Mass Effect RPG

Mass Effect RPG


 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesBioware-RPGS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Un butin inattendu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kadararan



Messages : 225
Date d'inscription : 25/05/2010
Age : 25
Exprimez-vous! : Nous sommes les êtres élus, nous sacrifions notre sang, nous tuons pour l’honneur ! Nous sommes les saints de notre armure tachée de sang, Nous avons tué le dragon !

Identité
Race: Asari
Planète natale:
Profession / rang : Chasseresse

MessageSujet: Un butin inattendu   Jeu 4 Aoû - 1:16

[HRP : Vient de => Survivance]
Nom du RP : Un butin inattendu
Statut : Privé
En attente de : Niala




Kadararan avait l’impression que ses souvenirs filaient les uns après les autres. Même en se concentrant et en passant outre la douleur, elle n’avait aucune idée du pourquoi elle était ici, et surtout, comment elle avait pu avoir autant de blessures. Sa vision devenait de plus en plus précise et elle put enfin avoir une image à peu près correcte de l’homme qui lui parlait. Malgré toute la souffrance qui transparaissait derrière son regard, elle lui en gratifia un de remerciement.

L’humain la souleva dans la précipitation, ce qui fit craquer deux ou trois os qui n’avaient été que fragilisés par sa chute. L’Asari grimaça à défaut de crier. Ils coururent vers un vaisseau qu’elle ne put que deviner et y entrèrent. L’action avait été si rapide que Kadararan ne fit même pas attention à ce qu’il s’était passé, hormis qu’elle avait été déposée sur ce qui ressemblait à une table d’opération. Pendant que le vaisseau décollait, Ellen s’affairait à soigner l’Asari.

Kadararan était si mal en point qu’elle ne ressentait même pas la pression des bandages sur sa peau. Elle avait aussi l’impression que son cœur battait moins fort. Une douce torpeur s’empara d’elle tandis qu’elle fermait les yeux.


-Commandant ! Je ne veux pas être défaitiste, mais son pouls est de moins en moins rapide. Merde ! Si ça continue, on va la perdre.

Ellen configura son omni-tech et le posa sur la poitrine de l’Asari.

-Médecine de terrain, dit-elle alors qu’elle envoyait une décharge. Kadararan sursauta machinalement et rouvrit les yeux. Ils étaient écarquillés, mais au moins, son cœur recommença à battre normalement. Stabilisée.

La scientifique humaine ouvrit un tiroir et en sortit trois seringues remplie de liquide orangé. Elle palpa l’intraveineuse de l’Asari avant d’y injecter le produit, puis fit de même avec sa propre veine. Elle lança la dernière seringue à Zack.

-Je vous conseille de vous injecter ça, histoire de vous éviter qu’il vous pousse un troisième bras… Kurt, j’imagine que vous avez été assez protégés avec votre armure Quarienne. Cela vous aura au moins évité la piqûre.

L’intéressé grogna, mais par mesure de sécurité, on sentait bien qu’il aurait été prêt à faire cette injection quand même.

Kadararan était de moins en moins alerte. Les paupières tombantes, elle était prête à s’endormir, ce qu’elle fit sans attendre. Après un dernier regard vers l’Asari, Ellen activa le système de cryostase. Des parois métalliques sortirent des quatre coins de la table, formant un caisson. Une vitre de verre ferma l’ultime ouverture et l’intérieur fut progressivement rempli par un gaz refroidissant. Ce sont les bras en croix, l’air apaisée et sereine malgré ses blessures que Kadararan se figea dans la glace. La scientifique leva le regard et le planta dans celui de Zack.


-Mission réussie, commandant. L’homme trouble sera comblé, je l'avertis tout de suite de notre trouvaille.

Kurt s’était assis dans un coin du vaisseau, visiblement, il n’avait plus rien à dire sur cette affaire et n’attendait plus qu’on lui remette sa prime. Le reste du voyage se passa dans le silence et les regards appuyés. Ce que chacun venait de vivre devait rester confidentiel. Après leur rapport à l’homme trouble, tous ces évènements devraient être considérés comme effacés de leurs mémoires.
Ils étaient partis en voleurs, sans faire part aux autres groupes de l’enlèvement de l’Asari. À vrai dire, cela n’aurait pas été dans leur intérêt de révéler cette information. Et ils n’en avaient pas grand-chose à faire qu’une certaine Quarienne serait affectée par la disparition de son aimée.

Les agents de Cerberus voyageaient depuis quelques heures déjà. Ils avaient passés plusieurs relais, et leur route les avaient amenés dans l’étendue de Nubian. Conscient qu’ils voyageaient en territoire libre et que cette région regorgeait de pirates, ils étaient sur leurs gardes, mais personne n’était à l’abri d’une attaque…



Dernière édition par Kadararan le Jeu 1 Sep - 19:17, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Paladin

avatar

Messages : 105
Date d'inscription : 19/07/2010
Age : 22
Localisation : Dans l'espace,observant le vide infinie
Exprimez-vous! : tu veux que je dis quoi ?!

Identité
Race: Humain
Planète natale: terre
Profession / rang : mercenaire et aide externe a l'alliance

MessageSujet: Re: Un butin inattendu   Sam 6 Aoû - 3:40

Zack était anxieux, il avait entre autre accompli la mission que Cerberus lui avait donné, cet a dire sauver un spécimen possédant de l'ezo-x sur lui, il allait pouvoir toucher une prime et surement couler des jours heureux ou du moins prendre un petit congé mais néammoins, il y avait quelque chose d'immoral là dedans. Il ne se leurrait pas , si il leur donner l'asari, sa serait la dissection assuré,tout sa pour cette saloperie et cet asari n'etait même pas mourrante, elle se remmettait même doucement de ces blessures.Zack carressa doucement le visage de l'asari , elle était jolie , même si c'est tout de même stupide car toutes les asari sont jolie mais elle , elle avait quelque chose de différent, une sorte de coté félin, une rageuse douce qui souhaitait qu'une chose, survivre.Pour Zack, c'était l'une des rare chose qu'il respectait chez quelqu'un, cette rage, cette bestialité humaine.
Il regarda la seringue que lui avait donné Ellen, il soupira et se la planta, il avait confiance en Ellen, même si pour lui , cette fille n'était qu'un pion suivant les autre de l'oncle Ben. Le faux-quarien , un simple gars qui se bercent d'illusion au mieux, et qui au pire suit pour un truc qui lui ait personnel. Dans tout les cas, aucun d'eux n'était libres et en y réfléchissant, lui non plus n'était pas libres.Il travaillait pour de l'argent, pire encore, il travaillait pour quelque chose qui lui était inconnu.
Promis, des qu'il aura fini cette mission, il essayerait quelque chose d'honnete:

"relais Cosmodésique a 250 klics, nous serons bientôt arrivé a la base de recherche Lazarus"


Il sourit, tout sa allez bientôt être fini, il regarda l'asari puis parti quelques metre plus loin avant de se servir un verre de rincol et de s'installer devant l'asari.
Il n'avait rien a faire, autant passer son temps avec une inconnue:

"qui est tu beuté bleuté ?"

L'Asari cligna doucement des yeux mais ne bougea pas:

"santé beauté !"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Niala

avatar

Messages : 46
Date d'inscription : 13/06/2011

MessageSujet: Re: Un butin inattendu   Jeu 18 Aoû - 3:28

J'étais penchée sur le radar du vaisseau, le fixant avec suffisamment d'intensité pour en avoir les yeux douloureux. Mon départ s'était fait de manière particulière abrupte. J'étais la seule des trois à être encore présente, Lamia ayant été envoyé sur une mission apparemment ardue, et l'autre sanguinaire prenait, selon ses propres dire, son temps avec ses victimes. Résultat j'étais la seule présente. Lorsque je me présentait devant le coordinateur, celui-ci était tout excité, arpentant son bureau son bureau de long en large. Résultat dix minutes plus tard je décollais en vitesse, avec pour seule renseignement des coordonnées spatiales. Une fois arrivé le cirque habituel commença, et l'Omni-Tool me fourni les informations vitales.

Trouvez et tuez le quarien du vaisseau #125486f56. Celui-ci devrait en théorie passer dans ce cadrant. Repérez et ramenez toute chose qui sortira de l'ordinaire. L'échec est inacceptable.

"Inacceptable". Voilà qui était pour le moins étrange. Je n'avais pas conscience qu'il y avait des échecs acceptable à leurs yeux. C'était tout du moins révélateur. C'est ainsi que je me retrouvais à fixer ce foutu radar comme si ma vie en dépendait pendant les deux heures qui suivirent. Enfin un signal apparu, provenant d'un transporteur. Un rapide scan me confirma que ma cible était enfin arrivée, et j'enclenchais les réacteurs du vaisseau non sans un certain soulagement. Le Wooten bondi en avant, avec tout ses systèmes furtifs enclenchés. Une fois la distance de tir atteinte, je mis en action le grappin magnétique, et coupa aussitôt tout les systèmes du vaisseau, laissant le grappin m'attirer contre la surface du vaisseau. Il était peu probable que les gens à l'intérieur ne m'aient pas entendu, mais dans ce genre de cas, la furtivité pour un bâtiment aussi petit n'est rien d'autre qu'un doux rêve.

Une fois mon vaisseau collé à celui de ma cible comme un parasite sur une bête pataude, je pris mon casque et sortie enfin dans le vide spatial, en ouvrant la verrière. Je m'approchais de la parois, un petit laser de forage à la main. Cette partie était toujours assez ardue pour la simple et bonne raison que découper un peu au hasard vous exposez à faire exploser une partie du vaisseau en perçant un truc instable de l'autre coté de la coque. Mourir sur le coup était préférable à dériver dans l'espace jusqu'à ce que mort s'en suive. Enfin un trou fut créé, vite colmaté à l'aide d'un champs de force qui n'attendait rien de mieux que me laisser passer. Il ne me restait plus qu'à faire connaissance avec le comité d'accueil.

"Cher quarien, prépare toi à rencontrer l'ultime asari de ta vie."

Je m'engouffrais à l'intérieur, mon bouclier biotique à pleine puissance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Paladin

avatar

Messages : 105
Date d'inscription : 19/07/2010
Age : 22
Localisation : Dans l'espace,observant le vide infinie
Exprimez-vous! : tu veux que je dis quoi ?!

Identité
Race: Humain
Planète natale: terre
Profession / rang : mercenaire et aide externe a l'alliance

MessageSujet: Re: Un butin inattendu   Sam 20 Aoû - 1:33

Kurz était fatigué. En tant que Drell, pour beaucoup, ils étaient de la chair a canon, en plus le fait qu'ils pouvaient se régénérer les prédestiné a cela.Pourtant, il avait survécu a plusieurs missions et d'ailleurs, il avait survécu a cette mission suicidaire, sa devait surement être grace a cette tenue de Quarien. Il l'avait récupérer sur un Cadavre de cette race de fou et depuis, il avait resisté a toute les mission, c'était sa tenue porte bonheur.Mais là n'etait pas la question. Kurz était juste fatigué de tout sa, c'était décidé, après sa, il raccrocherait tout, il avait travailer avec cerberus par le passé et ne voulait pas continuer sa. Il se posa et soupira ,

Allez, plus que deux jours a tenir et tout sa sera fini. Tout était calme dans le vaisseau. Il commença a s'assoupir jusqu'au moment ou il entendit un bruit , le genre de bruit étrange qui voulait rien dire de bon. Le quarien se releva et pris son arme avant d'avancer vers la soute du vaisseau...quelque chose n'allait pas.
Quand il arriva , il regarda autour de lui et avança doucement, il ne semblait avoir personne, jusqu'au moment ou:

"Cher quarien, prépare toi à rencontrer l'ultime asari de ta vie."

Ce fut d'abord la surprise qui le toucha,qui était elle, la Asari qu'ils avaient récupérer ? Nan, a premiere vue, c'était de la viande haché et sa l'était encore au derniere nouvelle.C'était donc quelqu'un d'autre, donc, une ennemie.Il se mit en position et regarda son ennemi, elle semblait sacrement équipé, le mieux n'était pas de combattre cet etre, mais plutot d'activer l'alarme. Il regarda l'ennemi et couru alors vers l'interphone de l'alarme.

Il fallait faire vite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Niala

avatar

Messages : 46
Date d'inscription : 13/06/2011

MessageSujet: Re: Un butin inattendu   Sam 20 Aoû - 3:20

La première chose que je vis en entrant dans le vaisseau fut un quarien courir comme un dératé vers une commande. Hop hop hop mon garçon ! Pas la peine de courir, il faut périr à point ! J'attirai en flottant le quarien qui poussa un juron, se débattant pitoyablement. Je ne pouvais m'empêcher de laisser pousser un petit sourire amusé. Ce qui était stupide. Il flottait mais il était pas non plus sans défense en ce moment, et il allait me le prouver sous peu. Chose non évidente à réaliser, il réussit à pivoter sur son axe, dégainer son arme et tirer alors qu'il était en pleine rotation. Et il visait relativement juste le salaud ! Trois impact se formèrent sur mon bouclier. De surprise, ma concentration flancha un peu, faisant flancher mon bouclier. Je sentis un impact lourd sur mon épaule gauche. Je poussais un cris de rage, balançant la quarien comme une poupée de chiffon contre la parois la plus proche.

Le choc fut lourd et violent, se répercutant le long de la paroi du vaisseau. De toute façon, avec les tirs qu'il venait d'y avoir, plus la peine de se la jouer en furtive. Je m'approchais du quarien, je souhaitais l'assommer, le garder pour plus tard, pour pouvoir le consumer plus tard. Il était prostré dans une position incongrue, me tournant le dos. Je m'approchais de lui avec une appréhension croissante. Je posais ma main sur son épaule, le faisant basculer vers moi. Le mouvement qu'il fit était … flasque. Son cou s'était brisé sur le coup.

"Merde ! Fait chier putain !"

Je m'apprêtais à partir pour m'occuper du reste de l'équipage quand … C'était trop tentant. Je me penchais vers le casque et dévoilais son visage.

"C'est …. décevant …. putain, décidément c'est vraiment une journée de merde !"

J'entendais du bruit, du genre qui s'approchait de soi avec une puissance de feux de croiseur et des intentions belliqueuses. Je poussais un dernier juron. J'allais me retrouver dans une excellente position stratégique, à découvert, accroupie à coté d'un drell crevé déguisé en quarien. Dans une position telle que celle ci, autant y aller carrément et attaquer de front. Quelque chose pourtant attira mon attention. Le pièce n'était pas exactement rutilante, et pourtant quelque chose au fond semblait hors de propos dans ce tableau. Un caisson, visiblement en activité, et en bon état. Je m'en approchais. Décidément j'étais plus curieuse qu'un pyjack aujourd'hui, jusqu'à l'inconscience même ! Je passais une main sur la vitre du caisson, en chassant la buée. À travers la condensation, je devinais le visage d'une asari. J'ouvrai le caisson cryogénique révélant …

"Déesse ! On peut vraiment survivre dans cet état !?"

C'était … déesse ! C'était la preuve ultime du pouvoir de l'esprit sur la chaire ! Elle était dans un état tel que je pensais que la plus part des êtres vivants en souhaiterai en être délivré. Elle était sereine pourtant. Pourtant en descendant, c'est un paysage de cauchemars qui s'ouvrait à vous. Des os s'élevaient de la peau comme des crocs d'une bête hideuse. La chaire autour donnait l'impression d'avoir été mâchouillée par un krogan avec des dents gâtés, recrachée et ingérée à nouveau par un varren malade, tant elle avait été martyrisée. Du pus d'une couleur étrange, blanchâtre suppurait de sa peau. Normalement j'aurai dit qu'elle était au delà de tout espoir mais … au delà de toute logique j'étais prête à parier le contraire. C'était fascinant. Même son corps semblait rejeter la mort avec une vigueur anormale. Je ne saurai l'expliquer mais en la regardant, j'avais l'impression d'une créature si obstinée que même la Déesse hésiterai à l'accueillir contre son gré. À mon propre étonnement, faut dire que dispenser la mort via un acte de vie rendait quelque peu cynique, je refermais le couvercle avec un mélange respect et même d'envie. Mais j'étais restée trop longtemps plantée à regarder cette foutue asari.

Un femme fit son apparition dans l'encadrement de la porte, fusil en avant. Je me projetais sur elle, écrasant son visage d'un coup de point donné avec toute ma maitrise biotique. Je relevais la tête pour voir quelqu'un s'avancer sur moi. C'était une erreur de s'élancer ainsi, une de plus aujourd'hui, et je n'aurai pas le temps de me défendre.

Décidément c'est une journée de merde !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Paladin

avatar

Messages : 105
Date d'inscription : 19/07/2010
Age : 22
Localisation : Dans l'espace,observant le vide infinie
Exprimez-vous! : tu veux que je dis quoi ?!

Identité
Race: Humain
Planète natale: terre
Profession / rang : mercenaire et aide externe a l'alliance

MessageSujet: Re: Un butin inattendu   Sam 27 Aoû - 8:59

[b][i]"Ne bouge surtout pas ou alors je te jure que ta tête va voler"

Je pointais l'inconnue avec mon pistolet, pret a tirer, elle pouvait être n'importe qui, elle avait tuer un de mes hommes et mis a terre l'autre, cela me suffisait a l'éliminer.
Néammoins, ma curiosité me piqua, que fessait elle ici, je m'approcha d'elle , restant quand meme loin, a la distance ou j'étais, une balle aurait détruit son bouclier, la deuxieme balle l'eliminerai et a mon avis, elle le savait, je parla donc:

"bon, tu as trois seconde pour me dire ce que tu es, ce que tu fous et surtout pourquoi tu élimine mon equipage, ou je te promet que tu ne tardera pas a t'expliquer avec eux"

La jeune femme ne trembla pas, ne sourcilla pas, je pouvait même voir de la curiosité en elle, identique a la mienne, ce genre de curiosité qui pousse les gens a ne pas se tuer tout de suite et a commetre des erreur. Je garda ma position pret a tirer la bastos, attendant une réponse. Je regarda vite fait en coin, Helene commençait a peine a reprendre conscience, le coup devait être sacrement violent car son nez était pratiquement applati.Esperant que elle comprendrait, je lui dis:

"Helene, des que tu auras repris conscience, reprend les commandes et emmene nous au point de rendez vous, je m'occupe d'elle"

Elle ne répondait pas et semblait toujours K.O, néammoins, elle semblait avoir compris, du moins je l'esperais.......Maintenant que cela était fait, je regarda de nouveau la dame:

"alors salope d'asari, tu répond oui ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Niala

avatar

Messages : 46
Date d'inscription : 13/06/2011

MessageSujet: Re: Un butin inattendu   Sam 27 Aoû - 19:06

Alors que je m'attendais à me faire massacrer sur cette dernière erreur, voilà que je me faisais juste tenir en joue. C'était un humain solidement bâtit, avec un air curieux, trop curieux. Hum, j'allais pas me moquer de lui au vu de mes propres accès de curiosités jusqu'ici.

"Ne bouge surtout pas ou alors je te jure que ta tête va voler."

Message reçu cinq sur cinq. De toute façon j'allais faire quoi ? Il gardait une distance très large sur moi. Quoi que … le voilà qui commence à avancer vers moi. Continue mon grand, encore un peu. À ma grande amertume, il s'arrêta encore trop loin pour être dans ma distance idéale d'attaque.

"Bon, tu as trois secondes pour me dire ce que tu es, ce que tu fous et surtout pourquoi tu élimines mon équipage, ou je te promets que tu ne tarderas pas à t'expliquer avec eux."

Ben tiens, laisse moi en tête à tête avec eux, je ne pense pas que l'issue puisse en être dans n'importe quel cas. Néanmoins … pourquoi ne tirait-il pas ? C'était étrange, plus je le regardais plus je me disais que ce gars ne voulais pas de violence inutile. Serait-ce une forme de lassitude, humain ? J'entendis un gémissement étouffé derrière moi et l'homme regarda dans cette direction, donnant des ordre à une certaine Ellen. J'étouffais un grognement de colère. La balle que je m'étais prise devait être à l'origine de la survie de cette garce, mon coup n'avait pas été aussi appuyé que je le pensais.

"Alors salope d'asari, tu réponds, oui ?"

J'étouffais un sourire cynique. Je voyais la scène, moi lui répondre : "Et bien pour tout vous dire, je suis un assassin Ardat-Yakshi, si vous savez ce que ça veut dire, et je suis là pour tuer le faux quarien, chose que j'ai réussi un peu trop bien, et probablement récupérer le reste d'asari en conserve qui se trouve là. Bon, pas de mauvais sentiments entre nous, hein ? Je prend le paquet et ciao !" Je calculais à nouveau la distance entre lui et moi, regardant à nouveau mes possibilités tactiques. Elles étaient peu nombreuses. Mes seules chances étaient que la femelle derrière moi était toujours suffisamment assommée pour ne pas intervenir. Je devais me décider, plus j'attendrai plus elle risquerait de récupérer. Je poussais mon bouclier biotique à fond. Aussitôt l'humain perçut le changement et tira. Je vis un impact se former sur le bouclier alors qu'un cris sauvage montait du fond de ma gorge. Des volutes bleutés s'élevaient de la surface de ma peau, alors que je concentrais mes pouvoir dans une seul attaque. Un deuxième impact sur le bouclier, qui était presque déjà hors service, alors que je pointais ma mains vers l'homme, un tourbillon furieux au creux de ma paume. Dans un hurlement de victoire et d'excitation, je relâchais la singularité qui projeta son corps en arrière, lui faisant lâcher son arme. Aussitôt je me mis à courir vers lui, alors que celui-ci n'avais toujours pas percuté le sol. Après une course de quelques pas, je bondis sur lui, un sourire s'épanouissant sur mon visage. Je sentais l'adrénaline couler à flot, alors que je plongeais sur mon adversaire qui heurtais enfin le sol lourdement.

C'est à ce moment là que j'eus la sensation que mon dos volait en éclat. L'impact me fit chuter lourdement, à deux mètres de l'humain. Je me retournais pour voir cette fameuse Ellen pointer sur moi une arme d'où sortais encore des volutes de fumée, un flot d'insulte sortant de sa bouche. Avec un grognement de douleur, je dégainais ma mitraillette et tirais. Deux balles encadrèrent le visage de celle ci avant qu'enfin je vis une fleur écarlate s'épanouir au milieu du front de cette salope. Je pivotais sur moi même, me sentant pâlir alors je serais les dents pour ne pas crier, pointant l'arme sur l'humain, trouvant un espace vide là où il aurait du se trouver, et dans la périphérie de mon champs de vision, une forme rapide fonçant sur moi presque dans un angle mort. Celui-ci s'était remis en un instant, et avait dégainé une lame. Je lâchais un juron. Le temps d'un battement de cœur était tout ce qu'il lui avait fallut pour réduire le peu de distance entre lui et moi qu'il restait à néant. J'étais une nouvelle fois en position d'infériorité, et cette fois c'était nullement de ma faute. Il semblait que j'avais sous estimé la volonté de vivre de mon adversaire, et il allait visiblement me montrer l'étendu de mon erreur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Paladin

avatar

Messages : 105
Date d'inscription : 19/07/2010
Age : 22
Localisation : Dans l'espace,observant le vide infinie
Exprimez-vous! : tu veux que je dis quoi ?!

Identité
Race: Humain
Planète natale: terre
Profession / rang : mercenaire et aide externe a l'alliance

MessageSujet: Re: Un butin inattendu   Sam 27 Aoû - 23:55

[b][i]Zack regarda son adversaire avec fureur, une personne tué, cela passait mais deux, surtout que c'était les seul sa en était trop, il s'approcha de son adversaire mais ne s'approcha pas plus,malgré sa fureur, il était curieux et il voulait savoir des choses. Il souleva l'asari et serra sa gorge, il se calma et parla d'une voix lente:

"bon écoute moi salope, je savais les asari extremement doué mais tu viens d'éliminer tous les membres de mon équipages, tout mon équipage et si j'avais pas mon armure, je serais surement dans un état proche de celui de légume alors je voudrais savoir, pour qui travaille tu ?"

Il parlait avec une assurance froide et forte, celle de la personne qui allait faire subir a son commanditaire mille et une souffrance, ce qui allait être le cas.L'asari répondit en crachant du sang sur Zack, il soupira, cracha par terre et d'un coup il plaqua l'asari au mur avant de la remontée avec le bras:

"tu veux jouer a sa ? Okay !"

Il planta sa lame dans le ventre mais pas trop profond, une légère entaille a vrai dire, la lame était d'une vingtaine de centimètre et il l'avait planter qu'a quinze centimètre environ.Il tourna lentement sa lame, ramonant littéralement l’intérieur de l'asari qui ne hurla pas , puis il retira la lame et l'envoya valser contre des caisses ou elle s’effondra, essoufflée. Il avança tranquilement puis s'accroupit avant de planter sa lame dans la main de l'asari et avança doucement avant de lui tenir la machoire.Un regard dément luisait

"Ne t’inquiète pas petite Asari, ce n'est que l'avant gout de ce que je peux te faire subir et tu as intérer a me répondre, QUI SONT TES EMPLOYEUR ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Niala

avatar

Messages : 46
Date d'inscription : 13/06/2011

MessageSujet: Re: Un butin inattendu   Dim 28 Aoû - 1:42

Mon adversaire ne se jeta pas sur moi comme je l'avais imaginé. Il s'avança posément sur les derniers mètres, et me souleva en me tenant la gorge, m'étouffant à petit feu.

"Bon écoute moi salope, je savais les asaris extrêmement douée, mais tu viens d'éliminer tous les membres de min équipage, tout mon équipage, et si je n'avais pas d'armure, je serai surement dans un état proche de celui de légume, alors je voudrais savoir : pour qui travaille tu ?"

Sa voix était aussi douce que le mort, mais surtout l'éclat que je voyais dans son regard était des plus mauvais augures. Il me rappelait Noroleth. Il se le cachait peut-être, mais c'était à coup sûr un taré prenant plaisir à faire souffrir ses victimes. Mais je n'allais pas me faire impressionner par ça. Et puis répondre à la question allait se révéler des plus ardu. Je ne savais même pas la moindre chose sur eux. Faute de mieux, autant la jouer rebelle. Avec un sourire mauvais, je lui envoyais un beau crachat sanguinolent au visage. L'humain soupira, feignant le calme alors que je le sentais plus violemment calme qu'autre chose. Il me plaqua brutalement contre le mur, me soulevant un peu plus. Le choc expulsa le peu d'air qui restait dans mes poumons, sa poigne plus forte sur ma gorge me faisait voir des petits points lumineux, signe du manque d'oxygène dans mon cerveau.

"Tu veux jouer à ça ? Okay !"

Je sentis une douleur horrible dans le ventre, une sensation glacée qui me donnait l'impression de m'ouvrir en deux. Je ne pouvais même pas crier, je n'avais même pas d'air à expulser. Je serrais la mâchoire si fort que je sentais mes dents grincer les unes contre les autres. Il fit lentement tourner la lame, me faisant presque perdre connaissance. Je regardais dans ses yeux. Il était froids, dénués de toute étincelle d'humanité. Un foutu boucher dans son étale. La sensation glacée s'effaça alors qu'il me projetait contre des caisses. Je pris une inspiration douloureuse, alors que je tentais de poser ma main sur ma blessure. L'homme l'arrêta dans son trajet, la saisissant et la plaquant sur le sol. D'un geste sec, il planta sa lame en travers, clouant ma main. Je retenais à nouveau un cris. Sale bâtard ! Tu pouvais me faire ce que tu voulais, mais je ne te donnerai même pas un gémissement !

"Ne t'inquiète pas petite asari, ce n'est que l'avant goût de ce que je peux te faire subir, et tu as intérêt à me répondre, QUI SONT TES EMPLOYEURS ?"

Je reprenais doucement mon souffle, tentant tant bien que mal d'évacuer la douleur de mon corps. J'étais foutue de toute façon. Une vie à vivre comme une esclave, une vie a être une chienne de chasse bien dressée, et je la finissais dans un cargo merdique, entre les mains d'un sale taré. Je m'en foutait à présent, je n'avais pas pu me rebeller de mon vivant, au moins je mourrais avec un peu d'amour propre et de dignité. Je le regardais droit dans les yeux avec un mélange de haine et de mépris, alors que je répondais, essayant de toute mes forces de ne pas faire trembler ma voix, de paraître maitresse de moi même jusqu'à la fin.

"Je ne connais pas mes employeurs, je ne connais rien d'eux, je suis juste leur jouet, leur esclave, leur monstre personnel, leur Ardat-Yakshi. Déçu ? Et bien va te faire foutre par un krogan avec un bouquet de maladie vénérienne ! Tu peux me découper, me faire souffrir, vas-y ! Je n'ai rien a perdre par ce que je ne possède rien. Sauf un fond de dignité, et ça espèce de sale porc, tu ne me l'enlèvera pas !"

Je pris une profonde inspiration, fermant les yeux, puis les ouvrait à nouveau, les laissant fixer sur les siens. Il voulait me faire souffrir ? Je l'affronterai du moins du regard jusqu'au bout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Paladin

avatar

Messages : 105
Date d'inscription : 19/07/2010
Age : 22
Localisation : Dans l'espace,observant le vide infinie
Exprimez-vous! : tu veux que je dis quoi ?!

Identité
Race: Humain
Planète natale: terre
Profession / rang : mercenaire et aide externe a l'alliance

MessageSujet: Re: Un butin inattendu   Mer 31 Aoû - 14:43

"Je ne connais pas mes employeurs, je ne connais rien d'eux, je suis juste leur jouet, leur esclave, leur monstre personnel, leur Ardat-Yakshi. Déçu ? Et bien va te faire foutre par un krogan avec un bouquet de maladie vénérienne ! Tu peux me découper, me faire souffrir, vas-y ! Je n'ai rien a perdre par ce que je ne possède rien. Sauf un fond de dignité, et ça espèce de sale porc, tu ne me l'enlèvera pas !"


Zack se figea, leur jouet, leur esclave, leur monstre perso....était-il comme sa lui aussi, esclave de ces pulsions meurtrière, il ne le savait pas, surement sans doute.Depuis qu'il était gosse, il voulait combattre, combattre pour prouver qu'il existait, combattre pour prouver qu'il servait a quelque chose. Mais est-ce que au final, sa ne l'a pas plus détruit que auparavant.Zacke regarda l'asari, malgré toute la haine que la bleutée pouvait envoyer sur lui, il pouvait voir de la peur , la peur de mourir non pas dignement dans un champs de bataille mais d'une maniere médiocre sur un vaisseau dans le vide spatial, personne ne retrouverait son corp ou alros elle serait jeter de manière médiocre dans un dépotoir, son tombeau.Il connaissait cette peur car c'était la sienne aussi.
Ne pas être oublier.
Il recula puis tituba avant de regarder l'asari, il devait passer pour un malade mental pour elle, peut-etre l'était il un peu, après ce qui s'est passé, sa serait compréhensible. Il frappa un caisson qui fit un bruit distendu :

"Putain fait chier !"

Puis il s'approcha de l'asari, l'attrapa par la gorge et regarda dans les yeux celle-ci:

"toi non plus tu ne souhaite pas qu'on t'oublie n'est-ce pas, immortel dans la mémoire des gens"

Il l'envoya valdinguer plus loin, un fort bruit de caisse qui tombait se fit entendre, il ne pouvait rien tirer d'elle, c'était une esclave elle aussi, alors autant la faire mourir avec honneur. Il jeta son arme et activa sa lame:

"alors bats toi pour la mériter"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Niala

avatar

Messages : 46
Date d'inscription : 13/06/2011

MessageSujet: Re: Un butin inattendu   Mer 31 Aoû - 18:59

Mon petit discours eut un effet étrange sur l'humain. Celui-ci réagit comme si il avait reçu un choc. Il recula un peu, titubant même sur le coup. Sur son visage passèrent des émotions complexes. Reconnaissance, doute, culpabilité. Il commençait vraiment à me faire flipper quand enfin il sembla évacuer touts ses doutes dans un énorme coup de poing dans un caisson.

"Putain fait chier !"

Son visage se ferma, alors qu'il s'avança vers moi, se penchant pour m'attraper par la gorge et me regarder droit dans les yeux.

"Toi non plus tu ne souhaites pas qu'on t'oublie n'est-ce pas, immortel dans la mémoire des gens."

Étrange affirmation. Je voulais vivre. Vivre réellement. Pour moi même, par mes choix, pas en n'étant qu'un pantin pour des inconnus. Immortelle dans la mémoire des gens ? Je n'y avais même pas pensé … c'était pourtant … une bonne manière de mener sa vie en effet. Qu'ai-je donc fait qu'ai-je donc désiré pendant toutes ses années. Vivre ? Survivre ? Il me projeta plus loin, me faisant percuter des caisses. Alors que je me relevais péniblement, je le vis jeter son arme, et activer sa lame.

"Alors bats toi pour la mériter."

Il avait presque un air noble en disant ça. Que les humains peuvent être compliqués. Il voulait que je me batte alors ? Avec mes boyaux en compotes, ma main perforée et deux bastos dans le corps. Voulait-il me tester ou se laisser un moyen de me tuer sans passer pour un monstre ? Aucune importance au final. Ce qu'il m'avait dit avant ne cessait de tourner dans ma tête. Immortelle dans la mémoire des gens. Avoir des amis, des amours, des ennemis, des gens pour pleurer ma mort et fêter ma chute. Vivre somme toute, mais vivre pleinement. Je n'arrivais pas à ne pas à me défaire de cette idée. Et de l'amère réalisation que mes rêves les plus fous se limitait, avant ça, à ne plus être au Centre. Je pris douloureusement une position de combat. Mon ventre me faisait souffrir le martyre, des tiraillements désagréables aux endroits où les balles m'avaient atteintes et je ne sentais plus ma main. Mais je n'allais pas mourir. J'avais une question à répondre, et pour le coup, j'étais la débitrice de ce salaud.

Je sentis un sourire sauvage s'épanouir sur mon visage. Cette journée ne serait peut-être pas entièrement pourrie. La douleur, au lieu de me coller sur place comme elle aurait du, semblait au contraire agir comme un aiguillon, me donnant encore plus envie de vivre. Je fis un premier pas vers lui les jambes flageolantes, puis un deuxième, puis un troisième. Mes jambes devinrent stables, mon regard net, mes sens en alertes, j'étais prête pour le combat. J'ignorais dans quelle mesure cela allais durer, et surtout si ce n'était pas du au habitudes du personnel du centre de jouer avec nos puce cérébrales, nous habituant à la douleur – et l'idée de devoir quelques choses à ces gens me rendait malade – mais je ne comptais pas en tester les limites. Je m'élançais sur l'humain, qui m'attendait dans une position légèrement accroupie, la lame en avant. Alors que j'arrivais au contact, je me propulsais à l'aide de mes pouvoirs biotiques en l'air, frôlant le plafond et évitant la lame qui plongeait vers moi. Au sommet de mon saut, j'envoyais une projection qui plaqua mon adversaire sur le sol. Je retombais sur le sol, alors qu'un goût bizarre envahissait ma bouche. L'humain se releva souplement, se tournant vers moi à nouveau.

Alors qu'il était dans son mouvement, je m'élançais vers lui, étouffant un juron. Ma vision devenait à nouveau floue, et je sentais de manière perceptibles mes forces me quitter. Il était presque tourné vers moi quand je me retrouvai enfin au corps à corps. D'un mouvement ample, il me taillada violemment le torse, faisant un entaille sinueuse allant de la naissance du cou jusqu'au milieu du ventre. Je poussais un cris de douleur, alors qu'il recommençait son attaque. Cette fois j'attrapais la main tenant la lame de ma main encore valide, et envoya mon coude dans le bras tendu. Un vilain craquement se fit entendre, récompensé par un léger grognement du guerrier et le tintement métallique de la lame tombant sur le sol. Celui-ci ne se laissa pas décontenancé pour autant. Je sentis en effet aussitôt son genou s'enfoncer violemment dans mon ventre. Je me mis a cracher une gerbe de sang dans un gargouillis infâme. Je relevais la tête tout juste assez vite pour voir un poing foncer vers ma tempe. Je l'évitais de justesse, sentant presque une brulure à l'endroit où ses phalanges me frôlèrent, en me déportant sur le coté, me retrouvant avec mon vis à vis de profile par rapport à moi. D'un coup du plat du pied, je brisais son genou, lui arrachant cette fois un bon cris de douleur. Dans un même mouvement je lui attrapais le bras, et dans un torsion lui déboitais l'épaule.

Il s'effondra par terre dans un râle, la victoire était dans ma main. Je m'approchais de sa lame, mais alors que je me penchais vers elle, je m'effondrais moi aussi sur le sol, une quantité alarmante de sang se répandant de ma bouche. Je restais là un moment, groggy, le corps tel une immense masse de douleur. L'air était emplit des râles qui sortait de nos deux bouches, sauf que les miens étaient désagréablement congestionnés et humides. Je me sentais presque l'envie de piquer un petit somme. Mais fallait pas déconner non plus. Je repris lentement mes esprit et ramassa la lame, faisant jouer la lumière sur son tranchant sali par mes fluides vitaux. Mon regard se posa sur l'humain qui me regardait avec calme. Pas de peur de la fin, pas de tremblement de lèvres, pas de regard implorant. Je m'approchais de lui. Étions nous si différents lui et moi ? Était-il un ennemi ? Mon premier vrai ennemi ? Je balançais la lame au loin, alors qu'un sourire apparaissait sur mon visage.

"Reste donc en vie. Notre immortalité commencera avec cette rivalité."

Je me trainais ensuite vers le caisson où se trouvait l'asari en conserve. J'utilisais mes pouvoirs biotiques pour en réduire la masse, et le traina jusqu'à l'ouverture que j'avais pratiqué plus tôt. Je le fis passer dans le cockpit, ce qui me donna la mauvaise surprise de voir que le caisson prenait quasiment tout la place ! Je me glissais péniblement dans le minuscule espace vital qu'il me restait, me retrouvant une fois le cockpit fermé avec le visage plaqué contre la vitre. À tâtons je posais ma main sur de médi-gel, que je me badigeonnais avec des grimaces de douleur. Le vaisseau, se mit en pilote automatique, me laissant en train de m'endormir dans un position vraiment inconfortable. Cette fichue asari avait intérêt à en valoir le coup.

Lorsque j'émergeai enfin, j'étais sur une table d'opération. Un humain était penché sur moi, des instruments chirurgicaux trainaient sur une petite table sur ma gauche. L'administrateur était aussi présent, un petit air satisfait sur le visage, en train de dialoguer avec le chirurgien.

"Vous êtes sûr que nous n'allons pas la perdre ? Chacune de ces choses valent une fortune en investissement !"

"Non, c'est bon, elle survivra."

"Bien ! Vous pouvez disposer !"

L'administrateur se pencha vers moi, collant presque son visage au mien.

"Bon travaille, Niala, grâce à vous nous avons récupéré une marchandise précieuse. Vous allez avoir une nouvelle amie, vous autres ! N'est-ce pas merveilleux ?"

Je ne pouvais pas répondre, ma gorge était encombrée par un tuyau. En tournant la tête sur ma gauche, je vis en ombre chinoise derrière un rideau du personnel médical s'affairer sur une autre asari. J'observais un moment le manège des toubibs, avant de sombrer à nouveau.

[HRP : suite => Le jour des gaufres]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un butin inattendu   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un butin inattendu
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un courrier inattendu
» [Privé + Glen Pandora]Un rendez-vous inattendu ...
» L'inattendu [PV Melley]
» Surprise inattendu...[PV : Far'jim]
» Une lettre tant attendue & un messager inattendu - Lorenzacio -

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mass Effect RPG :: « La Grande Voie Lactée. » :: ◄ Travée de l'Attique :: ◄ Étendue Nubienne (PRAGIA). :: ◄ Kalabsha.-
Sauter vers: