tournée galactique du Destiny Ascension, Helena s’indigna que beaucoup de vies humaines furent sacrifiées pour sauver le Conseil au bord dudit vaisseau. Miroslav pensait autrement, mais il n’avait pas envie de se prendre la tête. Il était trop fatigué pour ça. Elle éteignit la télévision et s’adressa au caporal.

"Bon, alors bienvenue dans ma planque. Je vais prendre une douche. Y a de quoi grignoter un peu dans le frigo, là-bas. Ne touche à rien et n’ouvre à personne, je serai pas longue."

"Ouais, ouais…"

La jeune femme partit dans la salle de bains et la verrouilla derrière elle. Quant à « Micha », il décida d’inspecter l‘appartement, malgré les ordres d’Helena. Il commença à ouvrir un tiroir, puis deux. Puis il tomba tout à coup sur une insigne de l’Alliance. Alors comme ça, c’était une ancienne militaire ? Le caporal humain s’en doutait, vu le ton qu’elle avait pris à propos du reportage à la télé. Il la reposa délicatement et ferma le tiroir. Puis il décida d’ôter son armure. Puis son t-shirt. Sur son torse, on pouvait remarquer deux choses : sur le pectoral droit, une cicatrice causé par un éclat de missile lors du raid butarien. Il était plus fier de cette cicatrice que ses médailles. Puis, sur son épaule gauche, un tatouage : Mad. Ce mot, signifiant « fou » en Anglais, était un tatouage qui avait été adopté par toute l’unité de Miroslav lorsqu’il était sur le Tokyo. C’était le nom de code que ce donnait chaque soldat sur le champ de bataille. Zakhov était « Mad », et d’autres se faisaient nommer « Sick », « Insane », « Ka-Boom », « Eye », etc… Mais même en dehors du champ de bataille, ils se nommaient ainsi, à tel point qu’ils ne se connaissaient que sous ce nom.

Le caporal humain s’affala sur le canapé puis s’alluma une cigarette tout en regardant le plafond, avant de porter un œil à son armure. Il allait vraiment avoir besoin de changer de vêtements…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Helena Jordun

avatar

Messages : 100
Date d'inscription : 09/03/2011

Identité
Race: Humain
Planète natale: Terre
Profession / rang : Mercenaire

MessageSujet: Re: Ici, pas besoin de papiers !   Dim 20 Mar - 1:45

Spoiler:
 

L'eau ruisselle sur mon corps... brulante, apaisante... Bordel, qu'est-ce qui m'a pris de ramener un type comme Miroslav ici, dans mon appartement qui plus est !? Enfin... trop tard pour les regrets. Je coupe l'eau, me sèche et m'habille. Un simple mini-short et un débardeur sport feront l'affaire... De toutes manières, je n'ai pas l'intention de rester éveillée encore longtemps. Je tiens à peine debout...

Je m'apprête à le rejoindre quand une hésitation me saisit... et s'il décide de m'éliminer ? Passé le moment de surprise, je suis bien consciente que je ne ferai pas le poids.


*Tu penses trop ma vieille... s'il avait voulu, il t'aurait fait sauter la cervelle sur le Princeton.*

Je rejoins le salon, masquant mon trouble passager. Dans ma planque, hors de questions de montrer la moindre faiblesse. Machinalement, le russe se retourne et je ne me cache pas de le détailler sous toutes les coutures. D'ailleurs, je pense bien que lui-même ne doit pas s'en priver ! Je m'adosse nonchalamment contre le mur, un léger sourire aux lèvres.

"La dernière fois qu'un homme s'est trouvé comme ça sur mon canapé, on n'a pas fermé l'oeil de la nuit..."
, dis-je d'une voix rêveuse et tentatrice.

Jusqu'où peut-il bien aller ? Et que pense-t'il vraiment ? Je m'approche de lui et m'assois à ses côté, saisit le paquet de clopes, l'inspecte un instant puis le repose sans en prendre. Non, pas envie de fumer...

"Belle cicatrice et joli tatouage... Ok Miroslav, je sais comment fonctionnent les soldats de l'Alliance donc je ne me fais pas d'illusions, tu as fais le tour du propriétaire. Je ne sais pas si tu as trouvé des trucs intéressants et à vrai dire, je m'en fous."

Je tend le bras pour attraper une bière fraiche... Parler me donne soif.

"je suis complétement claquée alors je vais dormir. Au cas où te débarrasser de moi te tenterait, saches que si tu le fais, tu hériteras de toutes mes emmerdes, y compris et surtout mes dettes. Ceci étant dit, on pourra rechercher ensuite les Butariens...", j'étouffe un bâillement. "J'ai aussi un compte à régler avec eux... Il nous faudra des infos, je sais à qui demander ça. Mais en attendant..."

Je me penche au-dessus de Miroslav.... et récupère une couverture posée là. Une fois emmitouflée dedans, je me recroqueville sur moi-même. L'avantage de passer du temps dans un chasseur, c'est qu'on prend l'habitude de ne plus dormir exclusivement couché !

"Je dors ! Et ne t'avises pas de laisser trainer tes mains...", dis-je d'une voix... amusée.


Citation :
Bon c'est moyen :/ Si tu as des remarques, hésites pas Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miroslav Zakhov

avatar

Messages : 31
Date d'inscription : 20/02/2011
Age : 23

Identité
Race: Humain
Planète natale: Base Armstrong, Séléné
Profession / rang : Caporal dans l'Alliance Interstellaire

MessageSujet: Re: Ici, pas besoin de papiers !   Dim 20 Mar - 2:56

La jeune femme sortit de la salle de main en tenue plutôt légère. Le regard du soldat humain se posa sur les formes plutôt généreuses de la mercenaire, mais très vite son regard repartit dans le vide. Il pensait, pensait et repensait. À tout, à rien, à aujourd’hui, à hier, à demain. Jamais il ne pourrait dormir comme ça, il devait arrêter de s’exploser la tête à essayer de répondre à des questions qui de toute évidence n’avaient aucune réponse.

Miroslav savait pertinemment qu’Helena avait sa part de responsabilités dans la capture de la frégate. Mais malgré cela, le soldat n’arrivait pas à lui en vouloir, et il avait trop besoin d’elle pour le moment, il avait besoin d’elle pour retrouver ces butariens et pour les buter. Mais il songeait sérieusement à l’arrêter après. C’était une criminelle, après tout, et les criminels dans l’espace concilien doivent être arrêtés, c’est la Loi, et la Loi prime sur tout. Mais pour l’instant, elle n’avait rien à craindre. Il ne lui fera pas de mal tant qu’elle n’essaiera pas de lui en faire.

Zakhov tira une dernière bouffée de sa cigarette avant de l’écraser dans un cendrier traînant nonchalamment sur le sol. Il recracha la fumée dans un soupir sensuel puis ferma les yeux. Puis la jeune femme s’adossa contre le mur face à Miroslav, à côté de la télévision, avec un rictus qui ne laissait pas - il faut l’avouer - Miroslav indifférent.


« La dernière fois qu’un homme s’est trouvé comme ça sur ce canapé, on a pas fermé l’œil de la nuit… »

« Oh désolé, le soldat de l’Alliance dominateur a oublié sa cravache. »


Un humour un peu gras et vulgaire, mais néanmoins efficace à en juger du sourire de la jeune mercenaire qui s’assit à côté de Miroslav. Elle replia ses jambes nues sur le canapé puis prit le paquet de cigarettes, l’inspecta un moment avant de le jeter sur le sol. Elle avait l’air tellement fatiguée que même la nicotine ne lui donnait pas envie. Le soldat humain le ramassa puis prit une nouvelle cigarette qu’il porta à sa bouche et alluma tout en tirant une grande bouffée. Il avala la fumée puis la recracha alors qu’Helena s’apprêtait à parler.

« Belle cicatrice et joli tatouage… OK, Miroslav, je sais comment fonctionnent les soldats de l’Alliance donc je ne me fais pas d’illusions, tu as fais le tour du propriétaire. Je ne sais pas si tu as trouvé des trucs intéressants et à vrai dire, je m’en fous. »

« D’accord… Lieutenant. »


Lieutenant Helena Jordun. Ca faisait bizarre de dire ça, surtout quand on connaît son aversion pour l’Alliance et tout ce qui se rapporte au Conseil de près ou de loin. Elle prit une bière puis reprit son discours.

« Je suis complètement claquée donc je vais dormir. Au cas où te débarrasser de moi te tenterait, sache que si tu le fais, tu hériteras de toutes mes emmerdes, y compris et surtout mes dettes. Ceci étant dit, on pourra ensuite rechercher les butariens, j’ai aussi un compte à régler avec eux… Il nous faudra des infos, je sais à qui demander ça, mais en attendant… »


« Ne t’inquiète pas, beauté, je suis pas en service »
, dit le soldat humain les yeux fermés et la tête appuyé contre les coussins du canapé.

La jeune femme se pencha vers le jeune homme. Cela faisait longtemps que ce dernier n’avait pas eu de contacts aussi proches avec une femme. La dernière fois, c’était dans une boîte de nuit avant son affectation sur le Princeton, où il avait rencontré une jeune femme. Ce n’était que du sexe, certes, mais il s’était amusé et surtout détendu. Depuis son arrivé sur le vaisseau de l’Alliance, il avait entrepris une vie d’un moine chrétien. En sentant le parfum corporel d’Helena, il ne put s’empêcher d’imaginer des choses…

* - Eh, dis donc, tu l’imagines toute nue ?
- Quoi !? Oh, mais ferme donc ta gueule ! On est en mission, Miroslav, pense à autre chose !
- Mais non ! Il peut s’amuser comme ça !
- Mais tu vas te taire, oui !?
- Mais c’est pas vrai, t’es le côté gay de Miroslav, ou quoi ?
- Hé ! J’ai rien dit pour le coup de la boîte !
- C’est normal, on était bourrés !
- Mais je vais te faire fermer ta gueule, moi ! *


Un véritable conflit ‘intellectuel’ se déroulait dans les pensées de Miroslav. Finalement, il se reprit puis ne décrocha pas un mot alors que la jeune femme prenait une couverture et s’emmitoufla dedans. La mercenaire ferma doucement les yeux.


« Je dors, et ne t’avise pas de laisser traîner tes mains… »


Le soldat humain ne savait plus trop quoi penser. Elle avait dit ça d’un air amusé, qu’est-ce que ça pouvait vouloir dire ? Qu’elle voulait, qu’elle voulait pas ? Ah, quelle torture ! Il se leva sans décrocher un mot puis se coucha sur le sol avant de commencer à fermer doucement les yeux. Puis il les rouvrit lentement avant de poser son regard sur le visage serein de la jeune femme qui avait les yeux fermés. Puis finalement, il se coucha dos à Helena, histoire de ne pas être tenté de la regarder et soupira.




HJ : On pourra dire ce qu'on veut, mais de mon côté non plus c'est pas très glorieux...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Helena Jordun

avatar

Messages : 100
Date d'inscription : 09/03/2011

Identité
Race: Humain
Planète natale: Terre
Profession / rang : Mercenaire

MessageSujet: Re: Ici, pas besoin de papiers !   Dim 20 Mar - 14:09

Les heures passèrent... monotones, ennuyantes, mais nécessaires... J'avais déjà oublié la présence de Miroslav. Non plus exactement, sa présence n'était qu'un détail dans les souvenirs torturés qui remontaient à la surface. Cela faisait maintenant presque deux ans depuis la bataille de la Citadelle. Et pourtant... J'avais l'impression que c'était hier.

*** Flashback ***

"On se bouge ! Déployez-vous par paire. Visez les moteurs du navire-amiral !

- Euh chef, ils sont où les moteurs sur cette saloperie ?

- Tu tires là où ça brille !"


Les chasseurs lourds se déploient et fendent les lignes Geths se dirigeant vers Soveraign. Quel étrange nom... Je me souviens encore du cri de terreur de la première victime de mon escadron : un vétéran de multiples engagements avec les Butariens. Si j'avais su que ça ne serait pas le dernier... Les premiers missiles partent et certains parviennent à traverser le barrage défensif du mastodonte. Les charges à plasma me font l'impression de piqures de moustiques sur un éléphant. Conformément aux ordres, nous sommes infiltrés profondément dans les lignes Geths... je perds encore deux équipiers. Fais chier ! Cette fois c'est sur, je ne partirai pas tant que cette saloperie ne sera pas détruite !

Mais les ordres changent...


"A toutes les unités, la sécurité du Destiny Ascension est notre priorité."


Le contrôleur de vol égraina les nouvelles affectations...

"Quoi !? Le Warsaw ? Mais il est à l'autre bout de la Citadelle !"

La mort dans l'âme, j'emmène le reste de mon escadron vers le Warsaw. En fait d'un croiseur, il ne reste plus qu'un amas de titane transpercé. Aucunes capsules de sauvetage.

"Bon sang chez, on vient de perdre le Perugia et le Madrid coup sur coup ! On se fait expl-... arghh !"


Je viens d'en perdre un autre... Puis ça continue... L'enfer se déchaine autour de nous. La mort vient nous saisir...


******

Je me réveille en sursaut avec un cri étranglé. L'appartement est glacé, à moins que ce soit mon esprit qui divague encore. Miroslav est toujours là, couché sur le flanc, la respiration régulière et apaisante. Mon regard se pose sur son dos, ses muscles apparents.

*Je suis encore claquée... Il faut que je me le sorte de la tête !*

Je me lève et rejoint une commode, en sort un flingue et l'arme. Je m'approche du russe et alors qu'il se retourne sur le dos pour me faire face, je me pose sur lui à califourchon. Alors j'le flingue ou pas ?

"Tu m'as appelé "lieutenant" tout à l'heure, caporal... Y a plus de lieutenant qui tienne maintenant."
, dis-je en jouant avec le canon de mon arme sur son torse.

Je le maintiens au sol, bien qu'il ne fasse pas beaucoup d'efforts pour se libérer. Je me penche un peu plus en avant, mon visage s'approchant du sien.

"Je sais pas si tu te fais des idées sur moi, mais saches que je suis une âme damnée, une catin de première et que par-dessus tout, je peux pas saquer le Conseil et ses sbires..."

Mon arme se décale de son torse et se pose sur le sol... Je caresse son visage, me mordille les lèvres en hésitant quelques secondes.

"Et si on fêtait ton arrivée sur Oméga ?"

Spoiler:
 

Le jour, si on peut l'appeler comme ça, se lève. Je m'éveille, l'esprit encore perdu dans les souvenirs de la soirée... Une douche rapide et je m'habille avec une tenue un peu plus fonctionnel cette dois. Aujourd'hui, je ne prévois pas de me perdre dans les bras du premier inconnu qui passe...

"On va aller faire un tour en boite... Ouais je sais, on aurait du le faire avant, mais j'aime pas faire les choses dans l'ordre.", lui dis-je alors qu'il se lève, même si je me doute qu'il est réveillé depuis un petit moment. "Va falloir que tu caches ton insigne de l'Alliance, ça rend les gens nerveux. Ensuite, on ira voir mon contact. J'espère que tu cours vite, parce qu'il est du genre à se débiner rapidement."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miroslav Zakhov

avatar

Messages : 31
Date d'inscription : 20/02/2011
Age : 23

Identité
Race: Humain
Planète natale: Base Armstrong, Séléné
Profession / rang : Caporal dans l'Alliance Interstellaire

MessageSujet: Re: Ici, pas besoin de papiers !   Dim 20 Mar - 15:45

HJ : Ah ben bien, la meuf elle demande même pas mon avis xD


Alors que le soldat dormait tranquillement, dans un sommeil paisible, sans rêve, la jeune femme se réveilla dans un sursaut d’effroi, son corps trempé de sueur, tremblant, des frissons lui parcourant l’échine malgré la chaleur étouffante régnant sur la station-astéroïde. La nuit dominait toujours l’extérieur, mais même là, à ces moments profonds, on pouvait entendre des signes d’activités à l’extérieur de l’appartement. Certains dormaient, et d’autres vomissaient leurs restes de soirée, tandis que certains au contraire y allait pour se mettre dans un état second, sentir la musique le long de leur corps imbibé d’alcool et de drogue. Les gens d’ici voulaient oublier, et ces drogues leur procurait le bien-être qu’ils cherchaient ; c’était une sorte d’échappatoire à ce monde hostile et dangereux qui avait fait d’eux des tueurs, des mercenaires, alors que la chance aurait pu leur faire devenir des hommes biens. Mais il n’en était pas ainsi, donc ils tuaient et se droguaient en espérant échapper à cette bien triste réalité.

Miroslav se réveilla alors que la jeune femme cherchait son arme dans une commode, et quand il se retourna pour vérifier si elle allait bien, il fut surpris lorsqu’elle se mit à califourchon sur le soldat de l’Alliance. Au fond de lui, Miroslav savait qu’elle n’allait pas l’attaquer, et puis si il se trompait, il savait également qu’il pouvait se défendre et la désarmer.

« Tu m'as appelé "lieutenant" tout à l'heure, caporal... Y a plus de lieutenant qui tienne maintenant. »

Miroslav ne dit rien. De toute façon, il n’y avait rien à dire : elle était sur lui, une arme pointé sur le torse et se baladant d’une façon presque sensuelle, les yeux de la jeune femme transperçant ceux du soldat humain. C’est alors qu’Helena approcha doucement son visage de celui de Miroslav, les yeux de celui-ci étant plongés dans ceux de la mercenaire humaine.

« Je sais pas si tu te fais des idées sur moi, mais sache que je suis une âme damnée, une catin de première et que par-dessus tout, je peux pas saquer le Conseil et ses sbires... »

« Si tu détestais vraiment leurs sbires, tu m’aurais buté sur le Princeton, ou bien tu m'aurais tiré une balle, là tout de suite. Qu’est-ce que tu attends, alors ? »


La jeune femme posa son arme sur le sol, un rictus malin et amusé au lèvres. Puis, lors d’une proposition à peine masquée, le jeune homme prit la mercenaire par les hanches et se mit sur elle tout en l’embrassant.

CENSURE ! Si vous vous attendiez à voir tout ça en entier, vous vous trompez, on est pas à la collection Arlequin, ici !!!!

Le matin, alors que Miroslav regardait le plafond tout en fumant une cigarette, la jeune femme se leva, puis prit une douche. Le soldat humain s’était déjà lavé et avait enfilé une tenue plus discrète que celle de soldat de l’Alliance. Heureusement, il y avait quelques habits masculins dans les commodes et il avait pu s’habiller de façon à ne pas se faire remarquer pour sa première arrivée sur Oméga.

« On va aller faire un tour en boite... Ouais je sais, on aurait du le faire avant, mais j'aime pas faire les choses dans l'ordre. Va falloir que tu caches ton insigne de l'Alliance, ça rend les gens nerveux. Ensuite, on ira voir mon contact. J'espère que tu cours vite, parce qu'il est du genre à se débiner rapidement. »
« Pas de problèmes pour tout ça, j’ai chopé des vêtements à peu près potables dans l’une de tes commodes. »

Enfin un peu d’action ! Enfin, de l’action du style course poursuite, coups de feu... Pas de l’action comme hier soir. Le soldat humain prit seulement son pistolet, laissant son fusil de précision dans l’appartement et l’attacha à sa ceinture.

« Bon. On y va ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Helena Jordun

avatar

Messages : 100
Date d'inscription : 09/03/2011

Identité
Race: Humain
Planète natale: Terre
Profession / rang : Mercenaire

MessageSujet: Re: Ici, pas besoin de papiers !   Dim 20 Mar - 17:05

Spoiler:
 

"Ouais je vois que t'as trouvé ton bonheur..."

Je l'observe... débarrassé de son armure et des symboles le reliant à l'Alliance, le jeune homme a vraiment l'air d'un mercenaire anonyme. Parfait, ça ferait l'affaire. Maintenant, il est temps de donner quelques explications.

"Le type qu'on va rencontrer se nomme Kheiz, c'est un Volus. Un pro de l'information. Le soucis, c'est qu'il est du genre difficile à localiser."


Je prend une veste composite renforcée sombre incorporant une barrière cinétique. Le genre de truc qui peut sauver la vie.

"Et le deuxième point, c'est... qu'on s'est pas quitté en très bon termes la dernière fois."

Mon Carnifex vient se loger dans mon holster sous l'aiselle tandis que je prend un Tempest, un flingue automatique, à la cuisse droite. Je rajoute une dague à lame polarisée à mon arsenal pendant que Miroslav prenait des cartouches thermiques.

"On va aller à l'Au-Delà et laisser trainer nos oreilles. Une fois qu'on a sa localisation, on débarque, on l'attrape et on obtient nos informations."

Je vérifie la charge de mon Carnifex.

"De gré ou de force."

Nous sortons de l'appartement et traversons les ruelles animées. Toujours la même puanteur, la même méfiance qui doit guider nos faits et gestes. Une fois sortis des quartiers résidentielles, nous arrivons dans le coeur d'Oméga : l'Au-Delà. La musique se fait entendre par les robustes murs. Je me tourne vers Miroslav avant de pénétrer dans la fosse aux lions.

"On entre dans le coeur d'Oméga. Le domaine privilégié d'Aria T'loak. Si tu cherches un truc qui ressemble le plus au boss du coin, c'est Aria. Donc pour faire simple, on évite de faire les gros bras ici, surtout si on tombe sur des gens à Aria."


J'entre avec le russe à ma suite... Immédiatement, mes sens se laissent submerger par les lueurs criardes des néons, la musique puissante et le show des danseuses exotiques. Y a pas à dire, les Asaris ont vraiment un truc sexy en elles... Je m'approche du bar et commande un verre de whisky tout en regardant autour de nous.

"Bingo...", dis-je en murmurant à son oreille. "Le voilà. C'est un coup de bol. On va attendre qu'il s'en aille et le coincer à l'extérieur... et gaffe à son Krogan de compagnie."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miroslav Zakhov

avatar

Messages : 31
Date d'inscription : 20/02/2011
Age : 23

Identité
Race: Humain
Planète natale: Base Armstrong, Séléné
Profession / rang : Caporal dans l'Alliance Interstellaire

MessageSujet: Re: Ici, pas besoin de papiers !   Dim 20 Mar - 18:28

Les deux humains quittèrent l’appartement pour se rendre à la boîte de nuit l’Au-Delà. Cette boîte semblait très « select », à en juger par la longue file d’attente qui s’agglutinait face à la porte principale menant à la boîte, le videur Elcor tentant d’empêcher certains casse-cous de pénétrer sans autorisation dans le night-club.

Ils devaient trouver un Volus. Un dénommé Kheiz, un informateur. Les volus étaient connus pour savoir tout sur tout, et ils étaient les agents préférés de grandes figures de l’information, le plus connu d’entre eux étant le courtier de l’Ombre. Une des thèses d’ailleurs proposait en fait que le courtier de l’Ombre était un groupe de Volus qui rassemblaient leurs informations et les revendaient au plus offrant. Toutefois, pas très forts au combat, ils s’entouraient généralement d’autres espèces un peu plus... massives. Krogans, Turiens, Humains, Butariens, ce n’était pas le nombre de mercenaire ni les genres qui manquaient.

Une fois à l’intérieur du night-club, on pouvait remarquer des danseuses asari à moitié nues, des gens louches accoudés au comptoir, et des mercenaires armés jusqu’au dents. Un simple faux pas semblait signer un arrêt de mort imminent. Les deux humains s’approchèrent du comptoir, s’assirent sur un tabouret. Alors que la jeune femme commanda un whiskey, le soldat humain prit un verre de vodka, origines russes obligent. C’est alors qu’Helena annonça à Miroslav qu’elle avait repéré l’informateur volus. Le regard du caporal se posa discrètement sur Kheiz et son garde Krogan. Il avait l’air robuste et bien armé, ce qui est un peu un pléonasme pour un Krogan digne de ce nom.

Kheiz et son garde du corps commencèrent à partir sous le regard des deux humains. Ces derniers finirent leurs verres d’une traite puis suivirent discrètement le volus et le Krogan. Une fois ceux-ci assez isolés pour être interpellés, Miroslav sortit discrètement son arme, la pointa sur la tête du Krogan et tira deux coups de feu. Le natif du Tuchanka s’effondra dans une mare de sang, et l’informateur volus se retourna, complètement paniqué. Le soldat humain poussa le volus avec son pied et le colla contre le sol en pointant son arme sur la tête de l’extraterrestre. Puis, il approcha sa tête de celle de Kheiz puis dit :


« Dis donc, t’en as un joli casque. Ca fait mal, si je l’enlève ? Bon... Tu sais quoi ? On va te poser une question. Si tu réponds, j’te flingue pas le genou. »


Il posa son regard sur la jeune femme, tout en relâchant pas toute son attention sur le volus.

HJ : Vraiment désolé, mais là, je vois pas ce que je pouvais mettre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Helena Jordun

avatar

Messages : 100
Date d'inscription : 09/03/2011

Identité
Race: Humain
Planète natale: Terre
Profession / rang : Mercenaire

MessageSujet: Re: Ici, pas besoin de papiers !   Lun 21 Mar - 12:59

Je dois bien l'avouer, j'aime le style de Miroslav : il se montre expéditif et sans discours inutile. Une qualité que j'apprécie particulièrement. Une qualité que doit moins apprécier le Krogan qui git à ses pieds... Un double tir parfait qui n'a pas laisser la moindre chance au garde du corps du Volus.

« Dis donc, t’en as un joli casque. Ca fait mal, si je l’enlève ? Bon... Tu sais quoi ? On va te poser une question. Si tu réponds, j’te flingue pas le genou. »

La déclaration de mon compagnon russe m'arracha un sourire. Il fallait croire que jouer le parfait petit soldat de l'Alliance l'avait gonfler à bloc, car là il se lâchait vraiment. Bon en même temps, j'en avais déjà eu un bel aperçu la nuit précédente. Hey, y a pas de mal à se faire du bien hein ! Mais revenons en à nos moutons. Enfin, notre Volus en l'occurrence.

"Ah Kheiz, Kheiz... Je te présente mon ami... Harry. Il est un peu sur les nerfs en ce moment tu vois."

Référence aux films de "L'inspecteur Harry" avec Clint Eastwood. J'adore ces vieux films du 20ème siècle tournés avec des caméras analogiques en deux dimensions. Le scénario est toujours cousu de fil blanc et prévisible, mais on regarde ces films pour l'acteur, sa gueule et les scènes d'action. Considérant l'époque et les moyens techniques, la prestation n'était pas mauvaise. Evidemment, ce nom ne devait rien évoquer au Volus, au contraire de Miroslav qui esquissa un sourire entendu.

"On va donc te poser une question et tu vas tout nous dire. Sinon tu risques bien de finir comme ton pote... Sauf que ta mort sera bien plus lente et douloureuse.", dis-je lentement en me penchant vers Kheiz. "Maintenant, la question : SSV Princeton. Je veux savoir où il se trouve en ce moment, et qui le commande."

Le Volus se débat, en vain, sa respiration sifflante se faisant frénétique. Finalement il se calme. Probablement est-il en train de chercher un moyen de s'en sortir !

"C'est un navire humain. Vous devriez le savoir mieux que moi ! C'est une frégate de l'Alliance, c'est tout ce que je sais !"

Je me penche un peu plus vers lui, menaçante, et dégaine ma dague. D'apparence anodine, elle ressemble à une simple arme à lame courte. C'est sans compter la lame polarisée qui traverse la plupart des barrières comme du beurre une fois activée. Une arme totalement illégale qui inflige de terribles brulures. Jouer avec les atomes, c'est jamais très bon. Le bourdonnement caractéristique de la lame chargée se fait entendre tandis que je l'approche de sa combinaison. Le bout de la lame l'effleure, traçant des sillons noirs...

"Je crois que tu m'as mal compris. Harry est le gentil, moi je suis la méchante." J'arrête de jouer avec la lame et, sans crier gare, je l'enfonce dans l'épaule droite du Volus. "Alors maintenant petit merdeux, tu vas me dire tout ce que je veux savoir !"

Ma voix se fait dure et tranchante, implacable. Le Volus lâche un glapissement de douleur mais je ne détourne pas les yeux, gardant le regard rivé sur les fentes oculaires de sa combinaison. A l'autre bout de la ruelle, quelques curieux détournent le regard, ayant soudainement des choses urgentes à faire. Trouvant que la réponse met du temps à venir, je tourne la lame dans la plaie.

"Argh... la douleur... Arrêtez... Le vaisseau... Il... Il a était abordé par des Butariens. Ils bossent pour les Soleils Bleus. On les a vu dans la Nébuleuse de l'Aigle. C'est tout ce que je sais !"

Je l'observe un instant... Les Volus ne sont pas courageux de nature et celui-ci ne fait pas exception à la règle. J'en conclu donc qu'il dit la vérité. Je retire ma lame bourdonnante de son épaule et la range.

"Avec ta combinaison endommagée, tu n'iras nul part. Si jamais tu préviens qui que ce soit ou nous mènes en bateau, je te retrouverai, t'arracherai lentement toutes les plaques de ton armures et te balancerai dans le vide spatial. C'est clair ?"


Je me relève, laissant le soin à Miroslav de disposer du Volus...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miroslav Zakhov

avatar

Messages : 31
Date d'inscription : 20/02/2011
Age : 23

Identité
Race: Humain
Planète natale: Base Armstrong, Séléné
Profession / rang : Caporal dans l'Alliance Interstellaire

MessageSujet: Re: Ici, pas besoin de papiers !   Lun 21 Mar - 20:23

Après un interrogatoire digne des plus grands (et intègres) officiers du SSC (ou C-Sec), la jeune femme enleva doucement sa lame du corps flasque du pauvre volus, complètement paralysé par la peur et la douleur qui se faisait de plus en plus prenante au fur et à mesure que la blessure restait à l'air libre. Le regard de Miroslav croisa celui d'Héléna, et le soldat humain ne put s'empêcher d'esquisser un sourire face à cette démonstration qui n'avait rien à envier aux militaires turiens. Elle avait vraiment du punch, cette petite, et ça, c'est une qualité, autant en tant que mercenaire qu'en tant que soldat.

Alors qu'il s'apprêtait à tourner le dos au volus pour partir, celui-ci tendit doucement la main et commença à échapper quelques cris aigus de sa combinaison, en plus de cette inspiration agaçante.

"S'il vous plaît, Monsieur Harry ! Aidez-moi, je vais mourir !"

Harry, enfin plutôt Miroslav, se retourna lentement et décrocha son arme qu'il venait tout juste de ranger. Il se positionna juste au-dessus du volus, allongé sur le sol, la blessure béante crachant abondamment du sang. Puis, doucement, il pointa l'arme sur la tête de l'informateur, bien entre les deux yeux du minuscule extraterrestre.

"Tu veux que je t'achève ?"

"Quoi ? Je... Non !"


Sans sommations, Miroslav décrocha un tir en plein entre les deux yeux du volus qui mourut sur le coup. Un coup à risque quand on vient d'interroger quelqu'un, mais Miroslav et Héléna savaient pertinemment que l'informateur avait dit la vérité et rien que la vérité. Cette espèce était connue pour être tellement froussarde qu'elles y perdaient en intelligence et disaient tout ce que l'autre avait besoin de savoir, sans trouver un quelconque moyen de mentir ou de rester évasif.

Les Soleils Bleus... Miroslav avait arrêté pas mal de mercenaires de cette organisation alors qu'il était en patrouille aux frontière des systèmes Terminus. Des représailles de leur part ? Peut-être. Mais Héléna avait elle aussi sans doute quelque chose à voir là-dedans, les évènements étaient trop gros pour que ce ne soit qu'une simple coïncidence.

Le russe prit le soin de ranger son pistolet à sa ceinture, puis il jeta un regard à Héléna, qui restait là, impassible, totalement neutre. Puis il jeta un dernier coup d'œil aux cadavres, tout d'abord sur celui du Krogan, tué sans aucune fioriture, et celui du Volus, les deux gisaient sur le sol dans une mare de sang de différentes couleurs.

Les deux humains commencèrent à s'éloigner des deux corps, et seule une remarque de Miroslav brisa un silence étonnamment sinistre.

"J'aime beaucoup ce nom."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Helena Jordun

avatar

Messages : 100
Date d'inscription : 09/03/2011

Identité
Race: Humain
Planète natale: Terre
Profession / rang : Mercenaire

MessageSujet: Re: Ici, pas besoin de papiers !   Mar 22 Mar - 12:00

Je m'éloigne de quelques pas, fouille dans une poche et en sort un paquet de clopes. Adossée à un mur crasseux, je m'allume une cigarette et tire dessus, expirant lentement la nocive fumée... Un coup de feu retentit et la démarche calme du russe se fit entendre. Bon visiblement, le Volus ne risquait de partir bien loin maintenant.

"J'aime beaucoup ce nom.", lâcha finalement Miroslav en me rejoignant.

Je lui tend une cigarette tout en affichant un sourire narquois.


"On dirait bien que tu as raté ta vocation, beau gosse."

Effectivement, on pouvait dire que pour un soldat de l'Alliance, il s'adaptait plutôt bien à une vie de paria et de meurtres gratuits. Bon en même temps, c'était juste le premier. Il sera intéressant de voir si dans l'avenir ce jeune homme se laissera dominer par ses pulsions ou redeviendra un mouton de l'Alliance.

"Il va nous falloir un transporteur pour rejoindre notre destination. Je préfère éviter de voyager aussi longtemps dans un si petit vaisseau... Et de l'armement aussi."

Ce qui signifiait aussi qu'il allait falloir monter notre opération avec d'autres mercenaires. Qui dit bras supplémentaires dit crédits à poser sur la table. De préférence en cash... Les vengeances en solitaire sont certes romantiques et héroïques, mais rarement couronnées de succès. Dans notre cas, il allait falloir une force de frappe suffisante pour aborder un navire, maitriser un équipage pirate et manœuvrer le navire capturé. Tout cela demande de la planification... Je m'engage dans une autre ruelle tranquille, suivi de Miroslav.

"On va devoir rassembler une équipe et mettre sur pied un plan. Et pour ça, il va nous falloir des crédits. Beaucoup de crédits. Faudrait que tu fasses quelques contrats en solo pour te faire connaitre dans le coin... Une fois établi dans le secteur, les contacts se feront d'eux-même. Vu les dégâts subis par le Princeton, je doute qu'il aille bien loin avant un moment. Et là, je parle en connaissance de cause."

De ce que j'avais pu en voir lors de notre fuite, la frégate était sévèrement endommagée. A vrai dire, ça tenait du miracle qu'elle ait pu emprunter des relais cosmodésiques jusqu'à la Nébuleuse de l'Aigle !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ici, pas besoin de papiers !   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ici, pas besoin de papiers !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Petit besoin (d'un Courant) d'air
» BESOIN D'AIDE POUR UN SAUVETAGE DE 21 CHIENS DE CEUTA
» On n'a pas toujours besoin d'un plus petit chez soi
» Sybille a besoin de se défouler {Nathan
» Besoin en nourriture d'une monture.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mass Effect RPG :: « La Grande Voie Lactée. » :: ◄ Systèmes Terminus :: ◄ Nébuleuse d'Oméga (OMÉGA). :: ◄ Sahrabarik. :: ◄ Oméga.-
Sauter vers: